Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l'indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Révision des loyers : un droit annuel non-rétroactif, comme le prévoit la loi ALUR

Pour proposer un bien à la location, il faut rédiger un contrat de location dans lequel figure le montant du loyer hors charges ainsi que la description du logement, sa consistance, sa destination et enfin les équipements privés et ceux relatifs aux parties communes.

Comme le prévoit la législation et notamment la loi ALUR de 2014, les bailleurs privés peuvent réviser les loyers une fois par an, à condition de se baser sur l’IRL communiqué par l’INSEE chaque trimestre.

Loi ALUR du 24 mars 2014 : « Art. 17-1.-I. ― Lorsque le contrat prévoit la révision du loyer, celle-ci intervient chaque année à la date convenue entre les parties. (…) À défaut de clause contractuelle fixant la date de référence, cette date est celle du dernier indice publié à la date de signature du contrat de location.

Le bailleur dispose d’un an à partir de la date de référence pour manifester son souhait de réviser le loyer. Passé ce délai, il « est réputé avoir renoncé au bénéfice de cette clause pour l’année écoulée ». La révision annuelle des loyers n’est donc pas rétroactive.

Un simulateur en ligne pour calculer la révision annuelle des loyers

Simulateur de calcul : révision annuelle des loyers

L’indice de référence des loyers est calculé chaque trimestre par l’INSEE, en fonction de la moyenne de l’évolution des prix à la consommation (hors tabac et loyers) sur les douze derniers mois. Au deuxième trimestre 2020, il s’établit à 130,57, soit une augmentation de 0,66 % sur un an. En comparaison, il était de 130,57 au 1er trimestre 2020 (+0,92 %), 130,26 au 4ème trimestre 2019 (+0,95 %) et 129,99 au 3ème trimestre (+1,20%).

Pour calculer le nouveau loyer pour l’année à suivre, le propriétaire doit se baser sur le loyer en cours, l’IRL du trimestre indiqué dans le bail ou à défaut, celui de la date anniversaire, et l’IRL de la même période, l’année précédente. Ce qui donne pour un loyer de 500 € hors charges, révisé en mai 2020 : (500 x 130,57) / 129,72. Le nouveau loyer est donc de 503,28 €.

Les bailleurs qui souhaitent de l’aide pour procéder à la révision annuelle des loyers peuvent utiliser le simulateur en ligne proposé par l’Institut National de la Consommation.


Dernières Actualités

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière