Monuments historiques : comment effectuer une rénovation énergétique ?

Publié le 09/10/2020

Avant d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans un bien immobilier classé ou inscrit aux monuments historiques, un certain nombre d’autorisations administratives sont nécessaires. Tous les équipements et installations ne sont, en outre, pas autorisés, mais il existe cependant des aides pour financer les travaux. Faisons le point.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Monuments historiques : comment effectuer une rénovation énergétique ?

Monuments inscrits ou classés, des règles différentes

Au 1er février 2015, le ministère de la Culture recensait quelque 43 600 immeubles protégés par le statut de monument historique (29 500 inscrits, 14 100 classés). Bien qu’environ la moitié d’entre eux soit des propriétés privées, les biens immobiliers classés ou inscrits font tous partie du patrimoine culturel, artistique ou historique français. À ce titre, ils sont encadrés par une réglementation stricte qui définit par exemple les droits et les devoirs des propriétaires en matière de rénovation énergétique. Pour rénover énergétiquement un bien inscrit aux monuments historiques, il faut demander une autorisation d’urbanisme.

Un bien inscrit doit faire l’objet d’un permis de construire pour des travaux de ravalement, d’un permis de démolir se les travaux s’accompagnent d’une démolition et d’un permis d'aménager en cas d’affouillement ou de surélévation. Les travaux non soumis au code de l’urbanisme ne nécessitent qu’une déclaration préalable.

Pour les biens classés, il n’est pas nécessaire de demander un permis de construire. En revanche, une autorisation administrative particulière délivrée par le préfet de région est obligatoire. La Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) prend ensuite le relais, représentée par le service de conservation régionale des monuments historiques qui supervise les travaux. À noter qu’avant le début du chantier, une déclaration d’ouverture de chantier doit être adressée à la mairie de la commune où se trouve le bien. L’autorisation de la préfecture doit être affichée à l’extérieur pendant les travaux.

MaPrimeRénov’, Anah, CEE : ces aides pour rénover un monument historique

La réglementation qui entoure la rénovation des monuments historiques vise en premier lieu à protéger leur esthétisme. De ce fait, certaines installations sont interdites comme des panneaux solaires photovoltaïques ou une pompe à chaleur.

Des aides de l’Etat peuvent être attribuées pour rénover énergétiquement un logement référencé aux monuments historiques. Le montant peut atteindre 40 % des travaux pour un bien inscrit et 50 % pour un bien classé. Il dépend notamment de l’urgence à effectuer des travaux et des sommes allouées par les collectivités locales.

À noter que les propriétaires d’un monument historique peuvent bénéficier des autres aides traditionnelles en faveur de la rénovation énergétique, comme les aides de l’Anah, les Certificats d’économies d’énergie (CEE), les subventions attribuées par Action Logement ainsi que la TVA réduite. Le nouveau dispositif MaPrimeRénov’ peut également être sollicité. À partir du 1er janvier 2021, cette aide sera d’ailleurs accessible à tous les ménages français sans conditions de revenus.


Dernières Actualités

Les Français veulent investir dans l’immobilier

Publié le 16/04/2021

Selon un récent sondage réalisé par l’institut Poll&Roll pour la start-up immobilière Masteos, l’investissement dans l’immobilier résidentiel, puis dans l’immobilier locatif, reste le placement privilégié des Français. Une envie qui semble toujours aussi présente malgré la crise, l’immobilier étant jugé par beaucoup comme un investissement sûr et rentable.

Rénovation énergétique : les nouvelles mesures de la loi Climat

Publié le 12/04/2021

La future loi climat et résilience promet un « big-bang » de la rénovation énergétique. C’est ce qu’a annoncé Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, au quotidien le Parisien, le 30 mars dernier. Parmi les nouvelles mesures que l’on peut attendre : l’interdiction de la location des logements étiquetés E à partir de 2034, l’obligation de faire appel à un « accompagnateur Rénov » et la réduction du reste à charge grâce au prêt avance mutation.

Location meublée : faut-il assurer les meubles ?

Publié le 09/04/2021

Exception faite des propriétaires qui louent un logement situé en copropriété, les bailleurs n’ont pas d’obligation de s’assurer dans le cadre d’une mise en location. Cependant, il peut être intéressant de se protéger contre les sinistres ou les actes de vandalisme, en particulier si le logement est loué meublé. Quant au locataire, il doit impérativement souscrire une assurance habitation. Faisons le point.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière