Rénovation énergétique : l’éco-PTZ prolongé jusqu’en 2021

Publié le 10/10/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Rénovation énergétique : l’éco-PTZ prolongé jusqu’en 2021

Votée dans les prochains jours, la loi de finances pour l’année 2019 prévoit entre autres la prorogation de l’éco-prêt à taux zéro jusqu’en 2021. Une bonne nouvelle pour les propriétaires qui envisagent des travaux de rénovation énergétique et notamment d’isolation dans leur habitation principale. D’autant plus que le dispositif devrait être simplifié et accessible au plus grand nombre.

Qu’est-ce que l’éco-PTZ ?

Instauré par la loi des finances de 2009, l’éco-PTZ ou éco-prêt à taux zéro est destiné à financer une partie des travaux de rénovation énergétique dans les logements servant de résidence principale. Pour les logements neufs, l’éco-PTZ peut financer jusqu’à 40 % des travaux en zones tendues et 20 % en zones détendues. Dans l’ancien, seules les zones détendues peuvent en bénéficier à hauteur de 40 %. Ce prêt, proposé par les banques conventionnées à des ménages sans condition de ressources, est limité à 30 000 € sur 10 voire 15 ans selon les travaux effectués.

www.economie.gouv.fr : Jusqu’en 2018 « les améliorations apportées au logement doivent comprendre un bouquet de travaux, ou bien atteindre un niveau de performance énergétique globale variable selon le logement et sa localisation géographique. La nature et les caractéristiques techniques des travaux concernés sont précisés par arrêté du 30 mars 2009, modifié par arrêté du 22 mars 2017 ».

Malgré le succès rencontré à ses débuts, le dispositif a fait de moins en moins d’adeptes au fil du temps. En cause, des conditions d’éligibilité trop complexes ou trop floues. Le Gouvernement a donc décidé de poursuivre l’objectif initié par Nicolas Hulot : simplifier les aides publiques pour les travaux d’isolation.

Un seul but : 500 000 logements rénovés chaque année

Et l’exécutif est encore loin du compte. Pour tenter de remplir son contrat, il a donc décidé de prolonger l’éco-PTZ de trois années supplémentaires tout en y apportant quelques modifications destinées à le rendre plus clair. Ainsi, les copropriétés sont désormais concernées et les propriétaires n’ont plus obligation de réaliser plusieurs travaux en même temps, ce qui avait tendance à être coûteux et donc dissuasif. Tous les logements sont désormais éligibles y compris ceux dont la construction est achevée depuis plus de deux ans. La durée de l’éco-prêt est portée à 15 ans, qu’importe les travaux entrepris, qui doivent tout de même concerner par exemple les catégories suivantes : isolation, chauffage, chauffe-eau à énergies renouvelables.

Dans certains cas, il est possible de demander un éco-PTZ complémentaire qui ne pourra également pas excéder 30 000 €.

Malgré ces changements, les conditions de financement et les modalités d’éligibilité restent inchangées. Ainsi, pour bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro, un ménage doit impérativement faire réaliser ses travaux par un professionnel certifié RGE,reconnu garant de l’environnement.


Dernières Actualités

Placement immobilier : faut-il préférer les résidences seniors ou étudiantes ?

Publié le 15/07/2019

Dans le domaine de l’immobilier locatif, les résidences de services offrent de nombreux avantages, en particulier d’un point de vue fiscal. Notamment grâce aux dispositifs de défiscalisation tels que le Censi-Bouvard et le statut de LMNP. Mais encore faut-il faire le bon choix parmi les résidences de tourisme, les résidences étudiantes, les établissements pour seniors et les Ehpad.

Revenus fonciers : mode d’emploi pour déduire les travaux de 2019

Publié le 12/07/2019

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source a fait de 2018 une année blanche sur le plan fiscal. Les revenus non-exceptionnels sont donc effacés grâce à un crédit d’impôt. Mais afin d’éviter les effets d’aubaine, les règles en matière de déductibilité des travaux changent pour 2018 et 2019. Sauf en cas d’urgence, il est conseillé de reporter les gros travaux de quelques mois. Explications.

Lutte contre la fraude fiscale : qui sont les nouveaux supers flics ?

Publié le 10/07/2019

Le service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF) vient de voir le jour quelques mois après la promulgation de la loi anti-fraude. À Berçy, ces nouveaux enquêteurs auront le statut d’agents des impôts assorti d’un pouvoir de police capable de mener des écoutes et des filatures. Objectif, résorber la fraude fiscale qui coûte chaque année entre 25 et 100 milliards d’euros à la France.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière