Année blanche et défiscalisation

Publié le 14/03/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Année blanche et défiscalisation

Le prélèvement à la source, promesse de campagne d’Emmanuel Macron, a été reportée au 1er janvier 2019. 2018 sera donc une année blanche. Qu’en sera t-il concernant les avantages fiscaux et les réductions d’impôts ? Nous vous expliquons comment cela va se passer.

La fin du décalage d’un an

À partir du 1er janvier 2019, les impôts seront directement prélevés sur les fiches de paie. Les contribuables paieront donc leurs impôts immédiatement et non plus avec un an de décalage. De ce fait, 2018 constitue une année de transition.
Concrètement, les revenus engendrés cette année là ne seront pas imposés. Cependant, en mai 2019, les contribuables devront quand même déclarer leurs revenus de 2018. Pour leur éviter d’assumer une double charge fiscale en 2019 (le prélèvement à la source + l’imposition des revenus de 2018), un crédit d’impôt exceptionnel, dit crédit d’impôt pour la modernisation du recouvrement (CIMR), a été mis en place. Ce dernier va annuler l’impôt sur les revenus courants.

Les revenus « exceptionnels » ou les revenus non concernés par le prélèvement à la source, comme les intérêts, les dividendes ou les plus-values mobilière ou immobilières, ne seront pas concernés par l’année blanche et seront imposés.

Les réductions d’impôts ne seront pas perdues

Actuellement, le montant des crédits et réductions d’impôt est intégré dans le montant des impôts à payer l’année suivante.
Avec l’année blanche, de nombreux contribuables craignent de perdre les avantages fiscaux de 2018, auxquels ils ont droit grâce à des crédits d’impôts et des dispositifs de défiscalisation. Or ce ne sera pas le cas. Les réductions et crédits d’impôts ne seront pas perdus en 2018.
Les contribuables percevant des revenus courants en 2018 verront leur imposition annulée par le crédit d’impôt, et l’administration fiscale leur restituera leurs avantages fiscaux en septembre 2019. Concernant les revenus exceptionnels, qui eux seront imposés, l’avantage fiscal sera déduit du montant de cet impôt.

> En savoir plus sur les dispositifs de défiscalisation

Mauvaise nouvelle pour les travaux locatifs

Contrairement aux réductions d’impôts, les déductions d’impôts liées aux travaux réalisés dans le cadre d’immobilier locatif seront affectées par le prélèvement à la source. Effectivement, le mécanisme mis en place pour cette année de transition, ne permet pas de tenir compte des charges déductibles.Pour éviter que les contribuables ne reportent leurs investissements, un dispositif conditionnant la déductibilité des dépenses réalisées en 2019 à celles réalisées en 2018 a été mis en place.

Ainsi, les personnes réalisant des travaux dans un bien locatif en 2019, ne pourront pas les déduire entièrement. Exceptionnellement, cette année là, les contribuables devront déduire la moyenne des travaux réalisés en 2018 et 2019.
À noter que les travaux d’urgence ne seront pas concernés pas cette mesure.

Il peut donc s’avérer plus judicieux d’attendre 2020 pour réaliser des travaux. À ce moment là, ils pourront être pris en compte intégralement et pas seulement à hauteur de la moitié.


Dernières Actualités

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Loi de finances 2021 : plusieurs dispositifs de défiscalisation prorogés

Publié le 06/01/2021

Votée et publiée au Journal officiel le 30 décembre, la loi de finances pour 2021 favorise les réductions et crédits d’impôt afin d’inciter les particuliers à investir leur épargne. Plusieurs dispositifs de défiscalisation, qui devaient disparaître, sont finalement prolongés.

Quelles locations meublées sont soumises aux cotisations ?

Publié le 30/12/2020

La loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS) a été promulguée et publiée au Journal Officiel du 15 décembre. Il pourrait dès lors y avoir quelques changements concernant les prélèvements et cotisations sociales des loueurs en meublé. Pour rappel, depuis la loi de finances pour 2020, les loueurs en meublé n’ont plus pour obligation de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour être considérés comme professionnels, le changement de statut se fait donc parfois à leur insu.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière