Passoires thermiques : les premières décotes constatées

Publié le 29/12/2021

Alors qu’à partir de 2023, les plus énergivores des passoires thermiques seront interdites à la location, le marché semble déjà enregistrer un sursaut des ventes de ces logements. Et dans les agglomérations, notamment, les premières baisses de prix sont observées. Pour les investisseurs qui ne rechignent pas à entreprendre des travaux, c’est donc l’occasion de faire de bonnes affaires.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Passoires thermiques : les premières décotes constatées

Vendre plutôt que rénover : le choix de 13 % des propriétaires de passoires thermiques

À partir du 1er janvier 2023, les plus énergivores des passoires thermiques seront bannies du marché locatif. Autrement dit, cela représente quelque 90 000 logements de la classe énergétique G. Et comme le prévoit la loi Climat et résilience, l’ensemble de la classe G sera concerné à compter de 2025, puis viendront les logements classés F en 2028, puis E. À terme, 1,7 millions de biens ne pourront plus être loués en l’état.

Pour les propriétaires-bailleurs, se pose alors la question de l’avenir de leur patrimoine immobilier. Malgré les aides telles que MaPrimeRénov’, le reste à charge demeure trop élevé pour certains qui préfèrent d’ores et déjà vendre pour anticiper la réforme. Pour d’autres, c’est l’évolution de la réglementation et des travaux jugés trop compliqués, qui encouragent le passage à l’acte. Selon un sondage mené par l’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi) durant l’été dernier, 13 % des ménages prévoient ainsi de vendre leur passoire thermique.

À Paris, Lyon et Bordeaux, les prix des passoires thermiques ralentissent

Selon SeLoger, les grandes villes sont les premières à enregistrer une hausse des ventes de passoires thermiques. +200 % d’annonces de logements classés F et G à Lyon et Limoges, sur la période janvier-septembre 2021 par rapport à janvier-septembre 2020 et +127 % à Marseille.

8 %

Aujourd’hui en France, 8 % des annonces concernent des passoires thermiques. Cette part grimpe à 14 % à Paris, 13 % à Dijon, 11 % à Argenteuil et 9 % à Boulogne-Billancourt.

Dans ce contexte, les prix s’affirment également. SeLoger constate ainsi une hausse moyenne des prix des logements ayant une étiquette énergétique F ou G, de l’ordre de 21 % sur un an. De même, le délai de disponibilité des passoires thermiques s’établit désormais à 43 jours en moyenne, soit 40 % de moins qu’en 2020.

Malgré cela, les premières baisses de prix se font sentir, en particulier dans les grandes villes (-4 % à Paris, -1 % à Lyon et une stagnation à Bordeaux). Une tendance qui pourrait se confirmer dans les mois à venir, l’étiquette énergétique étant de plus en plus scrutée par les futurs acheteurs.

La crise sanitaire et l’évolution de la réglementation n’entachent pas le dynamisme du marché

Dans un contexte de crise sanitaire et alors que la loi Climat et résilience produit ses premiers effets, on pourrait s’attendre à ce que les acheteurs boudent le marché de l’immobilier. Or, si l’on se fie à une note du Conseil supérieur du notariat, en date du 13 décembre dernier, il n’en est rien. 1 198 000 transactions immobilières ont été enregistrées entre octobre 2020 et octobre 2021, soit une hausse de 14,5 % par rapport à 2019.

Les ventes de maisons ont augmenté depuis 2019, de même que les prix, notamment en province. Une des conséquences de la crise sanitaire et des confinements, qui ont incité les acquéreurs à revoir leurs priorités.


Dernières Actualités

Taxe d’habitation : l’impôt sera supprimé pour tous en 2023

Publié le 26/01/2022

L’an prochain, la taxe d’habitation sur la résidence principale, sera définitivement supprimée pour l’ensemble des Français. Si 80 % des ménages sont déjà totalement exonérés, 20 % doivent encore payer une partie de la taxe en 2022. Dates à retenir, calcul, exceptions, voici ce qu’il faut savoir sur la taxe d’habitation en 2022.

La location de studios a toujours le vent en poupe

Publié le 21/01/2022

Avec la crise sanitaire et les confinements successifs, les maisons avec jardin sont parmi les biens les plus recherchés. En 2021, pourtant, les petits espaces de type studios ou T1 sont largement représentés et connaissent même une hausse par rapport à 2020. Une tendance qui peut s’expliquer par un besoin de mobilité et davantage d’offres sur le marché locatif.

Covid et immobilier : 1 locataire sur 5 s’inquiète de ne pas pouvoir payer son loyer

Publié le 19/01/2022

Alors que l’actualité est toujours rythmée par l’épidémie de covid-19, les locataires sont de nouveau nombreux à craindre d’être confrontés à des impayés de loyers. C’est en tout cas ce que révèle un sondage SeLoger, réalisé fin 2021. De leur côté, les bailleurs, plutôt sereins, ont toutefois intérêt à se protéger contre les impayés, grâce, notamment, à la garantie VISALE.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière