Corse : les résidences secondaires des continentaux ne seront pas surtaxées

Publié le 20/09/2019

Pour lutter contre la hausse du nombre de résidences secondaires sur l’île de beauté, le président de l'Assemblée de Corse a déposé une proposition de loi. Celle-ci vise à appliquer une lourde taxe sur les résidences secondaires détenues par des continentaux tout en exonérant les locaux. Jugée anticonstitutionnelle, cette proposition a pour l’heure été rejetée.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Corse : les résidences secondaires des continentaux ne seront pas surtaxées

De plus en plus de résidences secondaires en Corse

Combat des nationalistes Corses depuis de nombreuses années, la question des résidences secondaires est au cœur des discussions. Il faut dire que l’île de beauté dénombrait quelque 59 021 résidences secondaires en 1999 et 90 160 en 2015. Des taux respectifs de 33 % et 37,2 % bien au-dessus des chiffres observés sur le continent. A titre de comparaison, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur compte 17,7 % de maisons de villégiature contre 15,7 % en Occitanie et une moyenne de 9,6 % sur le plan national.

Si L’INSEE ne fournit pas d’indications précises sur la part de résidences secondaires détenues par les continentaux, c’est trop pour les nationalistes qui souhaitent l’instauration d’un statut de résident. Une demande jusqu’à présent rejetée par les Gouvernements successifs parce qu’elle est contraire au droit de la propriété.

Code Civil – Article 544 : « La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements ».

La situation cadastrale de l’île de beauté doit être clarifiée

La situation cadastrale de l’Île de beauté doit être clarifiée

Pour limiter le développement des résidences secondaires en Corse et privilégier les Corses au détriment des continentaux, Jean-Guy Talamoni, le président de l’Assemblée de Corse, membre du mouvement Corsica Libera, soutient une délibération votée sur l’Île en 2014.

Celle-ci prévoit une lourde taxation des propriétaires d’une résidence secondaire sur l’île, mais qui résident par ailleurs sur le continent. Dans ce scénario, les résidences dites patrimoniales, appartenant à des Corses, seraient quant à elles exonérées. En outre, les nationalistes souhaitent que les achats immobiliers (résidences principales et résidences secondaires) effectués sur l’île soient réservés aux Corses, comprendre les particuliers vivants en permanence en Corse, ce depuis cinq ans ou plus, ainsi qu’aux personnes nées en Corse mais vivant hors de l’île, grâce à une dérogation.

Des mesures jugées anticonstitutionnelles par les Gouvernements successifs et notamment par Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires. Et la ministre de rappeler que la Corse est par ailleurs victime de problèmes fonciers depuis plusieurs années. Historiquement, plusieurs personnes se partagent parfois un même terrain ce qui rend complexe le recensement et l’identification des propriétaires. Les documents d’urbanisme tels que les cartes communales et autres PLU (Plan Local d’Urbanisme) sont parfois même inexistants dans certaines communes. Une situation qui a conduit une proposition de loi à être adoptée en 2017 dans le but de clarifier la situation cadastrale sur l’île de beauté.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière