Les bailleurs commerciaux vont-ils devoir renoncer aux loyers impayés du premier confinement ?

Publié le 02/02/2021

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Les bailleurs commerciaux vont-ils devoir renoncer aux loyers impayés du premier confinement ?

La fermeture administrative s’apparente-t-elle à une destruction de la chose louée ?

Doit-on payer son loyer lorsque l’on ne peut pas disposer de son bien ou y exercer son activité ? C’est la question que se posent les locataires de baux commerciaux, depuis le premier confinement imposé en France du 17 mars au 18 mai 2020, en réponse à l’épidémie de Covid-19. Le 5 novembre 2020, la cour d’appel de Grenoble avait rendu un arrêt qui semblait répondre en partie à la question. L’exploitant d’une résidence de tourisme avait été débouté, au motif que la force majeure ne pouvait être retenue en pareil cas. La notion de perte partielle de la chose louée laissait alors déjà entrevoir une issue favorable pour les locataires.

C’est d’ailleurs l’argument avancé par une chaîne hollandaise de magasins discount implantés en France. S’appuyant sur le Code civil, celle-ci s’est interrogée sur la notion de perte de la chose louée, irréfutable en cas de fermeture administrative.

Article 1722 du Code civil : « Si, pendant la durée du bail, la chose louée est détruite en totalité par cas fortuit, le bail est résilié de plein droit ; si elle n’est détruite qu’en partie, le preneur peut, suivant les circonstances, demander ou une diminution du prix, ou la résiliation même du bail. Dans l’un et l’autre cas, il n’y a lieu à aucun dédommagement ».

Un premier jugement rendu à Paris, qui pourrait faire jurisprudence

Dès lors, le tribunal judiciaire de Paris, dans une décision rendue le 20 janvier 2021, a donné raison à cette chaîne hollandaise, l’exonérant de loyers durant la période de fermeture et réfutant, par ailleurs, la demande de dommages et intérêts réclamée par le bailleur.

Jusqu’à présent, des ordonnances et décisions successives incitaient plutôt bailleurs et locataires à trouver un accord amiable. Les bailleurs étaient, en outre, invités à proposer des baisses de loyers en cas de fermeture. Outre la notion de force majeure, c’est également celle d’inexécution du contrat qui ne permettait jusqu’alors pas de donner raison aux locataires, les bailleurs n’étant pas responsables des fermetures administratives. Aussi, la décision rendue le 20 janvier dernier, pourrait faire jurisprudence. Demeurent toutefois quelques questions en suspens : cette décision va-t-elle faire l’objet d’un appel ? Les loyers du printemps 2020 sont-ils définitivement perdus pour les bailleurs ? Qu’en est-il du second confinement de novembre ? Autant d’interrogations qui restent, pour le moment, sans réponse.


Dernières Actualités

Vers une augmentation de la taxe foncière des logements anciens ?

Publié le 26/02/2021

2023 devrait signer la fin de la taxe d’habitation pour l’ensemble des ménages français. Si cela peut sembler une bonne nouvelle à première vue, nombreux sont ceux qui redoutent une hausse de la taxe foncière en contrepartie, notamment pour le financement des communes et des communautés de communes. Actée par la loi de finances pour 2020, la révision des valeurs cadastrales pourrait en effet rebattre les cartes dès 2026.

Le règlement de copropriété peut-il restreindre la location meublée touristique ?

Publié le 22/02/2021

Au soleil, à la montagne, dans les grandes métropoles, investir dans l’immobilier locatif dans le but de proposer un meublé de tourisme peut être gage de rentabilité et de complément de revenus intéressant. Mais certains règlements de copropriété peuvent-ils s’opposer aux locations saisonnières ? Voici quelques conseils pour ne pas passer à côté de votre investissement.

La fin de la trêve hivernale repoussée

Publié le 11/02/2021

La trêve hivernale, période durant laquelle un locataire ne peut pas être expulsé de son logement, court habituellement du 1er novembre au 31 mars de l’année suivante. Mais en raison de la crise sanitaire et de l’épidémie de Covid-19, le Gouvernement, par la voix d’Emmanuelle Wargon, ministre chargée du Logement, a décidé de la prolonger de deux mois.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière