Logement, construction : les grands absents du débat national ?

Publié le 01/03/2019

La politique du Gouvernement en matière de logement et notamment de construction manquerait-elle d’ambition ? C’est en tous cas ce que laisse supposer de nombreux élus et professionnels qui s’inquiètent de la nouvelle loi Elan et de l’absence de certaines questions dans le Grand Débat national mené actuellement. En 2019, la baisse de nouveaux logements devrait se poursuivre.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Logement, construction : les grands absents du débat national ?

Questions du Gouvernement : où est passé le logement ?

Le 14 janvier dernier, le président de la République, Emmanuel Macron, a choisi d’illustrer le Grand Débat national initié quelques semaines plus tôt, par un courrier adressé aux contribuables français. Dans cette lettre, le président a formulé une trentaine de questions regroupées en quatre grandes thématiques : impôts, dépenses et action publique ; organisation de l’État et des collectivités publiques ; transition écologique ; démocratie et citoyenneté.

Ainsi, il invite les Français à s’interroger sur de nombreux sujets comme : « Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ? » , « Faut-il reconnaître le vote blanc ? » ou encore « Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ? ». Mais du côté du logement, pas ou peu d’appels à réflexion. Emmanuel Macron a en effet choisi de résumer ces questions en une seule : « Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? ».

Évidemment, outre les questions du Président, le débat reste ouvert au sens large via des réunions publiques locales ou des contributions spontanées, mais pour les professionnels du secteur, le manque de considération les incite à tirer la sonnette d’alarme.

debat-logement-construction

La chute de l’immobilier neuf inquiète les professionnels du secteur

L’absence des questions relatives au logement a fait réagir plusieurs fédérations à l’image de l’USH (Union sociale pour l’habitat), de l’AdCF (Assemblée des communautés de France), de l’AMF (Association des maires de France) et de la FFB (Fédération française du bâtiment). Beaucoup s’inquiètent en effet de la baisse de la demande de constructions enregistrée en 2018, qui devrait se poursuivre cette année encore. Tant en général qu’en ce qui concerne les logements sociaux.

À Toulouse par exemple, se loger devient de plus en plus difficile. La construction est en baisse alors que la ville enregistre chaque année quelque 4 000 ou 5 000 nouveaux habitants. Même constat à Nantes qualifiée par certains journalistes immobiliers de « Nouveau Bordeaux ». 8 000 nouveaux Nantais tous les ans ont fait grimper le prix de l’immobilier ancien et rendent difficile l’accès au logement.

C’est le Gouvernement tout entier et en particulier le ministre du logement, Julien Denormandie, qui a été interpellé à ce sujet. Dans le viseur des professionnels, une politique trop restrictive, mais aussi le PTZ qui a récemment été recentré sur une partie du territoire ainsi que la loi ELAN.

De son côté, la Fondation Abbé Pierre souhaite une « impulsion financière » pour relancer la construction dans certaines communes où se loger, qui plus est dans de bonnes conditions, est devenu très difficile.


Dernières Actualités

Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

Taxe foncière : dégrèvement possible pour certains bailleurs pénalisés par le confinement

Publié le 29/07/2020

La vacance locative est redoutée par les investisseurs locatifs ainsi que par les propriétaires immobiliers qui décident de mettre leur bien en location. Avec l’épidémie de Covid-19, de nombreux loueurs ont ainsi vu leur locataire partir peu avant ou pendant le confinement, et peinent aujourd’hui à retrouver des candidats. L’administration fiscale propose une indemnisation de taxe foncière pour ces bailleurs, sous certaines conditions.

Peut-on investir dans une résidence de tourisme pour y vivre ?

Publié le 24/07/2020

Pour réaliser des économies d’impôt, certains investisseurs optent pour la résidence de tourisme. Un modèle de défiscalisation qui permet de bénéficier jusqu’à 11 % d’avantages fiscaux et qui garantit presque à coup sur de maintenir la valeur de son logement à un niveau élevé. Mais est-il possible d’investir dans une résidence de tourisme pour finalement y habiter ? Quelle est la différence avec un meublé de tourisme ? Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière