Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Publié le 26/10/2020

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les logements neufs. Dès l’an prochain, il sera obligatoire de construire une douche de plain-pied dans les nouveaux logements, ou de rendre son installation possible et rapide dans le cas d’une baignoire. Une obligation dénoncée par les professionnels du BTP, qui souhaitent que soit mise en place une phase de test avant la généralisation.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

L’ »arrêté douche » vient compléter la loi ELAN

La loi ELAN votée en novembre 2018 avait été l’occasion de clarifier certaines règles liées à l’accessibilité dans les logements. Écoutant la grogne des professionnels qui pointaient du doigt les surcoûts pour les propriétaires et les constructeurs de logements neufs, liés à certains aménagements, l’exécutif avait décidé de limiter à 20 % le nombre de logements reliés par un ascenseur ou situés en rez-de-chaussée, devant être accessibles. Pour les autres, c’est la notion de logements « évolutifs » qui prévaut.

Une notion enrichie par « l’arrêté du 11 septembre 2020 modifiant l’arrêté du 24 décembre 2015 relatif à l’accessibilité aux personnes handicapées des bâtiments d’habitation collectifs et des maisons individuelles lors de leur construction », dit « arrêté douche ».

Arrêté douche – Article 1 : « Dans les logements situés en rez-de-chaussée ou en étages desservis par ascenseur, au moins une salle d'eau, située au niveau d'accès du logement, est équipée d'une zone de douche accessible dont l'accès se fait sans ressaut ou d'une baignoire ».

Douche à l’italienne : une obligation dès le 1er janvier 2021

L’« arrêté douche » prévoit, donc, qu’à compter du 1er janvier 2021, tous les permis de construire concernant les maisons individuelles (sauf celles construites au titre de la résidence principale du propriétaire), ainsi que les appartements situés en rez-de-chaussée, incluent l’installation d’une douche à l’italienne. Si une baignoire est prévue, dans ce cas, les travaux pour la remplacer par une douche de plain-pied, doivent être possibles et ne pas affecter le gros œuvre.

Pour les autres logements, l’obligation est prévue pour le 1er juillet 2021.

Les bâtiments français, pas équipés pour les douches à l’italienne ?

Pour les professionnels du BTP, un test d’une durée de 4 ans, limité aux pièces et logements en rez-de-chaussée devrait être mis en place avant que la mesure ne soit élargie. C’est ce que, par exemple, la Fédération française du bâtiment (FFB), la Fédération des promoteurs immobiliers ou encore l’Union sociale de l’Habitat, qui se sont récemment adressées à Emmanuelle Wargon, ministre du logement.

En termes techniques, la douche à l’italienne est appelée douche à « zéro ressaut ». Autrement dit, aucune surélévation ne nécessite d’enjamber pour accéder à la douche. Une installation qui implique celle d’un siphon vertical, ce qui n’est pas sans poser des problèmes pointés du doigt par la FFB : engorgement des siphons, inondations liées à l’absence de barrière contre l’eau, et électrocution. Si les bâtiments situés dans les pays nordiques, en Hollande, en Espagne et en Allemagne, où les douches sans ressaut sont la norme, sont équipés pour ce type de matériel, ce n’est pas forcément le cas en France dénoncent les professionnels.


Dernières Actualités

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Les perdants de la réforme des APL

Publié le 15/06/2021

L’Aide Personnalisée au Logement (APL), est versée par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) aux ménages ne dépassant pas un certain plafond de revenus. Elle permet d’aider les ménages concernés à se loger en leur attribuant une aide financière calculée en fonction de certains critères. Selon l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj), la réforme de l’APL a pénalisé l’ensemble des jeunes et notamment les actifs.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière