Du nouveau concernant l’exonération d’impôt en LMP pour les contribuables assujettis à l’ISF

Publié le 11/09/2020

Les contribuables qui doivent s’acquitter de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière), ancien ISF (impôt de solidarité sur la fortune), peuvent être exonérés dans le cadre d’investissements immobiliers locatifs, réalisés sous le statut de loueur en meublé professionnel (LMP). Le Gouvernement a récemment apporté quelques éclaircissements concernant les conditions à respecter pour en bénéficier, ce notamment sur la nature des recettes de référence.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Du nouveau concernant l’exonération d’impôt en LMP pour les contribuables assujettis à l’ISF

L’IFI concerne les patrimoines immobiliers dont la valeur est supérieure à 1,3 millions d’euros

Sont imposés au titre de l’IFI, les foyers fiscaux dont le patrimoine immobilier est supérieur à 1,3 millions d’euros au 1er janvier de l’année d’imposition. Si la résidence principale fait l’objet d’un abattement de l’ordre de 30 % de sa valeur locative au 1er janvier, les immeubles bâtis, qu’il s’agisse de maisons, d’appartements ou de dépendances, mis en location ou non, les immeubles en cours de construction au 1er janvier, les terrains constructibles ou agricoles, les parts de sociétés immobilières ainsi que les places de parking, sont taxés intégralement.

Certaines situations donnent toutefois droit à des exonérations totales ou partielles. C’est notamment le cas des immeubles, locaux et terrains utilisés à des fins professionnelles, ainsi que les logements proposés à la location meublée, avec un statut professionnel (LMP).

Recettes locatives et calcul de l’IR : les revenus nets retenus, les pensions de retraite exclues

Pour les contribuables assujettis à l’IFI, une exonération, même partielle, est souvent la bienvenue. À ce titre, l’avantage fiscal proposé par le statut de LMP est prisé, mais de nombreuses conditions doivent être respectées. La première d’entre elles concerne l’activité de loueur en meublé professionnel qui doit être l’activité principale du bailleur. Une contrainte imposée en 2018, au moment de l’entrée en vigueur de l’IFI qui a remplacé l’ISF. Seules les personnes à la retraite ainsi que les rentiers ou les personnes sans emploi sont donc concernées. Sous certaines conditions, les travailleurs à temps partiel peuvent également bénéficier de l’exonération sous réserve que l’activité de location soit prédominante.

Seconde condition, le montant des recettes annuelles qui doit être supérieur à 23 000 euros. Et le montant de ces revenus doit, en outre, représenter plus de la moitié des revenus pour lesquels le foyer fiscal est soumis à l’IR (impôt sur le revenu). C’est sur ce dernier point que le Gouvernement a récemment apporté son éclairage.

Sénat.fr : « (…) Il convient de retenir le bénéfice industriel et commercial net annuel dégagé par l’activité de location meublée (…), afin d’en permettre la comparaison avec le revenu net du foyer fiscal dans les catégories d’imposition précitées, y compris le bénéfice tiré de la location ».

C’est donc le bénéfice net qui doit être retenu et non le brut, et le ministère de l’Économie et des Finances d’ajouter que les pensions de retraite sont quant à elles exclues des revenus à comparer. Des précisions qui ne sont pas sans conséquences pour certains contribuables.


Dernières Actualités

Fiscalité : les taxes complémentaires qui pèsent sur les propriétaires

Publié le 30/10/2020

Les taxes locales sont identifiées par les contribuables : taxe foncière sur le bâti, sur le non bâti, taxe d’habitation et cotisation foncière des entreprises. Mais d’autres prélèvements viennent plomber la fiscalité des propriétaires. Sans compter la taxe foncière qui a grimpé en moyenne de plus de 30 % ces dix dernières années. Faisons le point.

Rénovation énergétique : les copropriétés ont désormais droit au dispositif MaPrimeRénov’

Publié le 28/10/2020

Depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent bénéficier du dispositif en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il peut toujours s’agir des propriétaires occupants, mais les propriétaires bailleurs ainsi que les copropriétaires sont également éligibles. L’aide allouée peut atteindre 25 % du montant total des travaux réalisés dans les parties communes.

Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Publié le 26/10/2020

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les logements neufs. Dès l’an prochain, il sera obligatoire de construire une douche de plain-pied dans les nouveaux logements, ou de rendre son installation possible et rapide dans le cas d’une baignoire. Une obligation dénoncée par les professionnels du BTP, qui souhaitent que soit mise en place une phase de test avant la généralisation.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière