La révision des loyers bientôt conditionnée à la performance énergétique des logements ?

Publié le 06/05/2020

Une proposition de loi déposée le 7 avril dernier envisage d’aligner la révision annuelle des loyers sur les performances énergétiques des logements, et plus exactement sur les résultats du DPE. Pour inciter les propriétaires de biens immobiliers à rénover et ainsi lutter contre les passoires thermiques, le député Sacha Houlié, à l’initiative du projet, suggère également d’imposer un DPE plus complet.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. La révision des loyers bientôt conditionnée à la performance énergétique des logements ?

Le DPE pourrait devenir le nouvel indicateur pour déterminer le montant d’un loyer

Alors que la France est confinée, les politiques sont toujours à pied d’œuvre pour préparer la sortie de crise. Parmi les secteurs impactés par l’épidémie de Covid-19, l’immobilier fait également l’objet de mesures destinées à relancer le marché. Dans ce contexte, le député LREM Sacha HOULIÉ a présenté début avril son projet de loi « visant à encourager les propriétaires à rendre les logements écologiquement performants ». Une loi qui pourrait ainsi aligner les loyers sur le niveau de performance énergétique des logements.

Actuellement, les propriétaires fonciers qui proposent leur bien à la location peuvent intégrer au bail une clause qui prévoit la révision annuelle du loyer. Cette variation est encadrée et dépend de l’indice de référence des loyers (IRL) que publie l’INSEE. Le député Houlié propose quant à lui d’indexer la révision annuelle des loyers non plus sur l’IRL, mais sur le résultat du diagnostic de performance énergétique (DPE), obligatoire pour vendre ou louer un bien.

7,5 millions de logements français sont des passoires thermiques

loyers-DPE-loi-passoire-thermique

En 2019, 22 % des 35 millions de logements que compte la France étaient considérés comme des passoires thermiques, c’est-à-dire ayant une classe énergétique F ou G. En parallèle, on estime que les bâtiments sont responsables de 45 % de la consommation énergétique du pays.

Et le député Houlié d’insister sur le fait que les locataires, qu’ils le soient par choix ou par nécessité, ont peu de moyens d’action en ce qui concerne la rénovation de leur logement et le niveau de performance énergétique. Pire, cela occasionne des pertes financières et un manque de confort lorsque les locataires sont logés dans des appartements ou des maisons énergivores. En conséquence de quoi, il faut selon lui proposer des mesures incitatives pour les propriétaires. La révision annuelle des loyers pourrait dès lors donner lieu à une augmentation pour les logements classés A, B et C, et à une baisse pour les passoires thermiques étiquetées F et G. Quant aux logements classés D et E, leurs loyers seraient gelés.

« À l’initiative du bailleur aussi bien que du locataire, cette révision ne pourra dépasser à la hausse ou à la baisse 15 % du montant du loyer et est conditionnée à un changement de classe énergétique du bien ». (Proposition de loi n°2789)

Si elle était adoptée, la loi pourrait être effective dès le 1er janvier 2021, date à laquelle les DPE seront désormais opposables, c’est-à-dire contestables par le locataire ou le propriétaire qui constaterait des irrégularités.


Dernières Actualités

Les syndics de copropriété accusés d’avoir profité de la crise sanitaire ?

Publié le 25/01/2021

C’est un communiqué de presse accablant qu’a livré l’association des responsables de copropriété (ARC), le 7 janvier dernier. Dans ce texte intitulé « le hold-up des assemblées générales de copropriété », l’ARC dénonce des abus des syndics de copropriété qui auraient profité de la crise sanitaire et de l’instauration du vote par correspondance pour augmenter leurs honoraires ou faire passer certaines mesures en force.

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière