Réforme du squat : l’amendement adopté à l’Assemblée

Publié le 21/09/2020

Alors que les cas de domiciles et de résidences secondaires squattés se multiplient un peu partout en France, certaines voix se font entendre. La loi de 2007 sur le droit au logement opposable et les lourdeurs administratives nécessaires pour expulser des squatteurs sont particulièrement visées. Dans ce contexte, un amendement du député Guillaume Kasbarian vient d’être adopté en commission à l’assemblée. Il vise à protéger le droit à la propriété.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Réforme du squat : l’amendement adopté à l’Assemblée

Le propriétaire d’un logement squatté doit prouver qu’il lui appartient

Maison à Saint-Honoré-les-Bains, résidence secondaire à Théoule-sur-Mer ou encore immeuble HLM à Saint-Nazaire, les cas de squats se multiplient aujourd’hui en France. S’ils alimentent le débat sur le mal-logement, la pauvreté et le droit au logement décent, ils entretiennent également la colère des propriétaires et locataires lésés.

Il faut dire que les procédures pour faire reconnaître que son logement est squatté et faire déloger les occupants, peuvent être complexes. C’est en effet au propriétaire ou au locataire officiel des lieux que revient la charge de prouver que le logement lui appartient. Et nulle question de faire justice soi-même puisqu’une plainte doit être déposée pour que la procédure puisse s’enclencher.

Des principes dictés par la loi de 2007 sur le droit au logement opposable (dite Loi DALO), qui font aujourd’hui débat.


LOI n° 2007-290 – Article 38 : « En cas d’introduction et de maintien dans le domicile d’autrui à l’aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou de contrainte, le propriétaire ou le locataire du logement occupé peut demander au préfet de mettre en demeure l’occupant de quitter les lieux, après avoir déposé plainte, fait la preuve que le logement constitue son domicile et fait constater l’occupation illicite par un officier de police judiciaire ».

Le squat et la notion de « logement occasionnel »

Dans ce contexte, le député LREM Guillaume Kasbarian a déposé un amendement qui vient d’être adopté à l’unanimité en commission spéciale à l’Assemblée nationale. Il vise à protéger le droit à la propriété et à étendre la notion de « domicile » aux résidences secondaires et aux logements occasionnels. En pratique, un préfet disposera dès lors d’un délai de 48 heures après un dépôt de plainte, pour adresser sa réponse au plaignant ainsi qu’une mise en demeure de quitter les lieux aux squatteurs.

L’exécutif a tenu à préciser que cet amendement ne vise ni les locataires, ni les mauvais payeurs.

Un flou demeure toutefois autour de la notion de « logements occasionnels » qui pourraient s’apparenter aux logements vacants. Rappelons que, selon les données de l’INSEE en 2018, les logements vacants étaient estimés à 3 millions, soit 8,4 % de l’ensemble du parc immobilier français. Ces chiffres, qui ont été multipliés par 6 en 10, font émerger de nombreuses propositions de loi ainsi que des taxes, notamment dans les zones les plus tendues.


Dernières Actualités

Fiscalité : les taxes complémentaires qui pèsent sur les propriétaires

Publié le 30/10/2020

Les taxes locales sont identifiées par les contribuables : taxe foncière sur le bâti, sur le non bâti, taxe d’habitation et cotisation foncière des entreprises. Mais d’autres prélèvements viennent plomber la fiscalité des propriétaires. Sans compter la taxe foncière qui a grimpé en moyenne de plus de 30 % ces dix dernières années. Faisons le point.

Rénovation énergétique : les copropriétés ont désormais droit au dispositif MaPrimeRénov’

Publié le 28/10/2020

Depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent bénéficier du dispositif en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il peut toujours s’agir des propriétaires occupants, mais les propriétaires bailleurs ainsi que les copropriétaires sont également éligibles. L’aide allouée peut atteindre 25 % du montant total des travaux réalisés dans les parties communes.

Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Publié le 26/10/2020

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les logements neufs. Dès l’an prochain, il sera obligatoire de construire une douche de plain-pied dans les nouveaux logements, ou de rendre son installation possible et rapide dans le cas d’une baignoire. Une obligation dénoncée par les professionnels du BTP, qui souhaitent que soit mise en place une phase de test avant la généralisation.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière