Réforme du squat : l’amendement adopté à l’Assemblée

Publié le 21/09/2020

Alors que les cas de domiciles et de résidences secondaires squattés se multiplient un peu partout en France, certaines voix se font entendre. La loi de 2007 sur le droit au logement opposable et les lourdeurs administratives nécessaires pour expulser des squatteurs sont particulièrement visées. Dans ce contexte, un amendement du député Guillaume Kasbarian vient d’être adopté en commission à l’assemblée. Il vise à protéger le droit à la propriété.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Réforme du squat : l’amendement adopté à l’Assemblée

Le propriétaire d’un logement squatté doit prouver qu’il lui appartient

Maison à Saint-Honoré-les-Bains, résidence secondaire à Théoule-sur-Mer ou encore immeuble HLM à Saint-Nazaire, les cas de squats se multiplient aujourd’hui en France. S’ils alimentent le débat sur le mal-logement, la pauvreté et le droit au logement décent, ils entretiennent également la colère des propriétaires et locataires lésés.

Il faut dire que les procédures pour faire reconnaître que son logement est squatté et faire déloger les occupants, peuvent être complexes. C’est en effet au propriétaire ou au locataire officiel des lieux que revient la charge de prouver que le logement lui appartient. Et nulle question de faire justice soi-même puisqu’une plainte doit être déposée pour que la procédure puisse s’enclencher.

Des principes dictés par la loi de 2007 sur le droit au logement opposable (dite Loi DALO), qui font aujourd’hui débat.


LOI n° 2007-290 – Article 38 : « En cas d’introduction et de maintien dans le domicile d’autrui à l’aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou de contrainte, le propriétaire ou le locataire du logement occupé peut demander au préfet de mettre en demeure l’occupant de quitter les lieux, après avoir déposé plainte, fait la preuve que le logement constitue son domicile et fait constater l’occupation illicite par un officier de police judiciaire ».

Le squat et la notion de « logement occasionnel »

Dans ce contexte, le député LREM Guillaume Kasbarian a déposé un amendement qui vient d’être adopté à l’unanimité en commission spéciale à l’Assemblée nationale. Il vise à protéger le droit à la propriété et à étendre la notion de « domicile » aux résidences secondaires et aux logements occasionnels. En pratique, un préfet disposera dès lors d’un délai de 48 heures après un dépôt de plainte, pour adresser sa réponse au plaignant ainsi qu’une mise en demeure de quitter les lieux aux squatteurs.

L’exécutif a tenu à préciser que cet amendement ne vise ni les locataires, ni les mauvais payeurs.

Un flou demeure toutefois autour de la notion de « logements occasionnels » qui pourraient s’apparenter aux logements vacants. Rappelons que, selon les données de l’INSEE en 2018, les logements vacants étaient estimés à 3 millions, soit 8,4 % de l’ensemble du parc immobilier français. Ces chiffres, qui ont été multipliés par 6 en 10, font émerger de nombreuses propositions de loi ainsi que des taxes, notamment dans les zones les plus tendues.


Dernières Actualités

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière