Convention citoyenne : moins de béton dans les villes, quels impacts sur les logements de demain ?

Publié le 08/07/2020

Ne plus bétonner les villes à outrance, réduire les surfaces urbanisables et redynamiser les centres-villes en misant sur les commerces de proximité, c’est une proposition phare de la Convention Citoyenne pour le Climat qui a réuni, pendant plusieurs mois, quelque 150 citoyens tirés au hasard. Reprise par Emmanuel Macron, cette proposition pourrait profondément modifier les futurs logements et l’architecture même des villes.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Convention citoyenne : moins de béton dans les villes, quels impacts sur les logements de demain ?

Convention citoyenne pour le Climat : 149 propositions, 3 rejetées

Lundi 29 juin, Emmanuel Macron s’est adressé aux 150 de la Convention citoyenne pour le climat. L’occasion pour lui de réaffirmer sa volonté de réduire les surfaces bétonnées dans les villes françaises. Il a également dénoncé « l’étalement » des logements en périphéries des villes moyennes, responsable en partie selon lui du « mal-logement ».

Pour le moment à l’état d’étude, les 149 propositions de l’Assemblée citoyenne, dont trois ont été refusées, pourraient avoir des conséquences importantes sur le logement de demain si elles étaient adoptées.

« Arrêter la bétonisation, c’est un projet pour rendre notre pays plus humain, au fond plus beau ».


Emmanuel Macron – 29 juin 2020

Fin de l’urbanisation des villes : des logements plus hauts et des terrains plus petits ?

Qui dit moins de surface urbanisable, dit nécessairement des logements plus hauts. Ainsi, selon l’Institut du Management des Services Immobiliers, la moyenne actuelle des bâtiments de R+3 étages ou R+4 étages (comprendre 4 ou 5 niveaux) pourrait dès lors passer à R+5 étages ou R+6 étages. Une configuration qui pourrait impacter considérablement le visage des agglomérations. Mais pour l’heure, c’est toute une politique d’urbanisation que doivent repenser les collectivités, ce qui peut nécessiter du temps. Les grands buildings dans les villes françaises, ce n’est donc pas pour demain.

Une des solutions les plus envisageables, d’ailleurs revendiquée par la Convention Citoyenne, consiste à rénover l’existant plutôt qu’à construire à outrance. Il s’agit de ne pas artificialiser les sols des villes où des friches commerciales, industrielles et artisanales existent et permettent d’accueillir de nouveaux logements. Pas de bétonisation supplémentaire si des espaces sont disponibles.

Concernant le prix de l’immobilier neuf, celui-ci pourrait encore grimper si les surfaces constructibles se font plus rares. Pour les professionnels, tout l’enjeu consisterait alors à vendre des logements au même prix, tout en incluant un prix du foncier plus important. Cela représenterait un coup dur pour la filière déjà affaiblie ces derniers mois.

Quant aux maisons individuelles, leurs parcelles pourraient être considérablement réduites dans les années à venir. Les maisons de plain-pied devraient se raréfier au profit de maisons à étages. À titre d’exemple, en dix ans, les terrains des maisons individuelles en Bretagne et en Occitanie sont passées de 800 et 1000 m² à quelques 200 m² environ.


Dernières Actualités

Augmentation des loyers : + 0,66 % au 2ème trimestre 2020

Publié le 05/08/2020

Chaque trimestre, l’INSEE publie l’indice de référence des loyers (IRL) qui permet aux propriétaires-bailleurs de réviser les loyers une fois par an. Au 1er trimestre 2020, il était de + 0,92 % sur un an, puis de + 0,66 % au second trimestre. La révision des loyers n’est donc pas libre et elle n’est pas non plus rétroactive. Faisons le point.

Taxe foncière : dégrèvement possible pour certains bailleurs pénalisés par le confinement

Publié le 29/07/2020

La vacance locative est redoutée par les investisseurs locatifs ainsi que par les propriétaires immobiliers qui décident de mettre leur bien en location. Avec l’épidémie de Covid-19, de nombreux loueurs ont ainsi vu leur locataire partir peu avant ou pendant le confinement, et peinent aujourd’hui à retrouver des candidats. L’administration fiscale propose une indemnisation de taxe foncière pour ces bailleurs, sous certaines conditions.

Peut-on investir dans une résidence de tourisme pour y vivre ?

Publié le 24/07/2020

Pour réaliser des économies d’impôt, certains investisseurs optent pour la résidence de tourisme. Un modèle de défiscalisation qui permet de bénéficier jusqu’à 11 % d’avantages fiscaux et qui garantit presque à coup sur de maintenir la valeur de son logement à un niveau élevé. Mais est-il possible d’investir dans une résidence de tourisme pour finalement y habiter ? Quelle est la différence avec un meublé de tourisme ? Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière