Rénovation énergétique : un accompagnateur obligatoire pour les ménages ?

Publié le 20/05/2021

Plus que jamais sur la sellette, les passoires thermiques sont au cœur de nombreuses discussions. Leur rénovation est d’ailleurs l’un des points clé de la loi Climat et résilience. Le rapport rendu par Olivier Sichel, quant à lui, prône un accompagnement personnalisé des ménages qui souhaitent entreprendre ce type de travaux. Une sorte de chef d’orchestre qui serait là pour conseiller, guider et superviser les projets de A à Z.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Rénovation énergétique : un accompagnateur obligatoire pour les ménages ?

Un accompagnateur public ou privé pour conseiller les ménages de A à Z

Présenté par Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, le projet d’un accompagnateur rénovation est issu du rapport pour une réhabilitation énergétique massive, simple et inclusive des logements privés, d’Olivier Sichel, dit rapport Sichel.

Rapport Sichel : « Cette solution implique la création d’acteurs globaux d’accompagnement, intitulés « mon accompagnateur rénov », tiers de confiance, qui sécurisent le parcours auprès des différentes parties prenantes et qui accompagnent le ménage, quel que soit son revenu ».

Celui-ci suggère la mise en place d’un service d’accompagnement « de bout en bout » qui aura pour mission de proposer les travaux les plus adaptés selon la situation et le logement, de préparer le plan de financement à partir d’un audit, d’orienter vers les aides disponibles, de faire le lien avec les banques et d’assurer le suivi des travaux. L’opérateur sélectionné devra être agréé par l’État, il pourra être issu du service public ou du privé.

Vers un accompagnement généralisé et obligatoire pour toutes les rénovations ?

Le rapport Sichel recommande la présence d'un accompagnateur pour la rénovation des passoires thermiques.

Le rapport Sichel recommande par ailleurs de rendre obligatoire le dispositif « mon accompagnateur rénov » pour les rénovations qui représentent plus de 5 000 euros au global et d’y conditionner l’accès aux différentes aides financières.

Chaque accompagnateur devra en outre proposer au moins deux scénarios de travaux à ses clients : un scénario BBC (bâtiment basse consommation) et un scénario dégradé pour répondre aux problématiques techniques et financières. Ce second scénario devra toutefois permettre d’atteindre progressivement le niveau basse consommation, soit un gain énergétique minimum de 55 %. Dès lors, l’État devra subventionner l’accompagnement obligatoire des ménages modestes, très modestes et précaires, ainsi que celui des ménages ayant immédiatement retenu un scénario BBC.

De son côté, l’exécutif semble enclin à généraliser l’obligation d’un accompagnement rénovation, ce indépendamment du montant total des rénovations. Si le projet de loi est adopté en l’état, alors ce point pourra constituer une condition pour l’obtention des aides comme MaPrimeRénov’, l’Éco-PTZ (éco prêt à taux zéro), les coups de pouce énergie et chauffage ou encore l’aide « Habiter mieux sérénité » proposée par l’Anah. Le projet de loi Climat et résilience sera débattu au Sénat courant juin.


Dernières Actualités

Taxe d’habitation : l’impôt sera supprimé pour tous en 2023

Publié le 26/01/2022

L’an prochain, la taxe d’habitation sur la résidence principale, sera définitivement supprimée pour l’ensemble des Français. Si 80 % des ménages sont déjà totalement exonérés, 20 % doivent encore payer une partie de la taxe en 2022. Dates à retenir, calcul, exceptions, voici ce qu’il faut savoir sur la taxe d’habitation en 2022.

La location de studios a toujours le vent en poupe

Publié le 21/01/2022

Avec la crise sanitaire et les confinements successifs, les maisons avec jardin sont parmi les biens les plus recherchés. En 2021, pourtant, les petits espaces de type studios ou T1 sont largement représentés et connaissent même une hausse par rapport à 2020. Une tendance qui peut s’expliquer par un besoin de mobilité et davantage d’offres sur le marché locatif.

Covid et immobilier : 1 locataire sur 5 s’inquiète de ne pas pouvoir payer son loyer

Publié le 19/01/2022

Alors que l’actualité est toujours rythmée par l’épidémie de covid-19, les locataires sont de nouveau nombreux à craindre d’être confrontés à des impayés de loyers. C’est en tout cas ce que révèle un sondage SeLoger, réalisé fin 2021. De leur côté, les bailleurs, plutôt sereins, ont toutefois intérêt à se protéger contre les impayés, grâce, notamment, à la garantie VISALE.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière