Tapage nocturne : quelle est la responsabilité du propriétaire ?

Publié le 11/03/2020

Le propriétaire résidant d’un logement peut être tenu pour responsable en cas de tapage nocturne, cela même s’il n’est considéré que comme un complice aux yeux de la loi. C’est l’amère expérience faite par un père de famille. Celui-ci a été jugé responsable par la Cour de cassation, des troubles du voisinage engendrés par une fête organisée par l’un de ses enfants. En cause : son manque d’action pour faire cesser le bruit.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Tapage nocturne : quelle est la responsabilité du propriétaire ?

Faire ou laisser faire : la culpabilité du complice

En 1994, le Code pénal a révisé la notion de complicité dans le cadre d’une contravention. Jusqu’alors, l’action intentionnelle ou l’aide à l’action suffisaient pour engendrer la culpabilité. Mais, depuis 1994, il suffit parfois de laisser faire pour être jugé complice d’une contravention.

Code Pénal – 1er mars 1994 : « Est complice d’un crime ou d’un délit la personne qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation » ; « Est également complice la personne qui, par don, promesse, menace, ordre, abus d’autorité ou de pouvoir aura provoqué à une infraction ou donné des instructions pour la commettre » ; « Sera puni comme auteur le complice de l’infraction (…) ».

C’est ainsi que tous les propriétaires, présents à leur domicile au moment des faits, peuvent être tenus responsables pénalement des nuisances sonores qui peuvent venir troubler le voisinage.

Nuisances sonores : le propriétaire qui laisse faire peut-être désigné coupable

Dans un arrêt rendu le 26 février 2020, la Cour de cassation a donné raison à un résident de Clermont-Ferrand qui s’était plaint dans la nuit du 7 mai 2016, d’entendre « de nombreux cris, rires et hurlements de jeunes gens » provenant de chez l’un de ses voisins.

Aux alentours de 1h10, les policiers appelés par le voisin incommodé, ont pu constater l’infraction. La présence du père de famille en son domicile a également été confirmée.

Les juges ont dès lors déclaré le propriétaire des lieux coupable de complicité de tapage nocturne. Celui-ci n’ayant rien fait pour faire cesser les nuisances émises depuis son domicile. À ce titre, le propriétaire a été sommé de payer 300 euros d’amende et de verser 150 euros de dommages et intérêts à son voisin.

Outre la notion de propriété vis-à-vis du logement, c’est également le statut de père de famille qui a été retenu pour désigner la complicité d’infraction. Malgré ses protestations et le pourvoi en cassation, celui-ci a été définitivement accusé de troubler la tranquillité d’autrui, ce pour ne pas avoir usé de son autorité pour faire cesser le désordre.

Reste que dans la mesure du possible, il est préférable de tenter de régler ce type de litiges à l’amiable. Les nuisances récurrentes qui surviennent le jour ou la nuit peuvent faire l’objet dans un premier temps d’un courrier puis d’une lettre recommandée avec accusé de réception. Celle-ci doit être adressée au propriétaire si le voisin bruyant est locataire. Un propriétaire-bailleur pourrait voir sa responsabilité engagée devant le tribunal si rien n’est entrepris pour arrêter les troubles.


Dernières Actualités

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière