Immobilier : la date du 11 mai sonnera-t-elle l’heure de la reprise ?

Publié le 24/04/2020

Annoncée par Emmanuel Macron, le lundi 13 avril dernier, la fin du confinement pourrait donc être fixée au 11 mai. Bien qu’encore lointaine, cette date permet d’ores et déjà aux Français de se projeter et d’entrevoir une liberté retrouvée. Pour les ménages ayant un projet immobilier en cours ou à venir, c’est également l’heure de faire le point.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Immobilier : la date du 11 mai sonnera-t-elle l’heure de la reprise ?

Fin du confinement : le secteur de l’immobilier prêt à reprendre le travail

Reprise d’une activité professionnelle « normale », réouverture progressive des écoles, voici ce que laisse entrevoir la fin du confinement imposé depuis le mardi 17 mars dernier à midi. La date du 11 mai est donc particulièrement attendue par les ménages français ainsi que par les chefs d’entreprises, les commerçants, les artisans.

Pour les professionnels de l’immobilier et de la construction, la fin du confinement et celle de l’état d’urgence sanitaire, vont permettre de relancer un secteur à l’arrêt. Il y a quelques jours, la fédération nationale de l’immobilier avait par exemple estimé à 3 000 le nombre d’agences immobilières menacées de fermeture en cas de prolongement de la période de confinement.

Vers une reprise progressive de l’activité immobilière

Covid-19-confinement-reprise-immobilier

C’est toutefois une reprise progressive et graduelle de l’activité à laquelle il faut s’attendre. Malgré de nombreuses mesures et ordonnances prises par le Gouvernement pour soutenir l’activité immobilière, les constructeurs, les fournisseurs, les agents immobiliers, les banques, les notaires, mais également les ménages qui souhaitent acheter ou vendre devront composer avec des délais et des dispositions particulières.

Comme le prévoit l’ordonnance du 15 avril, la délivrance des permis de construire reprendra à partir de la fin de l’état d’urgence sanitaire fixée au 24 mai prochain. Quant aux délais de rétractation, ceux déjà en cours au moment de la promulgation de la période d’urgence sanitaire (le 12 mars), reprendront le 24 mai également, avec un minimum de sept jours.

Ces dispositions ont évolué après le tollé provoqué par l’ordonnance publiée le 25 mars, qui prévoyait l’instauration d’un délai supplémentaire d’un mois après la fin de l’état d’urgence.

Reste que pour beaucoup, même si l’économie redémarre et que les travailleurs reprennent progressivement le chemin de leur bureau, la vraie relance pourrait en réalité se faire en septembre. La plupart des ménages ayant un projet immobilier dans les douze mois à venir semblaient peu impactés par l’épidémie de coronavirus. Mais cette période aura tout de même fait souffler un vent d’incertitude qui pourrait inciter les particuliers à différer leur achat, qu’il s’agisse d’investir dans l’immobilier locatif ou dans une résidence principale.

La date du 11 mai aura au moins le mérite de permettre aux banques, aux notaires, aux agents immobiliers, aux diagnostiqueurs, de traiter les demandes en attente et de solder les quelque 100 000 transactions bloquées depuis le 17 mars.


Dernières Actualités

Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

Taxe foncière : dégrèvement possible pour certains bailleurs pénalisés par le confinement

Publié le 29/07/2020

La vacance locative est redoutée par les investisseurs locatifs ainsi que par les propriétaires immobiliers qui décident de mettre leur bien en location. Avec l’épidémie de Covid-19, de nombreux loueurs ont ainsi vu leur locataire partir peu avant ou pendant le confinement, et peinent aujourd’hui à retrouver des candidats. L’administration fiscale propose une indemnisation de taxe foncière pour ces bailleurs, sous certaines conditions.

Peut-on investir dans une résidence de tourisme pour y vivre ?

Publié le 24/07/2020

Pour réaliser des économies d’impôt, certains investisseurs optent pour la résidence de tourisme. Un modèle de défiscalisation qui permet de bénéficier jusqu’à 11 % d’avantages fiscaux et qui garantit presque à coup sur de maintenir la valeur de son logement à un niveau élevé. Mais est-il possible d’investir dans une résidence de tourisme pour finalement y habiter ? Quelle est la différence avec un meublé de tourisme ? Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière