Statut LMP : Fin de l’inscription obligatoire au RCS

Publié le 10/02/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Statut LMP : Fin de l’inscription obligatoire au RCS

Une bonne nouvelle pour les personnes qui louaient des logements meublés à titre professionnel. Depuis le 8 février, elles ne sont plus obligées de s’inscrire au registre du commerce et des sociétés. Cette obligation, exigée par le Code général des impôts, a été jugée irrégulière.

Un régime fiscalement favorable

Les particuliers louant un logement meublé à titre professionnel bénéficient de plusieurs avantages fiscaux :

  • Déduction fiscale des charges pour leur montant réel
  • L’amortissement du local et des meubles si le bien est inscrit à l’actif du bilan
  • La déduction fiscale des déficits fonciers sur le revenu global du foyer et non uniquement sur ceux issus de la location
  • La possibilité d’être exonéré de l’IFI au titre des biens nécessaires à leur activité
  • La récupération de la TVA acquittée lors de l’achat

Cependant, pour bénéficier de ces avantages, les contribuables devaient remplir, jusqu’à aujourd’hui, 3 conditions :

  • Générer plus de 23 000 € par an de revenus liés aux locations meublées
  • Les revenus doivent représenter plus de 50 % de la totalité des revenus professionnels du foyer fiscal
  • Au moins un membre du foyer fiscal doit être inscrit au Registre du commerce et des sociétés, RCS

Or, cette dernière condition n’est plus d’actualité depuis le 8 février 2018.

Une obligation jugée anticonstitutionnelle

En novembre 2017, un contribuable a saisi la justice pour contester les dispositions de l’article 151 septies VII du Code Général des Impôts qui oblige un contribuable à s’inscrire au RCS afin de bénéficier du statut de loueur en meublé professionnel.

Saisi du dossier, le Conseil d’État a transmis au Conseil constitutionnel une question prioritaire de constitutionnalité visant à déterminer si la condition d’inscription au RCS, conditionnant le statut de loueur en meublé professionnel, est conforme à la Constitution.

 
Le Conseil constitutionnel a alors considéré qu’en subordonnant le bénéfice de l’exonération prévue à l’article 151 septies du CGI à l’inscription du loueur en meublé au RCS, « le législateur a entendu empêcher que des personnes exerçant l’activité de loueur en meublé à titre seulement occasionnel en bénéficient ». Il a également jugé qu’« en subordonnant le bénéfice de l’exonération à une condition spécifique aux commerçants, alors même que l’activité de location de biens immeubles ne constitue pas un acte de commerce au sens de l’article L. 110-1 du même code, le législateur ne s’est pas fondé sur un critère objectif et rationnel en fonction du but visé « .

Le Conseil constitutionnel a donc déclaré inconstitutionnelles les dispositions contestées et rendu la Décision n° 2017-689 QPC du 8 février 2018 suspendant l’obligation pour un contribuable de s’inscrire au RCS afin d’obtenir le statut de loueur en meublé professionnel.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière