SCPI : faut-il investir dans la « pierre papier » ?

Publié le 04/07/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. SCPI : faut-il investir dans la « pierre papier » ?

Lorsqu’il s’agit d’investir et de se créer un patrimoine, les Français se tournent vers l’immobilier. Et ce de manière presque unanime, malgré les changements fiscaux et la hausse des prix. Ce placement plutôt sûr et stable fait en effet de nombreux adeptes. Mais qu’en est-il des SCPI, ces sociétés qui permettent de détenir collectivement des parts de valeurs immobilières ?

Qu’est-ce qu’une SCPI

SCPI pour Société Civile de Placement Immobilier. En d’autres termes, il s’agit d’un produit d’épargne financière collective. Au même titre que l’achat immobilier traditionnel fait référence à « la pierre », on parle de « pierre papier » pour les SCPI. Les acheteurs peuvent donc investir en direct ou de manière administrative, d’où le terme « papier ».

181
Fin 2017, la France comptait quelques 181 SCPI dirigées par 30 sociétés de gestion

 

Les SCPI sont spécialisées dans l’achat immobilier locatif pour la constitution et la gestion d’un patrimoine. Elles sont contrôlées et régulées par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) ce qui peut être contraignant, mais offre en parallèle une certaine sécurité juridique aux épargnants. L’AMF accorde également un agrément aux sociétés de gestion qu’elle juge compétentes pour administrer les SCPI.

 

La SCPI, oui, mais pas comme premier choix

 

 
63 % du patrimoine des ménages français est constitué d’immobilier. Qu’il s’agisse de résidences principales, secondaires ou d’immobilier locatif, les Français sont attachés à ce qu’ils considèrent comme une valeur sure en matière d’investissement. Les nouvelles mesures fiscales, la restriction des aides à l’achat et la hausse des prix n’ont pas suffit à décourager les acquéreurs.

Mais dans ce paysage fiscal et financier, l’investissement en SCPI ne rassure pas toujours. Rares sont en effet les investisseurs qui choisissent la SCPI en guise de premier investissement locatif. Les épargnants qui optent pour ce type de produit sont, la plupart du temps, des ménages ayant déjà investi en direct par ailleurs. Face aux incertitudes liées aux investissements immobiliers en général, la SCPI n’est pourtant pas la plus mal lotie.

SCPI ou investissement en direct : avantages et inconvénients

Acheter un bien immobilier en direct ne garantit pas à son propriétaire de trouver des locataires et d’être épargné par de lourds travaux d’entretien et de rénovation. À ce titre, la rentabilité locative est parfois aléatoire lorsqu’elle n’est pas négative. Du côté des SCPI, et bien que ce chiffre soit en baisse, on note un rendement de l’ordre de 4,43 % en 2017.

En ce qui concerne la fiscalité, les conséquences sont à peu près semblables dans les deux cas puisque les revenus fonciers sont imposables au titre du régime réel ou micro-foncier. SCPI et achat en direct peuvent donner lieu à la contraction d’un prêt immobilier, la SCPI autorisant également les crédits à la consommation.

Bien que les SCPI dites de rendement représentent plus de 90 % des cas, la SCPI fiscale qui concerne les logements éligibles aux dispositifs fiscaux est également intéressante. Mais il faut détenir les actifs sur de plus longues périodes, de l’ordre de 15 années en général. Ainsi, on peut investir dans des SCPI Pinel ou des SCPI Malraux, permettant des réductions d’impôts conditionnées par les dispositifs du même nom.


Dernières Actualités

Allègement fiscal pour les donations : le Gouvernement favorable

Publié le 13/09/2019

La réforme a déjà été abordée par l’exécutif et confirmée récemment par le ministre Gérald Darmanin. Attention toutefois, pas de bouleversement sur le traitement fiscal réservé aux donations avant 2021, si toutefois les dépenses publiques le permettent. Quant aux successions, le droit sur les héritages n’est pas à l’ordre du jour.

Taxe foncière : mauvaise surprise pour certains propriétaires

Publié le 11/09/2019

C’est une carte postale dont plusieurs milliers de propriétaires se seraient bien passés. Cet été en effet, le fisc a envoyé un courrier à quelques 0,3 % de foyers pour leur annoncer une hausse de leur taxe foncière. Ce montant à régler avant le 15 octobre prochain est en fait consécutif à la révision de la valeur locative et non à une hausse des taux d’imposition.

PERP : une fiscalité encore floue

Publié le 09/09/2019

Les contribuables avertis l’auront probablement remarqué en recevant leur avis d’imposition 2019 sur les revenus de 2018 : la ligne concernant le plan d’épargne retraite populaire (Perp) a disparu. Si les raisons précises de cette suppression ne sont pas encore connues, les ménages ayant un Perp et qui souhaitent connaître le plafond de déduction doivent s’adresser au fisc ou sortir leur calculatrice.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière