Du changement pour la rénovation énergétique en 2022

Publié le 12/11/2021

Un parcours plus simple, des aides plus claires, un nouveau service public du nom de France Rénov’, des accompagnateurs à la rénovation ainsi qu’un prêt avance rénovation pour limiter le reste à charge des ménages. Voici la promesse du Gouvernement en matière de rénovation énergétique en 2022. Face au succès inattendu rencontré par MaprimeRénov’ depuis son lancement, l’exécutif a décidé d’encourager les Français hésitants à rénover leur logement, grâce à des aides simplifiées.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Du changement pour la rénovation énergétique en 2022

France Rénov’, un service public gratuit, dédié à la rénovation énergétique

Face au succès rencontré par le dispositif MaprimeRénov’, le Gouvernement a dû revoir sa copie. L’exécutif avait, en effet, prévu de financer quelque 400 000 dossiers en 2021, ils devraient finalement être 800 000 à la fin décembre. 2021 coïncide également avec l’élargissement de l’éligibilité de la prime à l’ensemble des propriétaires immobiliers, qu’ils soient occupants, bailleurs ou copropriétaires.

Si de nombreux Français n’ont donc pas hésité à recourir à l’aide en faveur de la rénovation énergétique distribuée par l’agence nationale de l’habitat (Anah), d’autres en revanche rencontrent des difficultés : méconnaissance des aides existantes, difficultés pour identifier les interlocuteurs et connaître ses droits, reste à charge trop important malgré les aides, crainte des pratiques abusives et des fraudes.

Dans ce contexte, le Gouvernement lancera un nouveau service public le 1er janvier prochain. Du nom de France Rénov’, il regroupera un site Internet, une plateforme téléphonique, mais aussi quelque 450 guichets et des conseillers. Une manière de rassembler les agents de l’Anah ainsi que les conseillers du réseau FAIRE (Faciliter, Accompagner et Informer pour la Rénovation Énergétique), animé par l’Ademe depuis 2018.

Des accompagnateurs à la rénovation et une nouvelle prime

Dès l’an prochain, les ménages pourront, en outre, compter sur des « Accompagnateur Rénov’ » dont le rôle est de les conseiller sur les travaux à réaliser et les artisans à contacter. Ils apporteront également leur expertise pour le montage des plans de financement ainsi que pour trouver les aides les plus appropriées. Ce service devrait être gratuit pour les ménages modestes à très modestes et obligatoire à partir de 2023 pour certains travaux.

L’objectif, pour l’exécutif, est également d’inciter les ménages à entreprendre des rénovations globales et non des mono-gestes comme c’est actuellement le cas pour 86 % des rénovations.

72%

72 % des rénovations énergétiques qui ne portent que sur un seul geste, concernent le remplacement d’une chaudière.

L’an prochain MaprimeRénov’ va évoluer. Le dispositif ne sera plus éligible qu’aux seuls logements achevés depuis plus de 15 ans, selon des barèmes similaires aux barèmes actuels. Les logements plus récents pourront, quant à eux, compter sur le nouveau dispositif MaPrimeRénov’ Sérénité. Cette nouvelle aide pourra financer jusqu’à 50 % des travaux dans la limite de 30 000 €. Dès l’été prochain, elle sera cumulable avec les primes CEE (certificats d’économie d’énergies). Une condition toutefois, obtenir un gain énergétique d’au moins 35 %.

Un « prêt avance rénovation » pour réduire le reste à charge

Pour que le financement ou le reste à charge ne soit plus un frein à la rénovation énergétique, l’Etat souhaite encourager les banques à distribuer le « prêt avance rénovation » en proposant une garantie publique. Une solution rendue possible par la loi Climat et résilience.

Ce prêt permet aux emprunteurs de ne rembourser que les intérêts, le capital étant soldé au moment de la vente du logement ou de la succession.

Si l’exécutif souhaite une généralisation de cette offre, seuls deux réseaux bancaires que sont la Banque Postale et le Crédit Mutuel, s’y sont pour l’instant engagés.


Dernières Actualités

Expulsions et trêve hivernale : ces exceptions souvent méconnues

Publié le 26/11/2021

Depuis plusieurs jours, la France a instauré l’annuelle trêve hivernale, en vigueur pendant cinq mois, soit jusqu’au printemps prochain. Durant cette période, les propriétaires d’un bien immobilier n’ont pas le droit d’expulser un locataire, au motif que celui-ci ne paie pas son loyer, par exemple. Mais il existe cependant des exceptions.

DPE : comment influe-t-il sur la valeur des logements ?

Publié le 24/11/2021

Mal adapté aux logements anciens, le nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) inauguré en juillet dernier, est de nouveau en vigueur après quelques semaines d’arrêt. Si la moyenne des logements français métropolitains se situe en classe énergétique D, d’autres en revanche oscillent entre le A pour les plus performants et le G pour les passoires thermiques. Selon les Notaires de France, ce résultat influe sur le prix des logements. Explications.

Investisseurs : que penser des placements financiers ?

Publié le 19/11/2021

Les idées reçues sur les placements financiers sont nombreuses. En tant qu’investisseur dans l’immobilier, il vous sera sûrement proposé de diversifier votre patrimoine et d’effectuer des placements financiers. Faut-il s’aventurer sur le terrain des placements financiers ? Est-il nécessaire de disposer d’une épargne suffisante ou de hauts revenus ?

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière