Rénovation énergétique : sollicitez l’aide qui vous correspond

Publié le 04/10/2019

Au cœur de nombreux débats et objectifs du gouvernement, la rénovation énergétique peut pourtant représenter des difficultés, notamment financières, pour les ménages qui veulent faire des travaux. Des aides existent, bien qu'elles puissent parfois manquer de clarté. L’exécutif a donc décidé de dépoussiérer les dispositifs existants. En 2020, ils seront modifiés et recentrés sur les plus modestes.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Rénovation énergétique : sollicitez l’aide qui vous correspond

Le CITE et une aide de l’Anah remplacés par une prime en 2020

À partir du 1er janvier 2020, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ainsi que certaines aides de l’Anah (Agence Nationale de l’habitat) tel que le programme « Habiter mieux agilité », en faveur de la rénovation énergétique tirent leur révérence. En remplacement, l’État prévoit de mettre en place une prime soutenue par une enveloppe de quelque 800 millions d’euros en 2020, versée à la fin des travaux.

Cette prime présente d’ores et déjà plusieurs avantages comme la possibilité d’en faire la demande via une plateforme en ligne ainsi que son versement qui devrait survenir dès le chantier achevé. Auparavant, le crédit d’impôt était versé avec une année de décalage ce qui pouvait représenter une avance de frais importante. Attention toutefois, les 20 % des ménages les plus riches seront exclus du dispositif, comme le souhaitait l’exécutif.

Les aides en faveur de la rénovation énergétique recentrées sur les ménages les plus modestes

Si les contours précis de cette nouvelle prime sont encore à définir d’ici à la fin de l’année 2019, on sait déjà que le montant de l’aide sera attribué en fonction de la nature des travaux et du gain énergétique atteint. Si le remplacement de fenêtres simple vitrage par des fenêtres double vitrage fera partie du dispositif, il est possible que le remplacement d’une chaudière à gaz soit en revanche exclu.

Afin d’encourager les rénovations énergétiques et d’atteindre la neutralité carbone visée en 2050, l’exécutif va mettre au point un système de bonus-malus en fonction du niveau de performance des rénovations et des équipements.

Contrainte technique oblige, le gouvernement a prévu une mise en place progressive du nouveau dispositif d’aide à la rénovation énergétique. Ainsi, les 40 % de ménages les plus modestes seront les premiers à en profiter en 2020 alors que les 40 % de ménages moyens continueront à bénéficier du CITE avant de percevoir la prime en 2021.

Si les plus aisés sont pour l’heure exclus, le débat parlementaire prévu cet automne pourrait faire pencher la balance. De leur côté, les professionnels du bâtiment souhaitent en effet maintenir les aides pour les plus riches qui ont davantage de moyens pour entreprendre des travaux et qui, donc, dynamisent la filière.

Un objectif financier et environnemental

Pour l’État, l’objectif de cette nouvelle prime est double. D’une part, il s’agit de réduire les dépenses. La prime devrait coûter quelque 800 000 millions d’euros l’an prochain alors que le CITE a coûté à lui seul 900 000 millions d’euros en 2019.

En outre, l’idée est de rénover chaque année entre 500 000 et 600 000 logements contre 360 000 avec les mesures actuelles.


Dernières Actualités

Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

Taxe foncière : dégrèvement possible pour certains bailleurs pénalisés par le confinement

Publié le 29/07/2020

La vacance locative est redoutée par les investisseurs locatifs ainsi que par les propriétaires immobiliers qui décident de mettre leur bien en location. Avec l’épidémie de Covid-19, de nombreux loueurs ont ainsi vu leur locataire partir peu avant ou pendant le confinement, et peinent aujourd’hui à retrouver des candidats. L’administration fiscale propose une indemnisation de taxe foncière pour ces bailleurs, sous certaines conditions.

Peut-on investir dans une résidence de tourisme pour y vivre ?

Publié le 24/07/2020

Pour réaliser des économies d’impôt, certains investisseurs optent pour la résidence de tourisme. Un modèle de défiscalisation qui permet de bénéficier jusqu’à 11 % d’avantages fiscaux et qui garantit presque à coup sur de maintenir la valeur de son logement à un niveau élevé. Mais est-il possible d’investir dans une résidence de tourisme pour finalement y habiter ? Quelle est la différence avec un meublé de tourisme ? Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière