Immobilier neuf : après le coronavirus, 50 000 logements construits pour relancer le secteur

Publié le 06/04/2020

Si les conséquences sanitaires de l’épidémie de nouveau coronavirus sont évidentes, les conséquences économiques sont également nombreuses en France. Une crise à laquelle n’échappe pas le secteur de l’immobilier neuf. Pour faire face à la récession qui semble désormais inévitable, les deux principaux bailleurs français ont décidé de financer la construction de quelque 50 000 nouveaux logements d’ici à un an.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier neuf : après le coronavirus, 50 000 logements construits pour relancer le secteur

40 000 logements financés par la Caisse des dépôts à l’horizon 2023

Vendredi 27 mars dernier, la Caisse des dépôts et consignations représentée par Eric Lombard, a lancé « un appel à projets pour la production de 40 000 logements ». Ce plan, destiné à soutenir le secteur de la construction fragilisé par l’épidémie de Covid-19, réunit la filiale CDC Habitat du groupe, ainsi que les professionnels membres du réseau CDC Habitat Partenaires, tels que des promoteurs.

En pratique, ces programmes seront réservés auprès des promoteurs immobiliers dans les 12 prochains mois, pour être construits d’ici à 2023. (cdc-habitat)

Les 40 000 logements commandés se décomposeront comme suit :

  • Logements sociaux neufs : 15 000
  • Logements intermédiaires neufs (loyers modérés) : 10 000
  • Logements locatifs abordables neufs (logements conventionnés avec l’Anah) : 15 000

Les appartements seront des logements VEFA (vente en l’état futur d’achèvement), c’est-à-dire commandés sur plans, construits en zones A bis, A et B1, les plus tendues, ainsi que dans les quelque 200 communes intégrées au Plan « Action cœur de ville ».

10 000 logements sociaux commandés par Action Logement à Paris et en Île-de-France

immobilier-covid-19-constructions-relancer-secteur

Quant au groupe Action Logement, il a décidé de se concentrer sur la production de logements neufs en Île-de-France via sa filiale In’li, spécialisée dans les logements intermédiaires et les locations à loyers modérés.

Le Président du directoire, Benoist Apparu, a récemment annoncé vouloir préparer la sortie de crise liée au coronavirus, en proposant plusieurs milliers de logements dont les loyers seront en moyenne 15 % moins élevés que ceux des logements libres. Objectifs : faciliter l’accès au logement des ménages franciliens modestes et des jeunes actifs.

Pour Action Logement comme pour la Caisse des dépôts, ces plans devraient permettre d’avancer plus rapidement sur les objectifs fixés. Action Logement s’est, en effet, engagé à produire 80 000 logements intermédiaires à l’horizon 2025, quant à CDC Habitat, la promesse porte sur 40 000 logements sociaux d’ici à 2029.

Ces engagements interviennent alors que la France connaît l’une des pires crises sanitaires et économiques de son histoire. Fin mars, le Gouvernement a d’ailleurs annoncé que le pays serait inévitablement confronté à la récession avec une baisse de son produit intérieur brut de plus de 1 %.


Dernières Actualités

Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

Taxe foncière : dégrèvement possible pour certains bailleurs pénalisés par le confinement

Publié le 29/07/2020

La vacance locative est redoutée par les investisseurs locatifs ainsi que par les propriétaires immobiliers qui décident de mettre leur bien en location. Avec l’épidémie de Covid-19, de nombreux loueurs ont ainsi vu leur locataire partir peu avant ou pendant le confinement, et peinent aujourd’hui à retrouver des candidats. L’administration fiscale propose une indemnisation de taxe foncière pour ces bailleurs, sous certaines conditions.

Peut-on investir dans une résidence de tourisme pour y vivre ?

Publié le 24/07/2020

Pour réaliser des économies d’impôt, certains investisseurs optent pour la résidence de tourisme. Un modèle de défiscalisation qui permet de bénéficier jusqu’à 11 % d’avantages fiscaux et qui garantit presque à coup sur de maintenir la valeur de son logement à un niveau élevé. Mais est-il possible d’investir dans une résidence de tourisme pour finalement y habiter ? Quelle est la différence avec un meublé de tourisme ? Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière