Investissement immobilier : ce que vous devez savoir si vous achetez en couple

Publié le 31/08/2018


Investir dans l’immobilier permet de réaliser des opérations de défiscalisation intéressantes et donc de bénéficier de réductions d’impôts. Mais lorsqu’il s’agit d’acheter en couple, les ménages doivent impérativement verrouiller les conditions d’achat dans l’éventualité d’une rupture. En particulier pour les couples vivant en concubinage.

Couples mariés ou pacsés : les tolérances de l’administration fiscale

Lorsqu’un couple se marie ou décide de se pacser, cela a des répercussions sur leur fiscalité qui devient généralement conjointe et le foyer fiscal commun. Dans ces conditions, investir dans l’immobilier locatif traditionnel ou par le biais de dispositifs comme Pinel peut être pertinent. D’autant plus que le couple peut dès lors bénéficier de conditions de financement souvent plus avantageuses qu’une personne seule puisqu’il offre davantage de garanties à la banque, deux revenus ou plus d’apport personnel par exemple.

En cas de rupture, il est généralement admis que l’un des deux partenaires peut conserver à son compte non seulement le bien mais également sa gestion sans que cela ne remette en question les avantages fiscaux liés.

Acheter pour défiscaliser : le cas particulier des couples en concubinage

Contrairement à l’achat réalisé par un couple marié ou pacsé, les concubins achètent ensemble mais à titre individuel. Il est d’ailleurs possible pour l’un ou l’autre d’acheter selon une quotité différente, en fonction de ses revenus par exemple. Dans ce cas, l’assurance emprunteur mais également les mensualités du crédit sont réparties proportionnellement aux sommes investies.

Même si en pratique, le tout est généralement prélevé sur le compte joint du ménage. En cas de séparation amiable, les deux partenaires qui formaient un couple au moment de l’achat peuvent décider de conserver le bien et donc continuent de rembourser le prêt indépendamment. Mais il faut pour cela que les deux parties soient d’accord. Dans le cas contraire, la situation peut se compliquer. En cas de séparation et si l’un des deux souhaite vendre ses parts, le fisc considère dès lors que les engagements ne sont plus respectés et met fin aux avantages fiscaux des deux ex-partenaires.

La convention d’indivision pour éviter les litiges

Afin d’encadrer les conditions de sortie du régime de l’indivision, il est essentiel d’établir devant notaire une convention d’indivision dès la signature de l’acte de vente. Conclue pour une durée maximale de 5 années renouvelable, cette convention offre l’intérêt de limiter les critères qui peuvent mettre fin à l’indivision en excluant par exemple la rupture du couple.

En cas d’achat immobilier, les indivisaires, qu’il s’agisse d’un couple ou d’héritiers sont toujours solidaires du prêt vis-à-vis de la banque, de même qu’ils peuvent l’être du loyer en cas de location commune. Les partenaires peuvent décider d’acquérir le bien moitié-moitié malgré une mise supérieure de l’un des deux partenaires. Attention toutefois, en cas de rupture, les droits et les devoirs seront alors également de 50% pour chacun.


Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière