Plus que quelques jours pour déclarer vos revenus !

Publié le 09/05/2018


Selon le calendrier fiscal, tous les contribuables qui souhaitent déclarer leurs revenus 2017 en utilisant la version papier ont jusqu’au 17 mai 2018 pour le faire. Sur internet le délai s’allonge de quelques jours : 22 mai pour les résidents des départements 01 à 19 et les non-résidents, 29 mai pour les départements 20 à 49 et 5 juin pour les départements 50 à 976. L’occasion de revenir sur la question des revenus locatifs : que faut-il déclarer ? comment sont-ils imposés ? Explications.

Régime micro-foncier ou réel : quelle imposition pour les revenus locatifs ?

Propriétaires, vous disposez de biens immobiliers que vous proposez à la location longue durée ? Vous devez alors déclarer vos revenus locatifs dans la catégorie « revenus fonciers », soit au régime « micro foncier » soit au « régime réel » :
declaration-revenus-locatifs

  • Le régime micro-foncier : si la somme des revenus fonciers perçus ne dépasse pas 15 000 € / an (hors charges), le contribuable bénéficie alors du régime micro foncier qui est un régime d’imposition simplifié. Il ne requiert pas de déclaration annexe et permet de bénéficier d’un abattement de 30 % sur les charges. Pour déclarer, il suffit d’indiquer le montant brut des revenus locatifs de l’année 2017 sur la déclaration n° 2042.
  • Le régime réel : par nécessité ou par choix, l’imposition au régime réel implique de remplir la déclaration n° 2042 ainsi que la déclaration annexe n°2044. Ce régime est plus complexe que le micro foncier et requiert parfois l’intervention ou les conseils d’un expert-comptable. Dans le cas où les charges assumées par le propriétaire (intérêts d’emprunt, travaux) sont supérieures aux loyers perçus, on parle alors de déficit foncier. Celui-ci peut être imputé aux autres revenus du foyer dans la limite de 10 700 € par an.

Le saviez-vous : l’impôt sur le revenu a été créé par la loi du 15 juillet 1914, initialement pour soutenir le pays en pleine 1ère guerre mondiale.

Cas particuliers : Les locations meublées ou de tourisme

Seules les locations proposées nues sont imposables au titre des revenus fonciers. Les biens loués en meublés ainsi que les locations de courte durée comme les locations de tourisme doivent faire l’objet d’une déclaration annexe et ne sont pas imposés de la même manière :

  • Louer un bien en meublé : les revenus tirés de ce type de location sont imposés en tant que Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC). Tout comme les revenus locatifs classiques, deux régimes fiscaux sont proposés. Si vous percevez moins de 70 000 € de revenus par an (33 200 € auparavant), alors le micro-BIC s’applique avec un abattement de 50 %. Si les revenus dépassent ce seuil, alors vous dépendez du régime réel.
  • La location touristique : proposer une maison ou un appartement en tant que meublé de tourisme peut-être très intéressant fiscalement. La législation selon les communes se durcit cependant et il peut être obligatoire de déclarer votre activité à la mairie avant de pouvoir accueillir les premiers touristes. Comme pour les biens meublés, le régime applicable aux meublés de tourisme dépend des seuils de recette. Moins de 170 000 € par an pour le régime micro-BIC avec un abattement de 71 %, et régime réel au-delà.

Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière