Immobilier ancien : les ventes toujours à la hausse

Publié le 16/10/2019

Le succès de l’immobilier ancien ne se dément pas auprès des acheteurs français. Malgré un léger ralentissement en septembre, le volume record des transactions, cette année, est porté par les taux qui ne cessent de baisser. En un an, les ventes ont fait un bond de 7 % sur tout le territoire et de 4 % en Île-de-France.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier ancien : les ventes toujours à la hausse

Une année record pour le marché de l’immobilier ancien

Au 31 juillet, la barre symbolique du million de transactions immobilières dans l’ancien a été franchie sur douze mois. C’est plus que le nombre de ventes enregistrées entre le 31 mars 2018 et le 31 mars 2019, soit 985 000. Et, avec la politique de taux bas, c’est particulièrement le moment d’acheter. Si les crédits sont toujours très attractifs en ce début d’automne, les prévisions annoncent plutôt une stagnation dans les mois à venir avant une hausse probable dès l’été prochain.

1,02 million

Entre juillet 2018 et juillet 2019, 1,02 million de transactions immobilières ont été enregistrées en France, soit une hausse de 7 % en un an. En Île-de-France, les transactions sont au nombre de 181 140, soit une hausse de 4 % en un an.

Si une légère pause semble avoir rythmé le mois de septembre, la traditionnelle trêve estivale n’a pas eu lieu. Le marché de l’immobilier ancien est porté par des taux bas et des conditions de financement toujours plus attractives.

Des taux bas, des durées d’emprunt qui s’allongent

Hors assurance, la moyenne des taux d’intérêt s’affichait à 1,17 % en août, toutes durées confondues. Un climat favorable aux acquisitions immobilières qui dope le marché. Depuis 2011, les ménages ont gagné près de 30 % de capacité d’emprunt, ce qui a permis de contrer la hausse des prix dans la plupart des grandes villes françaises.

Les primo-accédants, secundo-accédants et autres investisseurs immobiliers peuvent, en outre, compter sur des durées d’emprunt de plus en plus longues. Cet été, 42,5 % des crédits immobiliers accordés engageaient les emprunteurs sur des durées égales ou supérieures à 25 ans au lieu de 35,4 % un an auparavant. De son côté, la part d’apport personnel a diminué de 20 % en cinq ans. Certaines banques n’hésitent d’ailleurs pas à prêter pour la totalité du projet incluant le prix d’achat et les frais annexes tels que les frais de notaire.

L’immobilier, plus sûr et plus rentable que l’épargne

Le succès de l’immobilier ancien et des investissements dans la pierre en général est également le résultat de la perte de vitesse des autres placements comme l’épargne. Plus sûr, l’immobilier est également plus rentable. À titre de comparaison, un investisseur locatif peut attendre un rendement de l’ordre de 3 % à Paris et 10 % à Saint-Etienne contre 1,5 % pour une assurance-vie.

Cette dynamique semble se maintenir alors que les prix de l’immobilier ne cessent de grimper. Celui des appartements en particulier. À Lyon et Rennes, par exemple, les logements collectifs affichent une hausse de 10 % sur un an contre 4 à 7 % pour le reste du territoire.


Dernières Actualités

Copropriétés et coronavirus : le plan du gouvernement pour palier l’interdiction de rassemblements

Publié le 25/03/2020

Avec le confinement et l’interdiction de rassemblement auxquels doivent se conformer les Français, les événements locaux et nationaux ne cessent d’être reportés ou annulés. C’est donc également le cas des assemblées générales de copropriété, ce qui peut venir perturber leur gestion. Afin d’éviter les irrégularités juridiques, le ministère du Logement a décidé de repousser les échéances contractuelles des mandats attribués aux syndics.

Coronavirus : comment s’organisent les professionnels de l’immobilier ?

Publié le 23/03/2020

Avec la crise du coronavirus, la France est à l’arrêt. Comment faire, dans ce cas, pour mener à bien une acquisition immobilière ou vendre son logement ? Même si le confinement imposé depuis bientôt une semaine a bousculé le quotidien des professionnels de l’immobilier, Internet permet de palier certains problèmes.

Après le coworking, le coliving réinvente la colocation

Publié le 18/03/2020

Et si l’on repensait le vivre ensemble ? C’est le défi que s’est lancé une start-up immobilière française qui vient de lever plusieurs millions d’euros. Si ce nouveau mode d’habitat semble déjà intéresser les investisseurs depuis plusieurs mois, il peut être difficile de le distinguer de la colocation traditionnelle et des résidences de services parmi lesquelles les résidences étudiantes.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière