Investissement locatif : les avantages des résidences seniors ou étudiantes

Publié le 05/09/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Investissement locatif : les avantages des résidences seniors ou étudiantes

Dans la catégorie des résidences de services, il y a les résidences seniors ou étudiantes. Des biens immobiliers de plus en plus recherchés par les investisseurs qui peuvent alors compter sur la gestion d’un exploitant, un loyer garanti ainsi qu’un rendement plutôt intéressant. Des avantages complétés par une fiscalité avantageuse et des dispositifs de défiscalisation dédiés.

Résidence de services : loyer garanti et gestion centralisée

Avec un rendement locatif attendu entre 4 et 5 %, la résidence de services constitue l’un des investissements dans l’immobilier locatif les plus intéressants. Qui plus est, les investisseurs qui souhaitent s’épargner la gestion relative à ce type de placement peuvent compter sur la présence permanente d’un exploitant.

En effet, acheter un logement dans une résidence de services implique la signature d’un bail commercial avec un exploitant ou un gestionnaire indépendant pour une durée minimale de 9 ans non-suspensive. À ce titre, les investisseurs ont la garantie que leur logement, au même titre que la résidence dans son ensemble, est entretenu et que les résidents disposent d’un confort minimum grâce à une palette de services mise à leur disposition. Qui plus est, la vacance locative est quasi inexistante puisque le gestionnaire est chargé de trouver des locataires. Et si toutefois un logement venait à être inoccupé, le propriétaire bailleur perçoit malgré tout un loyer.

Une copropriété avant tout

Les résidences de services sont encadrées par la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. De ce fait, elles doivent être organisées comme toutes les copropriétés. Quant au gestionnaire, il doit impérativement être indépendant.

Article 41-6 : « Le syndicat des copropriétaires d’une copropriété avec services ne peut déroger à l’obligation d’instituer un conseil syndical. » « Le prestataire des services individualisables et non individualisables ne peut être le syndic, ses préposés, son conjoint, le partenaire lié à lui par un pacte civil de solidarité, son concubin…».

Défiscaliser grâce à la résidence de services

Les propriétaires bailleurs qui perçoivent chaque année moins de 23 000 € de revenus locatifs issus de la location de logements meublés, sont considérés, sans qu’aucune
action de leur part ne soit nécessaire, comme des loueurs en meublé non-professionnels (LMNP). Un statut qui permet de bénéficier du régime fiscal micro-BIC qui offre un abattement d’impôt de l’ordre de 50 %.À ce premier avantage vient s’ajouter un dispositif de défiscalisation issu de la loi Censi-Bouvard. Les résidences de services neuves, en VEFA (vente en état futur d’achèvement) ou récemment rénovées peuvent dans ce cas donner lieu à une réduction d’impôts de l’ordre de 11 % sur 9 ans. Attention toutefois, ce dispositif n’a pour l’heure été reconduit que jusqu’au 31 décembre 2018.


Dernières Actualités

Fiscalité : les taxes complémentaires qui pèsent sur les propriétaires

Publié le 30/10/2020

Les taxes locales sont identifiées par les contribuables : taxe foncière sur le bâti, sur le non bâti, taxe d’habitation et cotisation foncière des entreprises. Mais d’autres prélèvements viennent plomber la fiscalité des propriétaires. Sans compter la taxe foncière qui a grimpé en moyenne de plus de 30 % ces dix dernières années. Faisons le point.

Rénovation énergétique : les copropriétés ont désormais droit au dispositif MaPrimeRénov’

Publié le 28/10/2020

Depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent bénéficier du dispositif en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il peut toujours s’agir des propriétaires occupants, mais les propriétaires bailleurs ainsi que les copropriétaires sont également éligibles. L’aide allouée peut atteindre 25 % du montant total des travaux réalisés dans les parties communes.

Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Publié le 26/10/2020

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les logements neufs. Dès l’an prochain, il sera obligatoire de construire une douche de plain-pied dans les nouveaux logements, ou de rendre son installation possible et rapide dans le cas d’une baignoire. Une obligation dénoncée par les professionnels du BTP, qui souhaitent que soit mise en place une phase de test avant la généralisation.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière