La réforme de l’APL reportée au 1er avril

Publié le 01/01/2020

Initialement prévue pour le 1er janvier 2020, la réforme de l’aide personnalisée au logement (APL) sera finalement décalée au 1er avril. Ce report fait suite à une première demande de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) en juillet dernier. De son côté, le gouvernement confirme la réforme de l’aide au logement, mais souhaite plus de temps pour sa mise en œuvre en toute sécurité et avec plus de fiabilité.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. La réforme de l’APL reportée au 1er avril

Les « APL en temps réel » entreront en vigueur au second trimestre 2020

Les allocataires de l’aide personnalisée au logement (APL) devront patienter jusqu’au 1er avril prochain pour en connaître les nouvelles modalités. Si le gouvernement martèle que la réforme aura bien lieu, c’est pourtant un second report depuis l’été dernier. Mais pour l’exécutif comme pour la CNAF, il s’agit de bénéficier de quelques mois de plus afin de garantir un niveau de fiabilité et de sécurité supplémentaire pour les allocataires.

Des arguments rappelés par Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, dans un communiqué publié fin décembre.

Communiqué de presse – 26/12/19 : « La Caisse Nationale des Allocations Familiales a demandé un délai dans la mise en œuvre de la réforme des « APL en temps réel », prévue au 1er janvier, pour mener des travaux complémentaires. Le Gouvernement a choisi de décaler l’entrée en vigueur au 1er avril (…) ».

La réforme de l’APL devrait permettre près d’un milliard d’euros d’économie

Ce décalage d’un trimestre devrait permettre un meilleur calcul des aides qui devront être versées aux allocataires en fonction de leurs ressources et de leur situation. Selon la CNAF, il subsiste actuellement des « zones d’incertitude » qui menacent la fiabilité des calculs des près de 6 millions d’allocataires de l’APL.

En pratique, la réforme de l’APL s’appuiera sur le modèle du prélèvement de l’impôt à la source. En d’autres termes, il s’agit de proposer une aide contemporaine des ressources, c’est-à-dire calculée sur les revenus de l’année en cours et non d’il y a deux ans. Selon Matignon, la réforme devrait permettre de réaliser un peu moins d’un milliard d’euros d’économies. Comment ? La croissance et l’évolution de la vie font que les revenus contemporains sont plus élevés que ceux de l’année N-2, ce qui réduit naturellement le montant des aides versées.

Cette réforme qui n’est pas encore entrée en vigueur fait déjà l’objet de vives contestations. En 2017, un premier coup de rabot de 5 euros avait déjà imputé l’aide au logement. Puis, une non-revalorisation exceptionnelle le 1er octobre 2018 avait conduit à une nouvelle baisse du même ordre, de 4,68 euros en moyenne. Autant de modifications qui ont permis au gouvernement d’économiser près d’un milliard d’euros entre 2017 et 2018. Les dépenses en matière d’APL cumulant l’allocation de logement familiale et l’allocation de logement sociale sont ainsi passées de 18,003 milliards d’euros en 2017 à 17,053 milliards d’euros en 2018.


Dernières Actualités

Investissement locatif : la colocation meublée ne présente-t-elle que des avantages ?

Publié le 21/02/2020

Rentabiliser au maximum son investissement tout en réduisant sa fiscalité, tel est le souhait de tous les investisseurs immobiliers. Pour ce faire, la tendance consiste à recourir à la colocation meublée, une combinaison qui permet d’assurer un rendement jusqu’à 15 % supérieur à celui d’une location classique. Attention toutefois, si les atouts sont nombreux, la colocation meublée nécessite des capacités de gestion quotidienne et minutieuse.

Logements vacants : le plan du Gouvernement pour inciter les propriétaires à louer

Publié le 17/02/2020

Alors que dans certaines villes, trouver un logement est synonyme de parcours du combattant, le nombre de logements vacants est quant à lui en perpétuelle hausse depuis quelques années. Un constat alarmant qui a conduit le Gouvernement à lancer un plan national destiné à inciter les propriétaires d’un logement vide à le proposer à la location. Dans le cas contraire, les pouvoirs publics évoquent à demi-mot la réquisition ou les mesures fiscales incitatives.

Construction : du bois, de la paille et du chanvre dans les futurs grands projets publics

Publié le 14/02/2020

Dans trente ans, sept habitants sur dix vivront en ville. Dans ce contexte et, parce que les enjeux climatiques sont de taille, le ministère de la Ville et du logement a présenté son plan « ville durable » qui vise à repenser les règles d’urbanisme. Parmi les nouvelles mesures, la moitié des grands projets publics d’aménagement construits d’ici à 2022 devront comporter des matériaux biosourcés comme le chanvre et la paille, ainsi que du bois.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière