Immobilier ancien : les ventes toujours à la hausse

Publié le 16/10/2019

Le succès de l’immobilier ancien ne se dément pas auprès des acheteurs français. Malgré un léger ralentissement en septembre, le volume record des transactions, cette année, est porté par les taux qui ne cessent de baisser. En un an, les ventes ont fait un bond de 7 % sur tout le territoire et de 4 % en Île-de-France.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier ancien : les ventes toujours à la hausse

Une année record pour le marché de l’immobilier ancien

Au 31 juillet, la barre symbolique du million de transactions immobilières dans l’ancien a été franchie sur douze mois. C’est plus que le nombre de ventes enregistrées entre le 31 mars 2018 et le 31 mars 2019, soit 985 000. Et, avec la politique de taux bas, c’est particulièrement le moment d’acheter. Si les crédits sont toujours très attractifs en ce début d’automne, les prévisions annoncent plutôt une stagnation dans les mois à venir avant une hausse probable dès l’été prochain.

1,02 million

Entre juillet 2018 et juillet 2019, 1,02 million de transactions immobilières ont été enregistrées en France, soit une hausse de 7 % en un an. En Île-de-France, les transactions sont au nombre de 181 140, soit une hausse de 4 % en un an.

Si une légère pause semble avoir rythmé le mois de septembre, la traditionnelle trêve estivale n’a pas eu lieu. Le marché de l’immobilier ancien est porté par des taux bas et des conditions de financement toujours plus attractives.

Des taux bas, des durées d’emprunt qui s’allongent

Hors assurance, la moyenne des taux d’intérêt s’affichait à 1,17 % en août, toutes durées confondues. Un climat favorable aux acquisitions immobilières qui dope le marché. Depuis 2011, les ménages ont gagné près de 30 % de capacité d’emprunt, ce qui a permis de contrer la hausse des prix dans la plupart des grandes villes françaises.

Les primo-accédants, secundo-accédants et autres investisseurs immobiliers peuvent, en outre, compter sur des durées d’emprunt de plus en plus longues. Cet été, 42,5 % des crédits immobiliers accordés engageaient les emprunteurs sur des durées égales ou supérieures à 25 ans au lieu de 35,4 % un an auparavant. De son côté, la part d’apport personnel a diminué de 20 % en cinq ans. Certaines banques n’hésitent d’ailleurs pas à prêter pour la totalité du projet incluant le prix d’achat et les frais annexes tels que les frais de notaire.

L’immobilier, plus sûr et plus rentable que l’épargne

Le succès de l’immobilier ancien et des investissements dans la pierre en général est également le résultat de la perte de vitesse des autres placements comme l’épargne. Plus sûr, l’immobilier est également plus rentable. À titre de comparaison, un investisseur locatif peut attendre un rendement de l’ordre de 3 % à Paris et 10 % à Saint-Etienne contre 1,5 % pour une assurance-vie.

Cette dynamique semble se maintenir alors que les prix de l’immobilier ne cessent de grimper. Celui des appartements en particulier. À Lyon et Rennes, par exemple, les logements collectifs affichent une hausse de 10 % sur un an contre 4 à 7 % pour le reste du territoire.


Dernières Actualités

Résidences de services : la crise du Covid-19 fait grimper les impayés de loyers

Publié le 13/01/2021

Les exploitants de résidences seniors, étudiantes, touristiques, et autres résidences de services, sont dans la tourmente à cause de l’épidémie de coronavirus. Fragilisé par les confinements et la crise économique, nombre d’entre eux se trouve dans l’impossibilité de payer les loyers dus aux propriétaires. Des propriétaires qui n’hésitent souvent pas à contracter un emprunt pour financer leur investissement.

Loi de finances 2021 : plusieurs dispositifs de défiscalisation prorogés

Publié le 06/01/2021

Votée et publiée au Journal officiel le 30 décembre, la loi de finances pour 2021 favorise les réductions et crédits d’impôt afin d’inciter les particuliers à investir leur épargne. Plusieurs dispositifs de défiscalisation, qui devaient disparaître, sont finalement prolongés.

Quelles locations meublées sont soumises aux cotisations ?

Publié le 30/12/2020

La loi n° 2020-1576 du 14 décembre 2020 de financement de la sécurité sociale pour 2021 (PLFSS) a été promulguée et publiée au Journal Officiel du 15 décembre. Il pourrait dès lors y avoir quelques changements concernant les prélèvements et cotisations sociales des loueurs en meublé. Pour rappel, depuis la loi de finances pour 2020, les loueurs en meublé n’ont plus pour obligation de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour être considérés comme professionnels, le changement de statut se fait donc parfois à leur insu.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière