Du nouveau concernant l’exonération d’impôt en LMP pour les contribuables assujettis à l’ISF

Publié le 11/09/2020

Les contribuables qui doivent s’acquitter de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière), ancien ISF (impôt de solidarité sur la fortune), peuvent être exonérés dans le cadre d’investissements immobiliers locatifs, réalisés sous le statut de loueur en meublé professionnel (LMP). Le Gouvernement a récemment apporté quelques éclaircissements concernant les conditions à respecter pour en bénéficier, ce notamment sur la nature des recettes de référence.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Du nouveau concernant l’exonération d’impôt en LMP pour les contribuables assujettis à l’ISF

L’IFI concerne les patrimoines immobiliers dont la valeur est supérieure à 1,3 millions d’euros

Sont imposés au titre de l’IFI, les foyers fiscaux dont le patrimoine immobilier est supérieur à 1,3 millions d’euros au 1er janvier de l’année d’imposition. Si la résidence principale fait l’objet d’un abattement de l’ordre de 30 % de sa valeur locative au 1er janvier, les immeubles bâtis, qu’il s’agisse de maisons, d’appartements ou de dépendances, mis en location ou non, les immeubles en cours de construction au 1er janvier, les terrains constructibles ou agricoles, les parts de sociétés immobilières ainsi que les places de parking, sont taxés intégralement.

Certaines situations donnent toutefois droit à des exonérations totales ou partielles. C’est notamment le cas des immeubles, locaux et terrains utilisés à des fins professionnelles, ainsi que les logements proposés à la location meublée, avec un statut professionnel (LMP).

Recettes locatives et calcul de l’IR : les revenus nets retenus, les pensions de retraite exclues

Pour les contribuables assujettis à l’IFI, une exonération, même partielle, est souvent la bienvenue. À ce titre, l’avantage fiscal proposé par le statut de LMP est prisé, mais de nombreuses conditions doivent être respectées. La première d’entre elles concerne l’activité de loueur en meublé professionnel qui doit être l’activité principale du bailleur. Une contrainte imposée en 2018, au moment de l’entrée en vigueur de l’IFI qui a remplacé l’ISF. Seules les personnes à la retraite ainsi que les rentiers ou les personnes sans emploi sont donc concernées. Sous certaines conditions, les travailleurs à temps partiel peuvent également bénéficier de l’exonération sous réserve que l’activité de location soit prédominante.

Seconde condition, le montant des recettes annuelles qui doit être supérieur à 23 000 euros. Et le montant de ces revenus doit, en outre, représenter plus de la moitié des revenus pour lesquels le foyer fiscal est soumis à l’IR (impôt sur le revenu). C’est sur ce dernier point que le Gouvernement a récemment apporté son éclairage.

Sénat.fr : « (…) Il convient de retenir le bénéfice industriel et commercial net annuel dégagé par l’activité de location meublée (…), afin d’en permettre la comparaison avec le revenu net du foyer fiscal dans les catégories d’imposition précitées, y compris le bénéfice tiré de la location ».

C’est donc le bénéfice net qui doit être retenu et non le brut, et le ministère de l’Économie et des Finances d’ajouter que les pensions de retraite sont quant à elles exclues des revenus à comparer. Des précisions qui ne sont pas sans conséquences pour certains contribuables.


Dernières Actualités

Les syndics de copropriété accusés d’avoir profité de la crise sanitaire ?

Publié le 25/01/2021

C’est un communiqué de presse accablant qu’a livré l’association des responsables de copropriété (ARC), le 7 janvier dernier. Dans ce texte intitulé « le hold-up des assemblées générales de copropriété », l’ARC dénonce des abus des syndics de copropriété qui auraient profité de la crise sanitaire et de l’instauration du vote par correspondance pour augmenter leurs honoraires ou faire passer certaines mesures en force.

Contrôle fiscal : l’administration dispose de 6 mois supplémentaires en raison de la crise du Covid-19

Publié le 22/01/2021

Chaque année, un certain nombre de déclarations sont prescrites au 31 décembre et ne peuvent plus faire l’objet d’un contrôle de la part du fisc. Sauf dispositions particulières, c’est le cas de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) exigibles pendant trois ans, ou encore des impôts locaux qui ne peuvent être contrôlés que durant l’année d’imposition. Mais l’année 2020, entachée par l’épidémie de coronavirus, a fait perdre du temps à Bercy. L’administration fiscale dispose donc d’un délai supplémentaire étendu jusqu’au 14 juin.

Copropriétés : ce qui change en 2021

Publié le 20/01/2021

À nouvelle année, nouvelles mesures. Une règle à laquelle n’échappent pas les copropriétés françaises. En 2021, en effet, elles peuvent désormais solliciter le dispositif MaPrimeRénov’ pour financer une partie de leurs travaux de rénovation énergétique. Concernant les assemblées générales, les conditions de reports et de tenue en visioconférence évoluent également.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière