Réforme du squat : l’amendement adopté à l’Assemblée

Publié le 21/09/2020

Alors que les cas de domiciles et de résidences secondaires squattés se multiplient un peu partout en France, certaines voix se font entendre. La loi de 2007 sur le droit au logement opposable et les lourdeurs administratives nécessaires pour expulser des squatteurs sont particulièrement visées. Dans ce contexte, un amendement du député Guillaume Kasbarian vient d’être adopté en commission à l’assemblée. Il vise à protéger le droit à la propriété.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Réforme du squat : l’amendement adopté à l’Assemblée

Le propriétaire d’un logement squatté doit prouver qu’il lui appartient

Maison à Saint-Honoré-les-Bains, résidence secondaire à Théoule-sur-Mer ou encore immeuble HLM à Saint-Nazaire, les cas de squats se multiplient aujourd’hui en France. S’ils alimentent le débat sur le mal-logement, la pauvreté et le droit au logement décent, ils entretiennent également la colère des propriétaires et locataires lésés.

Il faut dire que les procédures pour faire reconnaître que son logement est squatté et faire déloger les occupants, peuvent être complexes. C’est en effet au propriétaire ou au locataire officiel des lieux que revient la charge de prouver que le logement lui appartient. Et nulle question de faire justice soi-même puisqu’une plainte doit être déposée pour que la procédure puisse s’enclencher.

Des principes dictés par la loi de 2007 sur le droit au logement opposable (dite Loi DALO), qui font aujourd’hui débat.


LOI n° 2007-290 – Article 38 : « En cas d’introduction et de maintien dans le domicile d’autrui à l’aide de manœuvres, menaces, voies de fait ou de contrainte, le propriétaire ou le locataire du logement occupé peut demander au préfet de mettre en demeure l’occupant de quitter les lieux, après avoir déposé plainte, fait la preuve que le logement constitue son domicile et fait constater l’occupation illicite par un officier de police judiciaire ».

Le squat et la notion de « logement occasionnel »

Dans ce contexte, le député LREM Guillaume Kasbarian a déposé un amendement qui vient d’être adopté à l’unanimité en commission spéciale à l’Assemblée nationale. Il vise à protéger le droit à la propriété et à étendre la notion de « domicile » aux résidences secondaires et aux logements occasionnels. En pratique, un préfet disposera dès lors d’un délai de 48 heures après un dépôt de plainte, pour adresser sa réponse au plaignant ainsi qu’une mise en demeure de quitter les lieux aux squatteurs.

L’exécutif a tenu à préciser que cet amendement ne vise ni les locataires, ni les mauvais payeurs.

Un flou demeure toutefois autour de la notion de « logements occasionnels » qui pourraient s’apparenter aux logements vacants. Rappelons que, selon les données de l’INSEE en 2018, les logements vacants étaient estimés à 3 millions, soit 8,4 % de l’ensemble du parc immobilier français. Ces chiffres, qui ont été multipliés par 6 en 10, font émerger de nombreuses propositions de loi ainsi que des taxes, notamment dans les zones les plus tendues.


Dernières Actualités

Les Français veulent investir dans l’immobilier

Publié le 16/04/2021

Selon un récent sondage réalisé par l’institut Poll&Roll pour la start-up immobilière Masteos, l’investissement dans l’immobilier résidentiel, puis dans l’immobilier locatif, reste le placement privilégié des Français. Une envie qui semble toujours aussi présente malgré la crise, l’immobilier étant jugé par beaucoup comme un investissement sûr et rentable.

Rénovation énergétique : les nouvelles mesures de la loi Climat

Publié le 12/04/2021

La future loi climat et résilience promet un « big-bang » de la rénovation énergétique. C’est ce qu’a annoncé Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, au quotidien le Parisien, le 30 mars dernier. Parmi les nouvelles mesures que l’on peut attendre : l’interdiction de la location des logements étiquetés E à partir de 2034, l’obligation de faire appel à un « accompagnateur Rénov » et la réduction du reste à charge grâce au prêt avance mutation.

Location meublée : faut-il assurer les meubles ?

Publié le 09/04/2021

Exception faite des propriétaires qui louent un logement situé en copropriété, les bailleurs n’ont pas d’obligation de s’assurer dans le cadre d’une mise en location. Cependant, il peut être intéressant de se protéger contre les sinistres ou les actes de vandalisme, en particulier si le logement est loué meublé. Quant au locataire, il doit impérativement souscrire une assurance habitation. Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière