Diagnostics immobiliers et coronavirus : quelles conséquences sur les ventes ?

Publié le 14/04/2020

Pour vendre ou mettre en location un appartement ou une maison, il faut obligatoirement fournir un dossier de diagnostic technique complet au futur locataire ou à l’acquéreur. Or, dans ce contexte de confinement imposé pour faire face à l’épidémie de Covid-19, les spécialistes du diagnostic immobilier sont contraints de mettre leur activité en pause.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Diagnostics immobiliers et coronavirus : quelles conséquences sur les ventes ?

Dossier de diagnostic technique : une obligation pour vendre ou louer un logement

Le dossier de diagnostic technique (DDT) contient toutes les informations techniques relatives à un logement mis en vente ou en location. Selon la nature du bien et de l’opération, de la date de construction et des installations, ainsi que de la situation géographique, les pièces qui doivent être obligatoirement fournies sont les suivantes :

  • Diagnostic de performance énergétique (DPE),
  • Diagnostic amiante,
  • Diagnostic plomb,
  • Surface loi Carrez,
  • Diagnostic d’état des risques et des pollutions (ERP),
  • Diagnostic thermites,
  • Diagnostics gaz et électricité.

Les pièces doivent être transmises au locataire ou à l’acheteur au plus tard le jour de la signature de l’acte de vente définitif ou du contrat de location.

Les ménages frileux à l’idée de recevoir un diagnostiqueur à domicile

Depuis le 17 mars, date du confinement imposé au Français pour tenter d’enrayer l’épidémie de coronavirus, les professionnels du diagnostic immobilier sont obligés d’arrêter leur activité. Si les agents immobiliers peuvent travailler à distance en proposant des visites virtuelles ou des signatures de compromis dématérialisées, difficile en effet pour les diagnostiqueurs de se rendre dans des logements habités.

Les diagnostiqueurs ont été contraints de transmettre leurs équipements disponibles aux personnels soignants, tels que les masques et les gels hydroalcooliques. Dans ce contexte, le risque de contamination est donc d’autant plus grand pour les professionnels comme pour les familles qui recevraient un diagnostiqueur à domicile.

Une mauvaise nouvelle pour les ménages ayant un projet immobilier, qui s’ajoute à la baisse de l’activité des études de notaires sans qui la signature des actes de vente définitif est impossible.

Depuis le 1er janvier 2011, le DPE est obligatoire pour toutes les annonces de vente ou de location de logement.

Campagne de dépistage : indispensable pour relancer l’activité immobilière ?

Pour que les transactions puissent de nouveau être menées à terme et que les dossiers en cours soient soldés rapidement, de nombreux diagnostiqueurs travaillent d’ores et déjà à un plan de relance. Cela pourrait commencer par les diagnostics immobiliers effectués dans les logements vides, ce bien avant la fin du confinement. Une stratégie déjà adoptée par les agents immobiliers qui peuvent plus facilement faire visiter des appartements ou des maisons sans habitants.

Quant au dépistage, il est plébiscité par la plupart des professionnels de l’immobilier. Une campagne massive de tests au coronavirus est, selon eux, indispensable pour que l’activité soit relancée.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière