Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Délai de reprise : une période encadrée par la loi qui varie selon la nature de l’impôt

Le délai de reprise, ou délai de prescription, autrement dit, le délai dont dispose l’administration fiscale pour contrôler les contribuables selon la nature des impôts, est fixé par le Code général des impôts, à travers le Livre des procédures fiscales.

Concernant l’impôt sur le revenu (IR), le site du service public rappelle que « l’administration fiscale dispose d’un délai qui prend fin à la 3ème année suivant celle où l’imposition est due ». Pour les revenus de 2018 déclarés en 2019, le délai a toutefois été porté à quatre ans compte tenu de l’année blanche et de l’entrée en vigueur du prélèvement de l’impôt à la source. Ce délai est le même pour l’impôt sur les sociétés (IS). En ce qui concerne la taxe d’habitation, la taxe foncière et autres impôts locaux, la proposition de rectification doit être adressée au plus tard le 31 décembre de l’année d’imposition. Pour les revenus tirés de comptes bancaires situés à l’étranger, le fisc dispose d’un délai de reprise de dix ans. Celui-ci passe à six ans pour les successions.

Attention, le délai de prescription est remis à zéro à partir de la date de réception d’une éventuelle proposition de rectification.

Les délais de prescription fixés au 31 décembre 2020 sont prolongés au 14 juin 2021

Perturbée par l’épidémie de coronavirus, l’année 2020 a contraint l’administration à suspendre les délais légaux de prescription pendant 165 jours, soit précisément entre le 12 mars et le 23 août 2020. En conséquence de quoi, les impositions dont la prescription devait prendre fin le 31 décembre 2020 sont en fait soumises à un délai supplémentaire qui court jusqu’au 14 juin 2021.

Les contribuables peuvent être concernés par un contrôle fiscal pour l’IR et l’IS sur les revenus perçus en 2017 et déclarés en 2018, mais aussi les revenus de comptes bancaires étrangers perçus en 2010 ainsi que sur les successions relatives aux décès de l’année 2014.

À noter que l’administration fiscale applique habituellement des intérêts de retard fixés à 0,2 % par mois. Des intérêts qui ne seront toutefois pas imputés au titre de la période 12 mars – 23 août 2020 en raison de son caractère exceptionnel.


Dernières Actualités

Éco-PTZ : vers une prolongation du dispositif ?

Publié le 24/06/2021

Alors que l’éco-prêt à taux zéro doit prendre fin au 31 décembre 2021, la députée Bénédicte Peyrol, suggère qu’il soit à la place amélioré et prorogé. Une suggestion faite dans le cadre de l’évaluation du budget 2021. Dans son format actuel, l’éco-PTZ a connu une baisse de près de 73 % des demandes entre ses débuts en 2009 et l’année 2018, avant de trouver un second souffle en 2019.

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière