Tapage nocturne : quelle est la responsabilité du propriétaire ?

Publié le 11/03/2020

Le propriétaire résidant d’un logement peut être tenu pour responsable en cas de tapage nocturne, cela même s’il n’est considéré que comme un complice aux yeux de la loi. C’est l’amère expérience faite par un père de famille. Celui-ci a été jugé responsable par la Cour de cassation, des troubles du voisinage engendrés par une fête organisée par l’un de ses enfants. En cause : son manque d’action pour faire cesser le bruit.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Tapage nocturne : quelle est la responsabilité du propriétaire ?

Faire ou laisser faire : la culpabilité du complice

En 1994, le Code pénal a révisé la notion de complicité dans le cadre d’une contravention. Jusqu’alors, l’action intentionnelle ou l’aide à l’action suffisaient pour engendrer la culpabilité. Mais, depuis 1994, il suffit parfois de laisser faire pour être jugé complice d’une contravention.

Code Pénal – 1er mars 1994 : « Est complice d’un crime ou d’un délit la personne qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation » ; « Est également complice la personne qui, par don, promesse, menace, ordre, abus d’autorité ou de pouvoir aura provoqué à une infraction ou donné des instructions pour la commettre » ; « Sera puni comme auteur le complice de l’infraction (…) ».

C’est ainsi que tous les propriétaires, présents à leur domicile au moment des faits, peuvent être tenus responsables pénalement des nuisances sonores qui peuvent venir troubler le voisinage.

Nuisances sonores : le propriétaire qui laisse faire peut-être désigné coupable

Dans un arrêt rendu le 26 février 2020, la Cour de cassation a donné raison à un résident de Clermont-Ferrand qui s’était plaint dans la nuit du 7 mai 2016, d’entendre « de nombreux cris, rires et hurlements de jeunes gens » provenant de chez l’un de ses voisins.

Aux alentours de 1h10, les policiers appelés par le voisin incommodé, ont pu constater l’infraction. La présence du père de famille en son domicile a également été confirmée.

Les juges ont dès lors déclaré le propriétaire des lieux coupable de complicité de tapage nocturne. Celui-ci n’ayant rien fait pour faire cesser les nuisances émises depuis son domicile. À ce titre, le propriétaire a été sommé de payer 300 euros d’amende et de verser 150 euros de dommages et intérêts à son voisin.

Outre la notion de propriété vis-à-vis du logement, c’est également le statut de père de famille qui a été retenu pour désigner la complicité d’infraction. Malgré ses protestations et le pourvoi en cassation, celui-ci a été définitivement accusé de troubler la tranquillité d’autrui, ce pour ne pas avoir usé de son autorité pour faire cesser le désordre.

Reste que dans la mesure du possible, il est préférable de tenter de régler ce type de litiges à l’amiable. Les nuisances récurrentes qui surviennent le jour ou la nuit peuvent faire l’objet dans un premier temps d’un courrier puis d’une lettre recommandée avec accusé de réception. Celle-ci doit être adressée au propriétaire si le voisin bruyant est locataire. Un propriétaire-bailleur pourrait voir sa responsabilité engagée devant le tribunal si rien n’est entrepris pour arrêter les troubles.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière