Immobilier : record de transactions depuis l’an 2000

Publié le 24/08/2021

Et si l’année 2019 n’était finalement pas celle du record du volume de transactions immobilières ? À en croire la dernière note de conjoncture des notaires, c’est entre mai 2020 et mai 2021 que l’on a enregistré le plus grand nombre de ventes depuis… les années 2000 ! S’il s’agit pour beaucoup d’un effet de rattrapage, le nouvel engouement pour les villes moyennes explique aussi la tendance.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier : record de transactions depuis l’an 2000

L’essor des villes moyennes contribue au dynamisme du marché immobilier

Les notaires rapportent qu’entre fin mai 2020 et fin mai 2021, quelque 1 130 000 transactions ont été réalisées. Un chiffre bien supérieur aux 1 024 000 ventes de l’année 2020 et aux 1 067 000 ventes de l’année 2019, à laquelle on prêtait tous les records.

Les notaires expliquent en partie ce dynamisme par le confinement des mois de mars et avril 2020, qui a conduit de nombreux ménages à reporter leur projet immobilier à l’été suivant. Mais ce n’est pas tout. Le nombre de transactions en forte hausse semble avant tout être porté par les nouvelles attentes des ménages et le dynamisme du marché de l’immobilier rural et des villes moyennes. Ce sont en particulier les urbains qui ont goûté au télétravail, qui ont déserté les centres-villes des grandes métropoles comme Paris, Lyon, Bordeaux ou Toulouse, au profit des villes moyennes situées aux alentours.

www.notaires.fr : « Ce constat a d’abord été ressenti spécifiquement pour les maisons anciennes autour de la capitale, les Parisiens ayant témoigné une tendance marquée à partir vers des petites villes, essentiellement situées dans des départements limitrophes ».

Le confort sanitaire des logements a considérablement augmenté depuis 50 ans

Le confort sanitaire a grandement évolué en 50 ans.

L’INSEE dresse un autre bilan de l’évolution de l’immobilier, qui concerne le confort des logements cette fois-ci. En 50 ans, les nouvelles attentes des ménages et les politiques en faveur de la rénovation énergétique, ont considérablement transformé le parc de logements français. Ainsi, les logements de cinq pièces ou plus représentaient 35 % des résidences principales en 2018 contre 18 % en 1968. À l’inverse, les logements de moins de 4 pièces représentaient la majorité des habitations en 1968, soit 59 %, contre 40 % en 2018.

Des logements plus grands donc, mais aussi moins occupés. L’INSEE dénombrait quelque 29 millions de résidences principales au 1er janvier 2018, habitées par 2,2 personnes en moyenne. En 1968, 3,1 personnes occupaient un même logement.

Mais c’est sans conteste le confort sanitaire qui a le plus évolué. Il y a 50 ans, seuls 47 % des logements disposaient d’une baignoire ou d’une douche et 20 % d’entre eux pouvaient se targuer d’être équipés d’une chaudière. Aujourd’hui, la très grande majorité des habitations disposent d’une baignoire ou d’une douche, parfois même les deux, et le chauffage (chaudière ou radiateur électrique) est présent dans 71 % des logements.


Dernières Actualités

Taxe d’habitation : l’impôt sera supprimé pour tous en 2023

Publié le 26/01/2022

L’an prochain, la taxe d’habitation sur la résidence principale, sera définitivement supprimée pour l’ensemble des Français. Si 80 % des ménages sont déjà totalement exonérés, 20 % doivent encore payer une partie de la taxe en 2022. Dates à retenir, calcul, exceptions, voici ce qu’il faut savoir sur la taxe d’habitation en 2022.

La location de studios a toujours le vent en poupe

Publié le 21/01/2022

Avec la crise sanitaire et les confinements successifs, les maisons avec jardin sont parmi les biens les plus recherchés. En 2021, pourtant, les petits espaces de type studios ou T1 sont largement représentés et connaissent même une hausse par rapport à 2020. Une tendance qui peut s’expliquer par un besoin de mobilité et davantage d’offres sur le marché locatif.

Covid et immobilier : 1 locataire sur 5 s’inquiète de ne pas pouvoir payer son loyer

Publié le 19/01/2022

Alors que l’actualité est toujours rythmée par l’épidémie de covid-19, les locataires sont de nouveau nombreux à craindre d’être confrontés à des impayés de loyers. C’est en tout cas ce que révèle un sondage SeLoger, réalisé fin 2021. De leur côté, les bailleurs, plutôt sereins, ont toutefois intérêt à se protéger contre les impayés, grâce, notamment, à la garantie VISALE.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière