Investissement en résidences de services : Censi-bouvard prolongé

Publié le 28/11/2018

Souvent présenté comme une alternative à la loi Pinel, le dispositif de défiscalisation Censi-Bouvard vient d’être prorogé jusqu’au 31 décembre 2021 par la loi de finances 2019.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Investissement en résidences de services : Censi-bouvard prolongé

Souvent présenté comme une alternative à la loi Pinel, le dispositif de défiscalisation Censi-Bouvard vient d’être prorogé jusqu’au 31 décembre 2021 par la loi de finances 2019. Il offre aux investisseurs des réductions d’impôts pour l’achat d’une résidence de services suivi d’une période de location. L’augmentation du nombre d’étudiants et de seniors semble avoir motivé la prolongation du dispositif.

Censi-Bouvard : des réductions d’impôts jusqu’en 2021

L’amendement Bouvard ou Censi-Bouvard, a modifié la loi de finances 2009 et par là même le Code Général des impôts. Du nom des députés Yves Censi et Michel Bouvard, cet amendement propose une réduction d’impôts pour les investisseurs de biens meublés en résidences de services. Qu’il s’agisse d’une structure pour étudiants, d’une résidence médicalisée pour seniors ou d’un établissement pour adultes handicapés tel que les EHPA et EHPAD.

Le dispositif Censi-Bouvard a fait l’objet de plusieurs reconductions. Plus récemment, il devait prendre fin le 31 décembre 2018, mais l’exécutif a voté sa prorogation jusqu’à la fin de l’année 2021. L’augmentation du nombre de jeunes accédant aux études supérieures et la transition démographique qui induit une hausse du nombre de seniors de plus de 60 ans sont les principales raisons de ce renouvellement.

« La réduction d’impôts sur le revenu, dite « LMNP » ou « Censi-Bouvard », s’applique aux contribuables domiciliés en France qui acquièrent du 1er janvier 2009 [au 31 décembre 2021] un logement neuf ou en l’état futur d’achèvement, un logement achevé depuis au moins quinze ans ayant fait l’objet d’une réhabilitation ou qui fait l’objet de travaux de réhabilitation, qu’ils destinent à la location meublée exercée à titre non-professionnel. »

Jusqu’à 33 000 € d’avantages fiscaux, mais attention à la revente

11 % de réduction d’impôts sur le revenu, c’est la promesse du dispositif pour les investisseurs en Censi-Bouvard. Un taux qui reste inchangé jusqu’en 2021 malgré quelques propositions d’amendements.

En faisant l’acquisition d’une résidence de services, l’investisseur s’engage à louer son bien en meublé pendant 9 ans par l’intermédiaire de l’exploitant des lieux. L’investissement initial ne pouvant excéder 300 000 €, la réduction d’impôts maximale est donc de 3 666 € par an pendant 9 ans soit 33 000 € au total.

Attention toutefois, les loyers perçus dans le cadre du dispositif de défiscalisation Censi-Bouvard doivent être déclarés selon le régime fiscal réel. Un régime d’amortissement contraire à celui habituellement proposé aux loueurs en meublé non-professionnels (LMNP) qui bénéficient du micro-BIC. Les investisseurs doivent donc tenir une comptabilité et généraliser ce régime d’imposition à tous leurs biens y compris ceux qui ne s’inscrivent pas dans un tel dispositif. Qui plus est, la revente est souvent encouragée à l’issue de la période de location de 9 ans. Une opération qui peut être accompagnée de charges fiscales lourdes liées notamment à la réversion de la TVA.


Dernières Actualités

Les syndics de copropriété accusés d’avoir profité de la crise sanitaire ?

Publié le 25/01/2021

C’est un communiqué de presse accablant qu’a livré l’association des responsables de copropriété (ARC), le 7 janvier dernier. Dans ce texte intitulé « le hold-up des assemblées générales de copropriété », l’ARC dénonce des abus des syndics de copropriété qui auraient profité de la crise sanitaire et de l’instauration du vote par correspondance pour augmenter leurs honoraires ou faire passer certaines mesures en force.

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière