logement-copropriete-francais-contents

Copropriétés : 7 Français sur 10 satisfaits

Publié le 10/12/2018


La copropriété en quelques chiffres

9,7 millions de logements français sont sous le régime de la copropriété. Soit près de 30% du parc immobilier de l’hexagone. Un chiffre en hausse par rapport aux années 80 qui ne comptaient que 20 % de logements collectifs. Parmi ces habitations, on dénombre à peine 6% de maisons, le reste étant, sans surprise, constitué d’appartements.

47 % des logements en copropriété sont des résidences principales, occupées par des propriétaires occupants, 30 % par des locataires. Les 23 % restants font office de résidences secondaires ou demeurent vacants pour 10 % d’entre eux.

Enfin, 83 % des copropriétaires s’assurent les services d’un syndic professionnel pour la gestion et l’administration de leur copropriété. Les syndics bénévoles ne constituent donc qu’une minorité.

La copropriété, un mode de logement qui peut coûter cher

Selon les copropriétaires, 12 % de leurs revenus annuels sont consacrés au paiement des charges de copropriété. Une somme importante quand on sait que 30 % (voire plus dans les grandes villes) de ces mêmes revenus sont destinés au logement : remboursement d’un prêt immobilier ou paiement du loyer.

À cela s’ajoutent les frais pour travaux auxquels plus de la moitié des copropriétaires savent qu’ils vont un jour être confrontés. D’ici à 3 ans, pour 29 % des cas, ou dans plus de 4 ans pour 22 %. Pour financer ces rénovations, nombreux sont d’ailleurs ceux qui ont recours à un crédit incluant pour 2 % seulement des aides de l’Etat.

2 %
2 % c’est l’augmentation des charges de copropriété entre 2016 et 2017. Un poste de dépense qui a augmenté davantage que l’inflation qui était de 1% en 2017.

15 % de copropriétaires très satisfaits de leur copropriété

Malgré certains aléas et des coûts parfois importants, la majeure partie des copropriétaires semble satisfaite de la vie en copropriété. Ils sont 71 % à affirmer leur satisfaction, et même 15 % pour les plus convaincus. Car l’habitat collectif n’a pas que des inconvénients. Parmi les avantages cités, la mutualisation des coûts comme les charges ou les travaux semble évidente. Un intérêt auquel s’ajoute la participation possible de chacun aux prises de décisions de la copropriété, à travers les Assemblées générales ou le syndicat des copropriétaires. Même s’il n’est pas le propre de la copropriété, le voisinage ressort également comme un bonus pour de nombreux résidents.

Pour les insatisfaits de la copropriété, ce sont souvent ces mêmes arguments qui sont évoqués, mais avec une notion plus négative. Ainsi, la difficulté à obtenir gain de cause face aux autres copropriétaires lors des réunions, les règles et parties communes qui doivent être respectées, ainsi que le voisinage, font ressortir du mécontentement.


Dernières Actualités

Rénovation immobilière : comment profiter du CITE en 2019 ?

Publié le 22/03/2019

Un temps prévu pour être supprimé fin 2018, le crédit d’impôt transition énergétique, plus connu sous le nom de CITE, a finalement été prorogé jusqu’au 31 décembre 2019. Cette année encore, les propriétaires qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans leur logement pourront donc percevoir une partie des frais engagés sous la forme d’un crédit d’impôt sur le revenu. Les conditions d’éligibilité sont les mêmes que l’année précédente.

Immobilier locatif : les atouts de la résidence étudiante

Publié le 20/03/2019

Tout investisseur locatif cherche à lier des avantages fiscaux avec un rendement pertinent. Une combinaison qui peut être atteinte grâce aux résidences étudiantes, de plus en plus prisées. Avec la crise du logement que traverse la France et le nombre d’étudiants dans le supérieur qui ne cesse de croître, ce type d’habitations permet de relier l’offre à la demande.

Investissement à la montagne : booster sa fiscalité grâce au statut de LMNP

Publié le 18/03/2019

Si l’investissement dans l’immobilier de tourisme répond à des règles strictes, il permet également de bénéficier d’une fiscalité avantageuse. À condition de choisir scrupuleusement sa destination, son statut et le mode de location. Le statut de loueur en meublé non professionnel permet d’optimiser cette fiscalité.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière