Convention citoyenne : moins de béton dans les villes, quels impacts sur les logements de demain ?

Publié le 08/07/2020

Ne plus bétonner les villes à outrance, réduire les surfaces urbanisables et redynamiser les centres-villes en misant sur les commerces de proximité, c’est une proposition phare de la Convention Citoyenne pour le Climat qui a réuni, pendant plusieurs mois, quelque 150 citoyens tirés au hasard. Reprise par Emmanuel Macron, cette proposition pourrait profondément modifier les futurs logements et l’architecture même des villes.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Convention citoyenne : moins de béton dans les villes, quels impacts sur les logements de demain ?

Convention citoyenne pour le Climat : 149 propositions, 3 rejetées

Lundi 29 juin, Emmanuel Macron s’est adressé aux 150 de la Convention citoyenne pour le climat. L’occasion pour lui de réaffirmer sa volonté de réduire les surfaces bétonnées dans les villes françaises. Il a également dénoncé « l’étalement » des logements en périphéries des villes moyennes, responsable en partie selon lui du « mal-logement ».

Pour le moment à l’état d’étude, les 149 propositions de l’Assemblée citoyenne, dont trois ont été refusées, pourraient avoir des conséquences importantes sur le logement de demain si elles étaient adoptées.

« Arrêter la bétonisation, c’est un projet pour rendre notre pays plus humain, au fond plus beau ».


Emmanuel Macron – 29 juin 2020

Fin de l’urbanisation des villes : des logements plus hauts et des terrains plus petits ?

Qui dit moins de surface urbanisable, dit nécessairement des logements plus hauts. Ainsi, selon l’Institut du Management des Services Immobiliers, la moyenne actuelle des bâtiments de R+3 étages ou R+4 étages (comprendre 4 ou 5 niveaux) pourrait dès lors passer à R+5 étages ou R+6 étages. Une configuration qui pourrait impacter considérablement le visage des agglomérations. Mais pour l’heure, c’est toute une politique d’urbanisation que doivent repenser les collectivités, ce qui peut nécessiter du temps. Les grands buildings dans les villes françaises, ce n’est donc pas pour demain.

Une des solutions les plus envisageables, d’ailleurs revendiquée par la Convention Citoyenne, consiste à rénover l’existant plutôt qu’à construire à outrance. Il s’agit de ne pas artificialiser les sols des villes où des friches commerciales, industrielles et artisanales existent et permettent d’accueillir de nouveaux logements. Pas de bétonisation supplémentaire si des espaces sont disponibles.

Concernant le prix de l’immobilier neuf, celui-ci pourrait encore grimper si les surfaces constructibles se font plus rares. Pour les professionnels, tout l’enjeu consisterait alors à vendre des logements au même prix, tout en incluant un prix du foncier plus important. Cela représenterait un coup dur pour la filière déjà affaiblie ces derniers mois.

Quant aux maisons individuelles, leurs parcelles pourraient être considérablement réduites dans les années à venir. Les maisons de plain-pied devraient se raréfier au profit de maisons à étages. À titre d’exemple, en dix ans, les terrains des maisons individuelles en Bretagne et en Occitanie sont passées de 800 et 1000 m² à quelques 200 m² environ.


Dernières Actualités

Immobilier de bord de mer : comment rentabiliser son bien

Publié le 27/07/2021

L’immobilier de tourisme peut être gage de rentabilité à condition de bien choisir sa zone d’achat. Si les stations balnéaires les plus prisées attirent les touristes, mais également les investisseurs locatifs, leur prix à l’achat ne garantit pas toujours d’obtenir un bon rendement. Alors, comment rentabiliser son investissement en bord de mer ? Voici quelques conseils.

Immobilier : le marché à la loupe

Publié le 20/07/2021

Se Loger vient de publier son premier bilan chiffré de l’année immobilière pour 2021. Les six premiers mois de l’année nous apprennent par exemple que les prix de l’immobilier ancien sont à la hausse et particulièrement ceux des appartements. On assiste par ailleurs à un rebond des ventes alors qu’un futur acquéreur sur trois redoute que la baisse de l’offre ne se poursuive.

L’investissement locatif à Bordeaux en 2021

Publié le 15/07/2021

Alors que Bordeaux figure parmi les villes françaises les plus chères, elle est aussi l’une des plus attractives notamment grâce à la qualité de vie qu’elle procure, proche de l’océan Atlantique. Des disparités existent cependant entre les quartiers. Bien que le centre-ville devienne inaccessible, d’autres apparaissent comme des lieux privilégiés pour investir. Malgré la crise, la demande locative reste présente et les perspectives pour la ville, favorables. Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière