Plus-values et moins-values immobilières : la réforme voulue par Macron

Publié le 13/02/2019

Produire davantage de logements, réduire le poids du logement dans le budget des Français ou encore supprimer la taxe d’habitation. Telles sont les problématiques qui ressortent largement du Grand Débat organisé actuellement par le Gouvernement. Dans ce contexte, Emmanuel Macron a toutefois ouvert la porte à une réforme de la fiscalité, plus-values et moins-values immobilières en première ligne.


Le logement des Français au cœur du Grand Débat

Le 24 janvier dernier, Emmanuel Macron a fait une intervention remarquée autant qu’attendue dans la Drôme. Le Président s’est rendu à Bourg-de-Péage plus précisément, une ville moyenne de plus de 10 000 habitants, dans le cadre du Grand Débat qu’il a lui-même initié en réponse à la crise des « Gilets jaunes ». A cette occasion, c’est le logement qui a fait office de fil rouge avec la question de la taxe d’habitation d’abord, mais également avec le sort qui pourrait être réservé à l’impôt sur les plus-values immobilières. Une imposition qu’Emmanuel Macron souhaite repenser, en intégrant par exemple la notion de moins-values. Selon lui, les plus-values dégagées lors de la vente d’un bien devraient favoriser le financement d’un plus grand nombre d’infrastructures d’intérêt public. Et lorsque le propriétaire malheureux est confronté à une moins-value, c’est-à-dire qu’il revend un bien moins cher que son prix d’acquisition, Macron suggère une mesure compensatoire

macron-reforme-plusvalues

Taxer plus lourdement les plus-values immobilières pour financer le réseau TGV ?

Prenons le cas de Bordeaux qui peine à financer sa liaison ferroviaire avec Toulouse. En modifiant le système d’imposition des plus-values immobilières, cette taxe pourrait alors être dédiée au TGV du sud-Ouest et ainsi permettre à la ligne tant attendue d’émerger. Il faut dire que ces derniers mois, la capitale Girondine a été particulièrement concernée par l’achat-vente de logements, souvent collectifs.

Si tous les ménages concernés se sont acquittés de leur taxe sur la plus-value, c’est le système lui-même qui fait grincer des dents. Pour rappel, les plus-values sont imposées au taux global de 36,2 % regroupant un taux forfaitaire et des prélèvements sociaux. Dans la réalité, peu de ménages s’acquittent de l’impôt dans sa totalité car celui-ci est dégressif en fonction de la durée de détention du bien.

1,384 milliard d’euros

En 2017, l’administration fiscale a collecté 1,384 milliard d’euros au titre de l’impôt sur les plus-values. Une somme colossale qui représente pourtant moins de 2 % de ce que rapporte chaque année l’immobilier au fisc.

Quant aux moins-values, souvent rencontrées par des propriétaires de logements ruraux, leur cas est actuellement à l’étude assure le Gouvernement. L’exécutif souhaite en effet soutenir et valoriser ces propriétaires qui n’ont pas d’autre choix que de revendre leur habitation moins chère que le prix d’achat initial, pour changer d’emploi ou pour des raisons familiales par exemple.


Dernières Actualités

Suppression de la taxe d’habitation : nouveau rebondissement pour les ménages les plus aisés

Publié le 24/05/2019

La suppression de la taxe d’habitation, mesure phare du quinquennat Macron, est aussi attendue que décriée. Si pour les 80% des ménages français les plus modestes, la réforme est en route, pour les 20% des plus riches en revanche, c’est la valse-hésitation. Comme l’a récemment rappelé le premier Ministre, tous les Français seront à termes exonérés de taxe d’habitation mais les plus riches devront patienter.

Immobilier locatif : pourquoi faire appel à une agence ?

Publié le 22/05/2019

Les propriétaires qui décident de se lancer dans l’immobilier locatif peuvent espérer bénéficier de revenus complémentaires tirés des loyers, voire même de quelques avantages fiscaux. Mais, pour cela, il est également nécessaire de pouvoir assumer une bonne dose de tâches administratives. Dans le cas de la mise en location de son bien, l’agent immobilier peut apporter ses conseils avisés.

Première déclaration d’impôts : demandez au fisc votre taux personnalisé

Publié le 20/05/2019

Avec l’entrée en vigueur de prélèvement à la source, les contribuables qui effectuent leur première déclaration se voient automatiquement affecter un taux d’imposition par défaut. Ce taux est adapté au plus grand nombre et non aux situations particulières. Dans certains cas, il peut être utile de demander, dès maintenant, à l’administration fiscale, son taux personnalisé. Dans le cas contraire, il faudra attendre un an.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière