En 2028, la mise en location des passoires thermiques sera interdite

Publié le 16/12/2020

Les passoires thermiques représentent près de 5 millions de logements en France. Pour réduire le nombre de ces logements énergivores et ainsi protéger l’environnement autant que les locataires, la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) a proposé qu’ils soient à l’avenir interdits à la location. Une proposition retenue par le Gouvernement qui pourrait être couplée à la mise en place d’un malus pour les contrevenants, qu’ils soient bailleurs ou occupants.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. En 2028, la mise en location des passoires thermiques sera interdite

MISE À JOUR DU 15/01/2021
Un décret, paru au Journal officiel le 13 janvier dernier, interdit la mise en location des habitations dont la consommation énergétique excède 450 kWh par mètre carré, soit classé G sur le DPE, dès 2023. Le texte introduit également le critère de « performance énergétique » dans la définition d’un logement décent. Il en découle que faire de la location, un propriétaire devra prouver que son logement a une consommation d’énergie inférieure à 450 kWh d’énergie finale par mètre carré de surface habitable et par an. 90 000 logements, soit 4 % des « passoires thermiques », seraient concernés par cette échéance.
À l’instar de la surface ou encore du volume, la consommation énergétique sera désormais inscrite dans la loi comme un critère définissant un logement décent. Pour rappel, à partir du 1er juillet 2021, le DPE sera d’ailleurs opposable.

¼ des émissions de gaz à effet de serre sont produites par les logements

4,8 millions, c’est le nombre de logements dont le diagnostic de performance énergétique (DPE) a fait ressortir une classe F ou G. Autrement appelés logements énergivores ou passoires thermiques, ces habitations sont dans le viseur des gouvernements successifs, et ce depuis plusieurs années. Il faut dire que, selon les derniers chiffres énoncés par Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique, « le logement représente 25 % de nos émissions de gaz à effet de serre ».

C’est dans ce contexte que le Gouvernement vient d’annoncer avoir officiellement retenu l’une des 149 propositions de la Convention >Citoyenne pour le Climat. Celle-ci concerne la fin des mises en location des passoires thermiques à partir de 2028.

Propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat – 05 octobre 2020 : « Pour les passoires énergétiques non-rénovées, les mesures et sanctions proposées sont les suivantes : à partir de 2028 : interdire de mettre en location une passoire énergétique – ce qui correspond à classer ces logements en « logements indécents » à partir de cette échéance.».

Des aides pour encourager la rénovation énergétique des logements

Dans son rapport, la Convention Citoyenne pour le Climat préconise la mise en place d’un malus sur la taxe foncière, pour les propriétaires n’ayant pas effectué de travaux de rénovation de leur logement ayant une classe énergétique F ou G. Cette sanction pourrait intervenir dès 2024 pour les propriétaires-occupants et à partir de 2028 pour les propriétaires-bailleurs. Une information qui, pour le moment, n’a pas été confirmée par le Gouvernement et fait encore l’objet de débats.

Car si les pénalités devraient être plus nombreuses à l’avenir, pour inciter les propriétaires de logements énergivores à effectuer des travaux, Barbara Pompili, avec l’appui d’Emmanuel Macron, souhaite que soient renforcés l’accompagnement et les aides financières, notamment pour les plus modestes.

Pour l’heure, tous les ménages peuvent notamment compter sur le dispositif MaPrimeRénov’, dont la nouvelle version est entrée en vigueur le 1er octobre dernier. Cette aide qui remplace le CITE (Crédit d’Impôt Transition Énergétique) depuis le 1er janvier 2020, permet de financer entre 40 % et 90 % du devis pour travaux, selon le niveau de ressources des ménages. Elle est plafonnée à 20 000 €. Une condition toutefois, les travaux doivent être entrepris par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).


Dernières Actualités

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière