Monuments historiques : les églises françaises en vente

Publié le 20/04/2021

Marché de niche, la vente d’édifices religieux n’est pourtant plus synonyme de rareté. En cause, le coût de l’entretien et la législation qui permet de transformer ces lieux historiques facilement. L’observatoire du patrimoine religieux estime ainsi à 5 000 le nombre de sites et édifices religieux menacés.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Monuments historiques : les églises françaises en vente

5 000 édifices religieux menacés

Deux ans après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’état des lieux des édifices religieux français laisse entrevoir un patrimoine en péril. L’observatoire du patrimoine religieux (OPR) qui assure mener « seul en France un inventaire unique, uniformisé, général et participatif du patrimoine cultuel », recense quelque 100 000 édifices religieux au sein de l’hexagone. Parmi eux, on distingue 51 000 églises ou chapelles dont 82 % sont la propriété des communes, 87 cathédrales appartenant à l’Etat ainsi que 1 500 temples protestants, 1 131 mosquées, 548 synagogues et 163 temples bouddhistes, gérés par des associations. Environ 15 % de ces bâtiments bénéficient d’un classement au patrimoine national, ce qui leur assure des subventions de l’Etat.

Quid des autres ? Si tous ne sont pas dans la même situation, l’OPR estime que 5 000 édifices religieux sont actuellement menacés. La faute à l’absence d’un cadre réglementaire qui limiterait les transformations de ces bâtiments estime Edouard de Lamaze, président de l’OPR. Et de citer en exemple l’église Saint-Nicaise de Rouen qui sera bientôt une brasserie et la chapelle de la Charité de Caen transformée en salle de sport et en logements.

Selon l’OPR, 5 églises ont été détruites en 2020 et une cathédrale est perdue « tous les dix ou quinze ans en France » faute d’entretien.

Les églises transformées en lieux culturels et artistiques

Une fois désacralisés, ces lieux peuvent être transformés à l’envie par les nouveaux acquéreurs. Meilleurtaux estime à ce sujet que 5 à 20 édifices sont vendus chaque année, en prenant en compte les églises, mais aussi les abbayes, chapelles et couvents. 31 églises ont été transformées en 2017 et 34 en 2019.

Malgré tout, nombre d’acquéreurs souhaitent préserver la symbolique des lieux et envisagent des projets culturels ou artistiques. L’église Sainte-Thérèse d’Hirson, dans l’Aisne a ainsi été acquise par un pianiste de renommée internationale en vue de l’organisation de concerts. Il en est de même pour l’église Saint-Louis de Tourcoing, dans le Nord, achetée par un artisan qui souhaite proposer des expositions. Reste qu’acheter une église est possible via un crédit immobilier ce qui n’exclut aucun projet. L’église Saint-Eloi d’Aulnoye-Aymeries, dans le Nord a été cédée 150 000 euros à un bailleur qui ambitionne d’y installer des logements sociaux.

Quelles solutions pour préserver les édifices religieux ?

L’OPR prône pour la mise en place d’un ticket d’entrée payant pour accéder aux édifices religieux. Julien Lacaze, président de Sites & Monuments, souhaite quant à lui la mise en place d’un grand plan de restauration des œuvres religieuses. Pour l’heure, il faut compter sur le plan de relance de Roselyne Bachelot, et son enveloppe de 614 millions d’euros pour le patrimoine. 80 millions d’euros devront être spécifiquement dédiés à la seule restauration des cathédrales.

Citons également le Loto du patrimoine mis en place par Stéphane Bern en 2019. Le 1er juillet dernier, l’OPR rappelait que « les 18 sites retenus pour le Loto du Patrimoine 2020 ont été révélés mardi 30 juin par Stéphane Bern, à l’initiative du projet. Le patrimoine religieux représente la moitié des sites révélés ».


Dernières Actualités

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Les perdants de la réforme des APL

Publié le 15/06/2021

L’Aide Personnalisée au Logement (APL), est versée par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) aux ménages ne dépassant pas un certain plafond de revenus. Elle permet d’aider les ménages concernés à se loger en leur attribuant une aide financière calculée en fonction de certains critères. Selon l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj), la réforme de l’APL a pénalisé l’ensemble des jeunes et notamment les actifs.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière