Location d’une résidence secondaire : quelles conséquences fiscales ?

Publié le 03/06/2021

Mettre en location sa résidence secondaire est tout à fait possible. C’est alors la nature du bien qui détermine les obligations fiscales. Il peut en effet s’agir d’une maison de vacances inoccupée une partie de l’année, d’un logement vacant ou même d’un investissement locatif. Attention, réforme de la taxe d’habitation ne s’applique qu’aux résidences principales.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Location d’une résidence secondaire : quelles conséquences fiscales ?

Résidence secondaire : des obligations avant la mise en location

Proposer sa résidence secondaire à la location durant les périodes où vous ne l’utilisez pas peut être tentant pour percevoir des revenus complémentaires. Attention toutefois, cela engendre quelques conséquences fiscales qui peuvent varier selon la situation géographique du bien et sa nature. Comme l’explique Olivier Rozenfeld, président de Fidroit, interrogé par le journal Le Monde, il faut avant tout déclarer la location auprès de la commune avant la conclusion du bail. Selon la situation, une autorisation pour changement d’usage ainsi qu’une déclaration d’activité auprès d’un CFE (centre de formalités des entreprises) peuvent aussi s’imposer, conformément à la loi Alur. À noter que l’autorisation de changement d’usage ne s’applique que dans les communes de plus de 200 000 habitants ou bien celles de plus de 50 000 habitants, situées en zones tendues.

La résidence secondaire est par ailleurs soumise aux impôts locaux, selon les taux définis par la commune où se trouve le bien, à savoir la taxe d’habitation et la taxe foncière.

impots.gouv.fr : « Depuis les impositions 2017, les communes où s’applique la taxe sur les logements vacants, peuvent voter une majoration de la part de la cotisation de la taxe d’habitation qui leur revient pour les résidences secondaires. Cette majoration peut être comprise entre 5 % et 60 % ».

Louer une résidence secondaire : des conditions plus souples, mais une fiscalité plus lourde

Les contrats de location des résidences secondaires sont plus souples..

L’administration fiscale définit la résidence principale comme « votre lieu d’habitation au 31 décembre de l’année de perception des revenus ». C’est également le lieu où l’on réside plus de 8 mois par an. Chaque contribuable français ne peut avoir qu’une seule résidence principale. À l’inverse, il est possible d’avoir plusieurs résidences secondaires qui peuvent être de nature très variée : logement de vacances ou investissement locatif, maison ou appartement. La résidence secondaire peut également être louée nue ou meublée.

Contrairement aux locations de résidences principales, les termes des contrats de location des résidences secondaires sont plus souples. Le bailleur peut définir librement le montant du loyer, la durée et les conditions de location. Attention toutefois, un contrat de location saisonnière doit être d’une durée inférieure à 3 mois.

Si la résidence secondaire est louée meublée, alors les loyers sont considérés comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Au moment de déclarer les revenus, le régime « micro-BIC » peut alors être choisi, il donne droit à un abattement forfaitaire de 50 ou 71 %. Ceux qui préféreront le régime « BIC réel » pourront quant à eux déduire les charges réelles et d’amortissement du bien. Si les loyers annuels tirés de la location d’une résidence secondaire sont inférieurs à 23 000 euros, alors le propriétaire est automatiquement considéré comme « loueur en meublé non professionnel » (LMNP).

Enfin, l’ensemble de ces choix impliquera dans certains cas l’assujettissement à la cotisation foncière des entreprises ainsi qu’à la taxe de séjour.


Dernières Actualités

Charges de copropriété : quelle évolution avec le Covid-19 ?

Publié le 22/06/2021

Alors qu’on aurait pu s’attendre à une hausse des charges de copropriété du fait de la pandémie, c’est un tout autre bilan que dresse l’Association des responsables de copropriété (ARC) pour l’année 2020. En moyenne, les charges auraient reculé d’environ 2 % sur un an, du jamais-vu depuis 2014. Une tendance qui trouve sa source dans la douceur de l’hiver, mais qui ne concerne pas tous les postes de dépenses.

Litiges immobiliers : de bonnes affaires en perspective

Publié le 17/06/2021

Avec la crise sanitaire, les biens immobiliers litigieux tendent à se multiplier sur le marché. Il peut s’agir par exemple d’une vente consécutive à une séparation ou à un divorce, d’une vente successorale difficile, d’un squat, ou encore d’un logement déjà loué pour lequel le locataire en place ne paie pas son loyer. Si cela peut occasionner des tourments pour les propriétaires, les biens litigieux peuvent également être synonymes de bonnes affaires. À condition d’éviter les pièges.

Les perdants de la réforme des APL

Publié le 15/06/2021

L’Aide Personnalisée au Logement (APL), est versée par la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) aux ménages ne dépassant pas un certain plafond de revenus. Elle permet d’aider les ménages concernés à se loger en leur attribuant une aide financière calculée en fonction de certains critères. Selon l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj), la réforme de l’APL a pénalisé l’ensemble des jeunes et notamment les actifs.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière