BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

11% du PIB généré par le bâtiment : la reprise doit avoir lieu au plus vite

Les visites de l’exécutif sur le terrain se multiplient depuis le 11 mai, date officielle de la fin du confinement en France. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, puis plus récemment Julien Denormandie, ministre du logement, se sont rendus sur de grands chantiers franciliens pour prendre la température.

Si des retards de plusieurs mois ont ainsi pu être constatés, le Gouvernement a rappelé que les mesures sanitaires peuvent désormais être respectées, permettant une reprise rapide dans les meilleures conditions. À la mi-mai, la moitié des chantiers étaient relancés, alors qu’ils n’étaient que 35 % dix jours plus tôt.

2 millions

Le secteur du BTP en France emploie quelque 2 millions de salariés et représente 11 % du PIB. En avril, son activité a chuté d’environ 75 % à cause de la crise du Covid-19 et du confinement imposé.

Une reprise totale impossible avant septembre ?

Reprise totale des chantiers impossible avant septembre

Dans ce contexte, le Gouvernement a fixé des objectifs exigeants aux professionnels du bâtiment. Jugeant, « la reprise (…) nécessaire et possible », Julien Denormandie a déclaré que 100 % des chantiers devaient être relancés d’ici à la fin du mois de mai.

De son côté, la Fédération française du bâtiment dénonce la pression du Gouvernement et juge cet objectif utopique. Les retards accumulés engendrent des surcoûts pour lesquels des accords n’ont pas encore été trouvés, sans compter les marchés publics qui requièrent plus de temps, et les rénovations entreprises par les particuliers qui redoutent de faire entrer quelqu’un chez eux du fait de l’épidémie de coronavirus.

Selon les professionnels du bâtiment et de la construction, il parait peu probable d’envisager une reprise totale avant le mois de septembre.

Une ordonnance qui fait débat, une prime pour les particuliers

Mercredi 13 mai dernier, le Gouvernement a publié une ordonnance qui vise à accélérer la reprise du secteur du BTP. Malgré la fin de l’état d’urgence sanitaire prévue le 10 juillet prochain, les entreprises peuvent dès à présent reprendre une activité normale et respecter les délais imposés. Mais les règles de distanciation sociale et les mesures imposées nuisent à la productivité et la filière, représentée par Jacques Chanut, s’inquiète de ne pas pouvoir tenir les délais et d’être doublement pénalisée.

En réponse, Julien Denormandie suggère aux professionnels de se réunir pour définir les règles et les surcoûts au cas par cas afin de rétablir la confiance.

Pour inciter les particuliers à relancer les travaux de rénovation, le Ministre a également rappelé que Ma Prime Rénov’, lancée en janvier en remplacement du CITE, est toujours en vigueur.


Dernières Actualités

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Loi de finances 2021 : plusieurs dispositifs de défiscalisation prorogés

Publié le 06/01/2021

Votée et publiée au Journal officiel le 30 décembre, la loi de finances pour 2021 favorise les réductions et crédits d’impôt afin d’inciter les particuliers à investir leur épargne. Plusieurs dispositifs de défiscalisation, qui devaient disparaître, sont finalement prolongés.

Quelles locations meublées sont soumises aux cotisations ?

Publié le 30/12/2020

La loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS) a été promulguée et publiée au Journal Officiel du 15 décembre. Il pourrait dès lors y avoir quelques changements concernant les prélèvements et cotisations sociales des loueurs en meublé. Pour rappel, depuis la loi de finances pour 2020, les loueurs en meublé n’ont plus pour obligation de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour être considérés comme professionnels, le changement de statut se fait donc parfois à leur insu.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière