Crédit d’impôt pour remplacer les fenêtres : le gouvernement revient en arrière

Publié le 26/12/2018

Le 30 juin 2018 voyait s’éteindre le crédit d’impôt pour le changement des portes, fenêtres, volets et certaines chaudières jugées trop polluantes. Une mauvaise nouvelle pour les ménages qui avaient envisagé de rénover leur logement après cette date, et dont la grande majorité souhaitait opter pour le remplacement des fenêtres. Mais après l’annonce d’une prime versée en 2019, puis finalement son annulation, la valse-hésitation s’est soldée par un retour en arrière du Gouvernement. Le crédit d'impôt pour le remplacement des fenêtres sera bien rétabli en 2019.


Une réduction d’impôts pour le remplacement des fenêtres en 2019

En juin dernier, le Gouvernement annonçait la fin du CITE (Crédit d’Impôt Transition Énergétique) pour les fenêtres, portes et volets. Une annonce qui n’avait pas manqué de provoquer de vives contestations chez les particuliers, mais aussi chez les professionnels du secteur. Il faut dire que le changement des fenêtres est l’un des premiers postes de dépenses des ménages qui entreprennent des travaux de rénovation.

Le CITE est un avantage fiscal accordé sous la forme d’un crédit d’impôt pour les ménages qui entreprennent des travaux de rénovation énergétique dans leur résidence principale. Attention, seuls certains travaux sont éligibles, et doivent être réalisés par des entreprises certifiées « RGE » (Reconnu Garant de l’Environnement).

Après un refus de l’exécutif de revenir sur sa décision, le Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, François de Rugy, vient finalement d’annoncer que les fenêtres seraient de nouveau éligibles au crédit d’impôt en 2019.

Changement des fenêtres : un impact pourtant très relatif

Les ménages qui envisagent de remplacer les fenêtres de leur habitation principale ont donc tout intérêt à attendre janvier. À partir de cette date, il sera alors possible de bénéficier d’un crédit d’impôt de 100 € par fenêtre, à la condition de remplacer des fenêtres simple vitrage par des fenêtres double vitrage, et de faire réaliser l’opération par une entreprise détenant le label RGE.

Un revirement de situation dont se félicite notamment la Fédération française du bâtiment qui reconnaît une mesure capable de « soutenir la rénovation énergétique ». En revanche, l’ADEME (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) pointe de son côté du doigt une mesure peu efficace. Selon elle, des fenêtres simple vitrage ne seraient à l’origine que de 10 à 15 % des déperditions d’énergie dans les logements. Pour une habitation plus performante, l’ADEME recommande par ailleurs la réalisation de plusieurs travaux en même temps dans le cadre d’un projet de rénovation.

Gouvernement quant à lui, revendique une mesure au coût raisonnable (inférieur à 100 millions d’euros). L’installation d’une fenêtre en double vitrage étant selon lui, aussi efficace que l’isolation d’un mur.


Dernières Actualités

Rénovation immobilière : comment profiter du CITE en 2019 ?

Publié le 22/03/2019

Un temps prévu pour être supprimé fin 2018, le crédit d’impôt transition énergétique, plus connu sous le nom de CITE, a finalement été prorogé jusqu’au 31 décembre 2019. Cette année encore, les propriétaires qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement pourront donc percevoir une partie des frais engagés sous la forme d’un crédit d’impôt sur le revenu. Les conditions d’éligibilité sont les mêmes que l’année précédente.

Immobilier locatif : les atouts de la résidence étudiante

Publié le 20/03/2019

Tout investisseur locatif cherche à lier des avantages fiscaux avec un rendement pertinent. Une combinaison qui peut être atteinte grâce aux résidences étudiantes, de plus en plus prisées. Avec la crise du logement que traverse la France et le nombre d’étudiants dans le supérieur qui ne cesse de croître, ce type d’habitations permet de relier l’offre à la demande.

Investissement à la montagne : booster sa fiscalité grâce au statut de LMNP

Publié le 18/03/2019

Si l’investissement dans l’immobilier de tourisme répond à des règles strictes, il permet également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. À condition de choisir scrupuleusement sa destination, son statut et le mode de location. Le statut de loueur en meublé non professionnel permet d’optimiser cette fiscalité.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière