Rénovation énergétique : le futur DPE vous aidera à anticiper vos travaux

Publié le 01/04/2021

À partir du 1er juillet prochain, le diagnostic de performance énergétique (DPE) va connaître d’importants changements. En plus de devenir opposable, il permettra de mieux connaître le montant des dépenses énergétiques d’un logement et d’anticiper d’éventuels travaux. Explications.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Rénovation énergétique : le futur DPE vous aidera à anticiper vos travaux

Le DPE, un document clé du dossier de diagnostic technique

Le prix de vente d’un appartement ou d’une maison est un critère clé dans le cadre d’un projet immobilier. Il sert de base au crédit immobilier, il permet de s’assurer que le projet est cohérent au regard de sa capacité d’emprunt et peut également être un instrument de négociation. Le prix n’est toutefois pas le seul paramètre à prendre en compte. Il est, en effet, primordial d’avoir une vision d’ensemble de la consommation d’énergie et des futurs travaux qui devront être menés, ce afin d’éviter les mauvaises surprises et de prévoir le budget nécessaire.

Pour ce faire, les acheteurs peuvent se baser sur le diagnostic de performance énergétique (DPE), l’un des diagnostics obligatoires qui constituent le dossier de diagnostics techniques. Ce document est nécessaire en cas de vente, mais aussi de location d’un bien. Il renseigne le futur habitant sur les émissions de CO² du logement, ainsi que sur sa consommation énergétique. Problème, le DPE est pour l’heure purement informatif et le flou qui l’entoure le rend parfois peu lisible et incomplet.

Le DPE sera repensé et simplifié dès l’été prochain

Le DPE évoluera cet été.

Dans sa nouvelle version, disponible à compter du 1er juillet, le DPE conservera ses étiquettes allant de A à G, A désignant les logements les plus économes en énergie et G les plus énergivores, autrement dit les passoires thermiques. Le vendeur ou le bailleur aura obligation de fournir ces informations dès la publication de l’annonce. À partir de 2023, les passoires thermiques notées G seront interdites à la location. Suivies par les logements notés F en 2028.

Terminée également les deux étiquettes, l’une pour la performance énergétique, l’autre pour les émissions de gaz à effet de serre. Dès l’été prochain, une seule étiquette permettra d’obtenir les deux informations. La note allant de A à G, sera déterminée par le plus bas des deux indicateurs. Pour valoriser un logement, il faudra donc veiller à entreprendre des travaux permettant d’émettre moins de gaz à effet de serre tout en veillant à être plus performant.

Afin de rendre un logement plus performant, il pourra bientôt être nécessaire d’entreprendre des bouquets de travaux : nouveau système de chauffage et isolation, remplacement des fenêtres et installation d’une pompe à chaleur, par exemple.

Le nouveau DPE donnera également une estimation des factures annuelles de dépenses énergétiques sous la forme d’une fourchette. Si ces informations sont purement indicatives, elles permettront de déduire d’un seul coup d’œil quels sont les défauts du logement et quels postes nécessitent des travaux ou un changement d’équipement. Une synthèse sous la forme d’une recommandation sera d’ailleurs annexée au nouveau document. Elle permettra de savoir quels travaux prioriser et d’en estimer le coût.


Dernières Actualités

Éco-PTZ : vers une prolongation du dispositif ?

Publié le 24/06/2021

Alors que l’éco-prêt à taux zéro doit prendre fin au 31 décembre 2021, la députée Bénédicte Peyrol, suggère qu’il soit à la place amélioré et prorogé. Une suggestion faite dans le cadre de l’évaluation du budget 2021. Dans son format actuel, l’éco-PTZ a connu une baisse de près de 73 % des demandes entre ses débuts en 2009 et l’année 2018, avant de trouver un second souffle en 2019.

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière