renovation-eco-ptz-prolonge

Rénovation énergétique : l’éco-PTZ prolongé jusqu’en 2021

Publié le 10/10/2018


Votée dans les prochains jours, la loi de finances pour l’année 2019 prévoit entre autres la prorogation de l’éco-prêt à taux zéro jusqu’en 2021. Une bonne nouvelle pour les propriétaires qui envisagent des travaux de rénovation énergétique et notamment d’isolation dans leur habitation principale. D’autant plus que le dispositif devrait être simplifié et accessible au plus grand nombre.

Qu’est-ce que l’éco-PTZ ?

Instauré par la loi des finances de 2009, l’éco-PTZ ou éco-prêt à taux zéro est destiné à financer une partie des travaux de rénovation énergétique dans les logements servant de résidence principale. Pour les logements neufs, l’éco-PTZ peut financer jusqu’à 40 % des travaux en zones tendues et 20 % en zones détendues. Dans l’ancien, seules les zones détendues peuvent en bénéficier à hauteur de 40 %. Ce prêt, proposé par les banques conventionnées à des ménages sans condition de ressources, est limité à 30 000 € sur 10 voire 15 ans selon les travaux effectués.

www.economie.gouv.fr : Jusqu’en 2018 « les améliorations apportées au logement doivent comprendre un bouquet de travaux, ou bien atteindre un niveau de performance énergétique globale variable selon le logement et sa localisation géographique. La nature et les caractéristiques techniques des travaux concernés sont précisés par arrêté du 30 mars 2009, modifié par arrêté du 22 mars 2017 ».

Malgré le succès rencontré à ses débuts, le dispositif a fait de moins en moins d’adeptes au fil du temps. En cause, des conditions d’éligibilité trop complexes ou trop floues. Le Gouvernement a donc décidé de poursuivre l’objectif initié par Nicolas Hulot : simplifier les aides publiques pour les travaux d’isolation.

Un seul but : 500 000 logements rénovés chaque année

Et l’exécutif est encore loin du compte. Pour tenter de remplir son contrat, il a donc décidé de prolonger l’éco-PTZ de trois années supplémentaires tout en y apportant quelques modifications destinées à le rendre plus clair. Ainsi, les copropriétés sont désormais concernées et les propriétaires n’ont plus obligation de réaliser plusieurs travaux en même temps, ce qui avait tendance à être coûteux et donc dissuasif. Tous les logements sont désormais éligibles y compris ceux dont la construction est achevée depuis plus de deux ans. La durée de l’éco-prêt est portée à 15 ans, qu’importe les travaux entrepris, qui doivent tout de même concerner par exemple les catégories suivantes : isolation, chauffage, chauffe-eau à énergies renouvelables.

Dans certains cas, il est possible de demander un éco-PTZ complémentaire qui ne pourra également pas excéder 30 000 €.

Malgré ces changements, les conditions de financement et les modalités d’éligibilité restent inchangées. Ainsi, pour bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro, un ménage doit impérativement faire réaliser ses travaux par un professionnel certifié RGE,reconnu garant de l’environnement.


Dernières Actualités

Rénovation immobilière : comment profiter du CITE en 2019 ?

Publié le 22/03/2019

Un temps prévu pour être supprimé fin 2018, le crédit d’impôt transition énergétique, plus connu sous le nom de CITE, a finalement été prorogé jusqu’au 31 décembre 2019. Cette année encore, les propriétaires qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement pourront donc percevoir une partie des frais engagés sous la forme d’un crédit d’impôt sur le revenu. Les conditions d’éligibilité sont les mêmes que l’année précédente.

Immobilier locatif : les atouts de la résidence étudiante

Publié le 20/03/2019

Tout investisseur locatif cherche à lier des avantages fiscaux avec un rendement pertinent. Une combinaison qui peut être atteinte grâce aux résidences étudiantes, de plus en plus prisées. Avec la crise du logement que traverse la France et le nombre d’étudiants dans le supérieur qui ne cesse de croître, ce type d’habitations permet de relier l’offre à la demande.

Investissement à la montagne : booster sa fiscalité grâce au statut de LMNP

Publié le 18/03/2019

Si l’investissement dans l’immobilier de tourisme répond à des règles strictes, il permet également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. À condition de choisir scrupuleusement sa destination, son statut et le mode de location. Le statut de loueur en meublé non professionnel permet d’optimiser cette fiscalité.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière