Statut LMP : Fin de l’inscription obligatoire au RCS

Publié le 10/02/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Statut LMP : Fin de l’inscription obligatoire au RCS

Une bonne nouvelle pour les personnes qui louaient des logements meublés à titre professionnel. Depuis le 8 février, elles ne sont plus obligées de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés. Cette obligation, exigée par le Code général des impôts, a été jugée irrégulière.

Un régime fiscalement favorable

Les particuliers louant un logement meublé à titre professionnel bénéficient de plusieurs avantages fiscaux :

  • Déduction fiscale des charges pour leur montant réel
  • L’amortissement du local et des meubles si le bien est inscrit à l’actif du bilan
  • La déduction fiscale des déficits fonciers sur le revenu global du foyer et non uniquement sur ceux issus de la location
  • La possibilité d’être exonéré de l’IFI au titre des biens nécessaires à leur activité
  • La récupération de la TVA acquittée lors de l’achat

Cependant, pour bénéficier de ces avantages, les contribuables devaient remplir, jusqu’à aujourd’hui, 3 conditions :

  • Générer plus de 23 000 € par an de revenus liés aux locations meublées
  • Les revenus doivent représenter plus de 50 % de la totalité des revenus professionnels du foyer fiscal
  • Au moins un membre du foyer fiscal doit être inscrit au Registre du commerce et des sociétés, RCS

Or, cette dernière condition n’est plus d’actualité depuis le 8 février 2018.

Une obligation jugée anticonstitutionnelle

En novembre 2017, un contribuable a saisi la justice pour contester les dispositions de l’article 151 septies VII du Code Général des Impôts qui oblige un contribuable à s’inscrire au RCS afin de bénéficier du statut de loueur en meublé professionnel.

Saisi du dossier, le Conseil d’État a transmis au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité visant à déterminer si la condition d’inscription au RCS, conditionnant le statut de loueur en meublé professionnel, est conforme à la Constitution.

 
Le Conseil constitutionnel a alors considéré qu’en subordonnant le bénéfice de l’exonération prévue à l’article 151 septies du CGI à l’inscription du loueur en meublé au RCS, « le législateur a entendu empêcher que des personnes exerçant l’activité de loueur en meublé à titre seulement occasionnel en bénéficient ». Il a également jugé qu’« en subordonnant le bénéfice de l’exonération à une condition spécifique aux commerçants, alors même que l’activité de location de biens immeubles ne constitue pas un acte de commerce au sens de l’article L. 110-1 du même code, le législateur ne s’est pas fondé sur un critère objectif et rationnel en fonction du but visé « .

Le Conseil constitutionnel a donc déclaré inconstitutionnelles les dispositions contestées et rendu la Décision n° 2017-689 QPC du 8 février 2018 suspendant l’obligation pour un contribuable de s’inscrire au RCS afin d’obtenir le statut de loueur en meublé professionnel.


Dernières Actualités

De la mérule dans votre logement, que faire ?

Publié le 17/06/2019

La mérule, ce champignon qui se nourrit de la cellulose du bois, est un véritable fléau pour qui y est confronté. Il peut engendrer des dégâts dans les bâtiments à une vitesse fulgurante. Les locataires et les propriétaires d’un logement qui constatent sa présence ont, depuis quelques années, pour obligation de le déclarer en mairie. Explications.

Cuisine : les astuces pour optimiser sa rénovation

Publié le 14/06/2019

Famille et amis s’y retrouvent volontiers pour manger, mais aussi pour discuter. La cuisine est aujourd’hui devenue une pièce de vie à part entière, pour les grands gastronomes aussi bien que pour les adeptes du four à micro-ondes. Et lorsqu’il s’agit de la rénover, il est conseillé de respecter certaines étapes clé et de ne pas oublier de la déduire de ses revenus. Explications.

Encadrement des loyers : les plafonds appliqués à Paris dès juillet

Publié le 12/06/2019

Le 1er juillet prochain signera le grand retour de l’encadrement des loyers à Paris, comme l’a confirmé un arrêté préfectoral publié le 29 mai dernier. Cette mesure, qui concernera les premières mises en location ainsi que les renouvellements de location, n’a pas la faveur de tous les acteurs du secteur. Les organisations professionnelles préparent déjà leurs actions pour faire annuler une mesure jugée contre-productive.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière