Eco-PTZ : comment en bénéficier en copropriété ?

Publié le 19/07/2019

Pour faire des travaux de rénovation énergétique, il est possible de bénéficier d’un éco-PTZ. Celui-ci peut être individuel pour financer une partie des aménagements, réparations et autres travaux dans une maison ou dans les parties privatives d’un immeuble. Mais il peut également être collectif lorsqu’il est demandé par le syndicat des copropriétaires d’un bien en copropriété.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Eco-PTZ : comment en bénéficier en copropriété ?

Pour faire des travaux de rénovation énergétique, il est possible de bénéficier d’un éco-PTZ. Celui-ci peut être individuel pour financer une partie des aménagements, réparations et autres travaux dans une maison ou dans les parties privatives d’un immeuble. Mais il peut également être collectif lorsqu’il est demandé par le syndicat des copropriétaires d’un bien en copropriété.

L’éco-PTZ collectif pour les résidences principales

L’éco-PTZ ou éco-prêt à taux zéro peut tout aussi bien être collectif. Lorsque le syndicat de copropriétaires d’un immeuble en fait la demande auprès d’une banque conventionnée, la somme prêtée peut alors financer des travaux dans les parties communes tels que l’isolation thermique des murs ou d’une toiture par exemple. Plus exactement, les réparations entreprises doivent impérativement améliorer significativement les performances énergétiques du bâtiment. L’installation d’un équipement de chauffage ou de production d’eau chaude à énergie renouvelable tout comme l’amélioration de l’assainissement entrent en ligne de compte. L’objectif est le même que l’éco-PTZ individuel, à savoir diminuer le nombre de logements énergivores et faire baisser la facture énergétique, mais s’applique aux parties communes des immeubles.

Prorogé jusqu’au 31 décembre 2021, l’éco-PTZ collectif concerne les parties communes ainsi que les parties privatives si leur rénovation est dans l’intérêt de tous.

À savoir : c’est le syndicat de copropriétaires qui fait la demande d’éco-PTZ au nom de tous les copropriétaires. Attention, toutefois, ceux-ci doivent impérativement occuper leur logement en tant que résidence principale depuis 2 ans ou plus.

éco-ptz collectif-résidences principales

L’éco-PTZ copropriété est cumulable avec le PTZ

Une fois l’éco-PTZ accordé, la copropriété dispose de trois ans pour entreprendre les travaux. Le prêt peut être accordé sans conditions de ressources, pour une durée maximale de 15 ans. En outre, chaque copropriétaire peut effectuer une demande d’éco-PTZ à titre individuel, en vue de travaux dans les parties privatives. L’éco-PTZ est cumulable avec le PTZ.

Pour calculer le montant de l’éco-prêt qui peut être accordé à une copropriété, il faut multiplier le montant attribué à chaque logement avec le nombre de logements. Pour une seule catégorie de travaux, l’éco-PTZ sera plafonné à 10 000 €, puis 20 000 € pour un bouquet de deux travaux et 30 000 € au maximum pour trois ou plus. Les mensualités du crédit sont remboursées par le syndicat de manière trimestrielle.

Les professionnels doivent être labelisés RGE

Pour effectuer une demande d’éco-PTZ, le syndicat des copropriétaires doit identifier les travaux à mener et être en mesure de fournir des devis de professionnels labélisés RGE (reconnus garants de l’environnement). Il doit en outre transmettre à la banque un certain nombre d’informations relatives à la copropriété et à ses résidents :

  • Le nombre de logements et/ou les bien concernés par les travaux,
  • Le nombre de copropriétaires aux noms desquels le syndicat fait une demande d’éco-PTZ collectif,
  • La date de construction de l’immeuble concerné,
  • La liste des travaux ciblés,
  • Les devis des professionnels mandatés pour faire les travaux, ainsi que leur certification RGE,
  • Le procès-verbal de l’assemblée générale de copropriété incluant le vote des travaux.

Dernières Actualités

Logements vacants : le plan du Gouvernement pour inciter les propriétaires à louer

Publié le 17/02/2020

Alors que dans certaines villes, trouver un logement est synonyme de parcours du combattant, le nombre de logements vacants est quant à lui en perpétuelle hausse depuis quelques années. Un constat alarmant qui a conduit le Gouvernement à lancer un plan national destiné à inciter les propriétaires d’un logement vide à le proposer à la location. Dans le cas contraire, les pouvoirs publics évoquent à demi-mot la réquisition ou les mesures fiscales incitatives.

Construction : du bois, de la paille et du chanvre dans les futurs grands projets publics

Publié le 14/02/2020

Dans trente ans, sept habitants sur dix vivront en ville. Dans ce contexte et, parce que les enjeux climatiques sont de taille, le ministère de la Ville et du logement a présenté son plan « ville durable » qui vise à repenser les règles d’urbanisme. Parmi les nouvelles mesures, la moitié des grands projets publics d’aménagement construits d’ici à 2022 devront comporter des matériaux biosourcés comme le chanvre et la paille, ainsi que du bois.

Réforme de la copropriété : bouleversement en vue en juin 2020 ?

Publié le 10/02/2020

Alors que le Parlement examine actuellement la future loi sur la copropriété, les professionnels et les propriétaires s’interrogent sur ses conséquences ? Dans un contexte de charges en augmentation et de complexité des normes et de la réglementation énergétique, la loi Elan, votée en 2018, prévoit, en effet, de réformer la gestion des copropriétés pour simplifier son fonctionnement. Réponse en juin 2020.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière