Impôt sur les plus-values : les expatriés désormais exonérés

Publié le 26/04/2019

Les expatriés qui revendent leur résidence principale après leur déménagement peuvent maintenant bénéficier d’une tolérance administrative. Jusqu’à présent seuls les résidents Français étaient exonérés de la taxe sur la plus-value liée à la vente de leur habitation principale, ainsi que les expatriés sous réserve que la cession soit effective avant leur départ pour l’étranger.


Cession d’un bien immobilier en France : la résidence principale exonérée

En France, la vente d’un bien immobilier est soumise à un impôt appelé taxe sur les plus-values immobilières. Autrement dit, si un propriétaire cède son logement à un prix supérieur à son prix d’achat quelques mois ou années plus tôt, il doit payer l’impôt.

Mais il existe de nombreux cas dans lesquels une exonération s’applique. S’il s’agit d’une résidence principale tout d’abord, si le prix de revente est inférieur à 15 000 €, si le bien a été détenu pendant plus de 30 ans ou encore si le vendeur est une personne âgée, invalide ou percevant des revenus modestes.

Jusqu’alors, seuls les résidents Français pouvaient prétendre à une telle exonération. Un ménage ayant un projet de départ à l’étranger avait donc tout intérêt à trouver un acheteur avant son déménagement pour ne pas avoir à s’acquitter de la taxe sur la plus-value. Dans certaines conditions toutefois, il était possible de bénéficier d’une exonération partielle « dans la limite d’une résidence par contribuable et de 150 000 € de plus-value nette imposable ».

vente-residence-expatriés

Revendre sa résidence principale après un déménagement à l’étranger

Mais depuis le 1er janvier 2019, conformément à un jugement rendu par le tribunal administratif de Versailles, les cessions de résidences principales françaises, effectuées par des non-résidents après leur départ sont désormais exonérées d’impôt. Ce décalage de traitement étant apparu comme contraire à la libre circulation des capitaux prévue par le traité européen.

Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne – Article 63 : « Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites ».

Attention toutefois, pour bénéficier de cette largesse de l’Etat, les expatriés doivent être établis dans l’Union Européenne ou dans un pays lié par une convention fiscale avec la France. Ils peuvent disposer d’un délai allant jusqu’à 24 mois pour revendre leur résidence principale après leur départ. À la condition toutefois de pouvoir prouver que tous les moyens ont été mis en œuvre pour revendre ce bien. À noter également que la résidence ne doit pas être louée ou prêtée à un tiers ou à un proche pendant tout le processus de vente.


Dernières Actualités

Suppression de la taxe d’habitation : nouveau rebondissement pour les ménages les plus aisés

Publié le 24/05/2019

La suppression de la taxe d’habitation, mesure phare du quinquennat Macron, est aussi attendue que décriée. Si pour les 80% des ménages français les plus modestes, la réforme est en route, pour les 20% des plus riches en revanche, c’est la valse-hésitation. Comme l’a récemment rappelé le premier Ministre, tous les Français seront à termes exonérés de taxe d’habitation mais les plus riches devront patienter.

Immobilier locatif : pourquoi faire appel à une agence ?

Publié le 22/05/2019

Les propriétaires qui décident de se lancer dans l’immobilier locatif peuvent espérer bénéficier de revenus complémentaires tirés des loyers, voire même de quelques avantages fiscaux. Mais, pour cela, il est également nécessaire de pouvoir assumer une bonne dose de tâches administratives. Dans le cas de la mise en location de son bien, l’agent immobilier peut apporter ses conseils avisés.

Première déclaration d’impôts : demandez au fisc votre taux personnalisé

Publié le 20/05/2019

Avec l’entrée en vigueur de prélèvement à la source, les contribuables qui effectuent leur première déclaration se voient automatiquement affecter un taux d’imposition par défaut. Ce taux est adapté au plus grand nombre et non aux situations particulières. Dans certains cas, il peut être utile de demander, dès maintenant, à l’administration fiscale, son taux personnalisé. Dans le cas contraire, il faudra attendre un an.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière