Immobilier locatif : quelles solutions en cas de litige entre bailleurs et locataires ?

Publié le 19/12/2018

Les conflits entre propriétaires, bailleurs et locataires sont nombreux chaque année. Si leur résolution implique souvent l’intervention d’un tiers et la mise en place de procédures complexes, il existe pourtant des solutions simples et gratuites. Parmi elles, la conciliation via les commissions départementales, des instances peu connues.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier locatif : quelles solutions en cas de litige entre bailleurs et locataires ?

Secteur locatif : de très nombreux litiges enregistrés chaque année

3 000

Chaque année, la Confédération générale du logement (CGL) recense quelque 3 000 plaintes dont 82 % sont issue du secteur locatif. La non-restitution du dépôt de garantie au locataire par le propriétaire représente quant à elle 16 % des cas.

Parmi les nombreux litiges qui opposent fréquemment locataires et propriétaires, le dépôt de garantie et plus particulièrement sa non-restitution au locataire par le bailleur est de loin le premier problème rencontré. Mais ce n’est pas le seul. Trouble de jouissance, menues réparations ou travaux de plus grande ampleur, montant du loyer ou impayé, état des lieux d’entrée ou de sortie, menace ou procédure d’expulsion, charges locatives, notification du préavis, conditions d’accès à la location, ou encore signature du contrat de bail, peuvent venir ternir les relations entre propriétaires, bailleurs et locataires.

Le rôle souvent méconnu de la Commission départementale de conciliation (CDC)

La commission départementale de conciliation est une instance gouvernementale rattachée au Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales. Elle aide bailleurs et locataires à mettre en place des solutions amiables pour sortir des litiges qui les opposent. Gratuite, elle permet des procédures simplifiées, car elle ne nécessite pas la présence d’un avocat. À ce titre, elle offre donc une bonne alternative aux procédures judiciaires plus coûteuses et plus complexes.

Malgré un rôle bien souvent méconnu, les commissions départementales jouent un rôle essentiel et parfois indispensable. Ainsi, elles doivent obligatoirement être saisies par lettre recommandée avec accusé de réception lorsqu’un litige concernant le loyer oppose le propriétaire à son locataire.

Qu’il s’agisse de son montant, de sa fixation ou de sa révision, le loyer doit faire l’objet d’une conciliation avant toute éventuelle action en justice. Non-obligatoire dans les autres cas, la mise en place d’une conciliation permet cependant de rétablir le dialogueentre les différentes parties.

commission-départementale-conciliation

CDC : la conciliation en pratique

Composées à parts égales par des représentants bailleurs et locataires, les commissions départementales de conciliation se réunissent en audiences pour trouver une issue à chaque problématique. En résulte un document de conciliation si un accord est trouvé ou un avis si le désaccord persiste ou si l’une des deux parties n’a pas pu être représentée. Ledit avis, qui peut être rendu dans un délai de deux mois après la saisine, peut servir de base en cas d’action en justice.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière