Crédit d’impôt pour abandon de loyer : les nombreuses conditions liées aux locataires

Publié le 01/03/2021

Lors du premier confinement du printemps 2020, les bailleurs commerciaux avaient déjà été invités à renoncer à leurs loyers. Pour les encourager dans cette démarche, le crédit d'impôt pour abandon de loyer a été acté par la loi de finances pour 2021. Il vise à soutenir financièrement les bailleurs qui acceptent de renoncer au loyer de novembre 2020, correspondant au second confinement. Certaines conditions doivent alors être respectées, elles sont nombreuses en ce qui concerne la situation du locataire.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Crédit d’impôt pour abandon de loyer : les nombreuses conditions liées aux locataires

Un crédit d’impôt de 50 % du montant du loyer

En pleine crise sanitaire, le Gouvernement a décidé d’encourager les bailleurs à renoncer au loyer du mois de novembre 2020, période durant laquelle la France a été confinée pour la seconde fois. C’est l’article 20 de la loi de finances pour 2021 qui détermine les contours de cette mesure. Ce coup de pouce ne concerne que le second confinement.

Ledit crédit d’impôt correspond à 50 % du montant du loyer abandonné, hors charges. Il est imputable au titre de l’impôt sur les sociétés ou de l’impôt sur le revenu de l’année où l’abandon est effectif. Si le bailleur n’est pas imposable, alors l’administration fiscale a annoncé un remboursement total ou partiel.

Loi de finances pour 2021 – Article 20 : « Les bailleurs (…) peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt au titre des abandons ou renonciations définitifs des loyers hors taxes et hors accessoires échus au titre du mois de novembre 2020, lorsqu’ils sont afférents à des locaux situés en France et consentis, au plus tard le 31 décembre 2020 ».

Crédit d’impôt pour renonciation de loyer, le bailleur peut être une entreprise ou un particulier

Pour être éligible au crédit d’impôt, côté bailleurs, les conditions à remplir sont plutôt simples. Peuvent y prétendre, les bailleurs personnes physiques et personnes morales. Sous réserve de ne pas être considérées comme une entreprise en difficulté au 31 décembre 2019, au sens de la réglementation européenne, les sociétés peuvent aussi bien être des SCI, des SCPI, des SIIC ou des OPCI.

Côté locataires en revanche, la liste des conditions d’éligibilité est plus détaillée. Tout d’abord, il faut que le local loué ait été interdit au public durant le second confinement ou que le secteur d’activité du locataire fasse partie de ceux qui ont été particulièrement fragilisés par la crise. C’est le cas notamment du tourisme, de la restauration, de l’hôtellerie, de la culture et du sport. Comme pour les bailleurs, le locataire ne doit pas avoir été une entreprise en difficulté au 31 décembre 2019, au sens de la réglementation européenne.

S’ajoutent d’autres obligations comme l’interdiction d’être en liquidation judiciaire au 1er mars 2020 et le seuil de 5 000 salariés qui ne doit pas être dépassé (y compris pour les entreprises appartenant à un groupe situé à l’étranger). Le locataire ne peut pas non plus avoir déjà fait l’objet d’abandons de loyers pour un crédit d’impôt de plus de 800 000 €.


Dernières Actualités

Piscines non-déclarées : les images satellites au secours du fisc

Publié le 22/10/2021

Pour traquer les contribuables qui manqueraient à leurs obligations, l’administration fiscale n’hésite pas à recourir aux nouvelles technologies. Bercy a, en effet, développé un partenariat avec Google, qui s’appuie sur l’intelligence artificielle. L’objectif : débusquer les extensions de bâtiments ainsi que les piscines non-déclarées. Si certains saluent l’innovation dans une administration qui manque de personnel, d’autres en revanche, déplorent la déshumanisation.

Ma Prime Rénov’ : un dispositif similaire adapté au vieillissement

Publié le 20/10/2021

MaPrimeRénov’, c’est le dispositif bien connu des ménages, qui souhaitent rénover énergétiquement leur logement. Depuis le 1er janvier dernier, la prime est également accessible aux propriétaires-bailleurs, ainsi qu’aux copropriétaires. La recette séduit, à tel point que le Gouvernement a dû revoir à la hausse son enveloppe budgétaire pour 2021. Et le Premier ministre, Jean Castex, de missionner le ministère du logement sur un dispositif connexe, celui-ci destiné à soutenir l’adaptabilité des logements au vieillissement de la population.

86 % des Français cherchent un logement avec un extérieur : les nouvelles annonces d’Emmanuelle Wargon appuyées par le sondage réalisé par Selexium

Publié le 15/10/2021

La ministre déléguée du logement Emmanuelle Wargon engage son cheval de bataille contre les problématiques culturelles du logement français. Après avoir évoqué et engagé le sujet durant plusieurs semaines sur l’amélioration du paysage habitable dans l’hexagone, elle prend la parole ce jeudi 14 octobre 2021 avec son programme « Habiter la France de Demain », et définit les actions attendues dans les mois à venir.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière