Impôt sur les plus-values : les expatriés désormais exonérés

Publié le 26/04/2019

Les expatriés qui revendent leur résidence principale après leur déménagement peuvent maintenant bénéficier d’une tolérance administrative. Jusqu’à présent seuls les résidents Français étaient exonérés de la taxe sur la plus-value liée à la vente de leur habitation principale, ainsi que les expatriés sous réserve que la cession soit effective avant leur départ pour l’étranger.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Impôt sur les plus-values : les expatriés désormais exonérés

Cession d’un bien immobilier en France : la résidence principale exonérée

En France, la vente d’un bien immobilier est soumise à un impôt appelé taxe sur les plus-values immobilières. Autrement dit, si un propriétaire cède son logement à un prix supérieur à son prix d’achat quelques mois ou années plus tôt, il doit payer l’impôt.

Mais il existe de nombreux cas dans lesquels une exonération s’applique. S’il s’agit d’une résidence principale tout d’abord, si le prix de revente est inférieur à 15 000 €, si le bien a été détenu pendant plus de 30 ans ou encore si le vendeur est une personne âgée, invalide ou percevant des revenus modestes.

Jusqu’alors, seuls les résidents Français pouvaient prétendre à une telle exonération. Un ménage ayant un projet de départ à l’étranger avait donc tout intérêt à trouver un acheteur avant son déménagement pour ne pas avoir à s’acquitter de la taxe sur la plus-value. Dans certaines conditions toutefois, il était possible de bénéficier d’une exonération partielle « dans la limite d’une résidence par contribuable et de 150 000 € de plus-value nette imposable ».

vente-residence-expatriés

Revendre sa résidence principale après un déménagement à l’étranger

Mais depuis le 1er janvier 2019, conformément à un jugement rendu par le tribunal administratif de Versailles, les cessions de résidences principales françaises, effectuées par des non-résidents après leur départ sont désormais exonérées d’impôt. Ce décalage de traitement étant apparu comme contraire à la libre circulation des capitaux prévue par le traité européen.

Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne – Article 63 : « Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites ».

Attention toutefois, pour bénéficier de cette largesse de l’Etat, les expatriés doivent être établis dans l’Union Européenne ou dans un pays lié par une convention fiscale avec la France. Ils peuvent disposer d’un délai allant jusqu’à 24 mois pour revendre leur résidence principale après leur départ. À la condition toutefois de pouvoir prouver que tous les moyens ont été mis en œuvre pour revendre ce bien. À noter également que la résidence ne doit pas être louée ou prêtée à un tiers ou à un proche pendant tout le processus de vente.


Dernières Actualités

Placement immobilier : faut-il préférer les résidences seniors ou étudiantes ?

Publié le 15/07/2019

Dans le domaine de l’immobilier locatif, les résidences de services offrent de nombreux avantages, en particulier d’un point de vue fiscal. Notamment grâce aux dispositifs de défiscalisation tels que le Censi-Bouvard et le statut de LMNP. Mais encore faut-il faire le bon choix parmi les résidences de tourisme, les résidences étudiantes, les établissements pour seniors et les Ehpad.

Revenus fonciers : mode d’emploi pour déduire les travaux de 2019

Publié le 12/07/2019

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source a fait de 2018 une année blanche sur le plan fiscal. Les revenus non-exceptionnels sont donc effacés grâce à un crédit d’impôt. Mais afin d’éviter les effets d’aubaine, les règles en matière de déductibilité des travaux changent pour 2018 et 2019. Sauf en cas d’urgence, il est conseillé de reporter les gros travaux de quelques mois. Explications.

Lutte contre la fraude fiscale : qui sont les nouveaux supers flics ?

Publié le 10/07/2019

Le service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF) vient de voir le jour quelques mois après la promulgation de la loi anti-fraude. À Berçy, ces nouveaux enquêteurs auront le statut d’agents des impôts assorti d’un pouvoir de police capable de mener des écoutes et des filatures. Objectif, résorber la fraude fiscale qui coûte chaque année entre 25 et 100 milliards d’euros à la France.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière