Immobilier ancien : les ventes toujours à la hausse

Publié le 16/10/2019

Le succès de l’immobilier ancien ne se dément pas auprès des acheteurs français. Malgré un léger ralentissement en septembre, le volume record des transactions, cette année, est porté par les taux qui ne cessent de baisser. En un an, les ventes ont fait un bond de 7 % sur tout le territoire et de 4 % en Île-de-France.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier ancien : les ventes toujours à la hausse

Une année record pour le marché de l’immobilier ancien

Au 31 juillet, la barre symbolique du million de transactions immobilières dans l’ancien a été franchie sur douze mois. C’est plus que le nombre de ventes enregistrées entre le 31 mars 2018 et le 31 mars 2019, soit 985 000. Et, avec la politique de taux bas, c’est particulièrement le moment d’acheter. Si les crédits sont toujours très attractifs en ce début d’automne, les prévisions annoncent plutôt une stagnation dans les mois à venir avant une hausse probable dès l’été prochain.

1,02 million

Entre juillet 2018 et juillet 2019, 1,02 million de transactions immobilières ont été enregistrées en France, soit une hausse de 7 % en un an. En Île-de-France, les transactions sont au nombre de 181 140, soit une hausse de 4 % en un an.

Si une légère pause semble avoir rythmé le mois de septembre, la traditionnelle trêve estivale n’a pas eu lieu. Le marché de l’immobilier ancien est porté par des taux bas et des conditions de financement toujours plus attractives.

Des taux bas, des durées d’emprunt qui s’allongent

Hors assurance, la moyenne des taux d’intérêt s’affichait à 1,17 % en août, toutes durées confondues. Un climat favorable aux acquisitions immobilières qui dope le marché. Depuis 2011, les ménages ont gagné près de 30 % de capacité d’emprunt, ce qui a permis de contrer la hausse des prix dans la plupart des grandes villes françaises.

Les primo-accédants, secundo-accédants et autres investisseurs immobiliers peuvent, en outre, compter sur des durées d’emprunt de plus en plus longues. Cet été, 42,5 % des crédits immobiliers accordés engageaient les emprunteurs sur des durées égales ou supérieures à 25 ans au lieu de 35,4 % un an auparavant. De son côté, la part d’apport personnel a diminué de 20 % en cinq ans. Certaines banques n’hésitent d’ailleurs pas à prêter pour la totalité du projet incluant le prix d’achat et les frais annexes tels que les frais de notaire.

L’immobilier, plus sûr et plus rentable que l’épargne

Le succès de l’immobilier ancien et des investissements dans la pierre en général est également le résultat de la perte de vitesse des autres placements comme l’épargne. Plus sûr, l’immobilier est également plus rentable. À titre de comparaison, un investisseur locatif peut attendre un rendement de l’ordre de 3 % à Paris et 10 % à Saint-Etienne contre 1,5 % pour une assurance-vie.

Cette dynamique semble se maintenir alors que les prix de l’immobilier ne cessent de grimper. Celui des appartements en particulier. À Lyon et Rennes, par exemple, les logements collectifs affichent une hausse de 10 % sur un an contre 4 à 7 % pour le reste du territoire.


Dernières Actualités

Investissement locatif : la colocation meublée ne présente-t-elle que des avantages ?

Publié le 21/02/2020

Rentabiliser au maximum son investissement tout en réduisant sa fiscalité, tel est le souhait de tous les investisseurs immobiliers. Pour ce faire, la tendance consiste à recourir à la colocation meublée, une combinaison qui permet d’assurer un rendement jusqu’à 15 % supérieur à celui d’une location classique. Attention toutefois, si les atouts sont nombreux, la colocation meublée nécessite des capacités de gestion quotidienne et minutieuse.

Logements vacants : le plan du Gouvernement pour inciter les propriétaires à louer

Publié le 17/02/2020

Alors que dans certaines villes, trouver un logement est synonyme de parcours du combattant, le nombre de logements vacants est quant à lui en perpétuelle hausse depuis quelques années. Un constat alarmant qui a conduit le Gouvernement à lancer un plan national destiné à inciter les propriétaires d’un logement vide à le proposer à la location. Dans le cas contraire, les pouvoirs publics évoquent à demi-mot la réquisition ou les mesures fiscales incitatives.

Construction : du bois, de la paille et du chanvre dans les futurs grands projets publics

Publié le 14/02/2020

Dans trente ans, sept habitants sur dix vivront en ville. Dans ce contexte et, parce que les enjeux climatiques sont de taille, le ministère de la Ville et du logement a présenté son plan « ville durable » qui vise à repenser les règles d’urbanisme. Parmi les nouvelles mesures, la moitié des grands projets publics d’aménagement construits d’ici à 2022 devront comporter des matériaux biosourcés comme le chanvre et la paille, ainsi que du bois.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière