Achat immobilier : investir dans le neuf grâce au nouveau Pinel

Publié le 08/05/2020

Depuis 2014, le dispositif Pinel a fait des milliers d’adeptes. Reste qu’en cette période de crise, de nombreux ménages ont décidé de reporter leur projet immobilier. Quant à l’immobilier neuf en particulier, l’offre ne cesse de baisser, engendrant une hausse des prix. Dans ce contexte, le nouveau Pinel illustré par une révision du zonage, peut être une bonne solution pour réaliser un investissement locatif dans le neuf.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Achat immobilier : investir dans le neuf grâce au nouveau Pinel

Loyers et ressources plafonnées : les conditions pour bénéficier d’une réduction d’impôt en Pinel

En 2019, les chiffres de l’immobilier neuf laissent entrevoir une perte de dynamisme alors que l’ancien a enregistré un nombre de transactions record. Pourtant, ce sont davantage les nombres de mises en vente (- 14 % en 2019) qui baissent alors que la demande reste élevée. Ce qui conduit naturellement à une hausse des prix (+ 4,7 % sur 12 mois).

Parmi les dispositifs d’aide à l’achat plébiscités, le dispositif d’investissement locatif Pinel a été révisé et devrait encore évoluer dans les mois à venir. Pour rappel, la loi Pinel a été mis en place en remplacement du dispositif Duflot. Il concerne les investissements immobiliers réalisés entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2021.

Il consiste en l’achat d’un bien neuf ou réhabilité qui est ensuite loué pendant une période de 6, 9 ou 12 ans à un locataire respectant les conditions de revenus. Le dispositif s’adressant en particulier aux ménages modestes dans les zones tendues (voir le zonage pinel), le propriétaire-bailleur s’engage par ailleurs à appliquer un loyer plafonné, inférieur de l’ordre de 20 % aux prix du marché. En contrepartie, il peut bénéficier de réductions d’impôt sur le revenu pouvant atteindre 21 % du prix d’achat du bien, soit 63 000 euros sur 12 ans.

« L’investissement locatif Pinel ouvre droit à une réduction d’impôt calculée sur le prix d’achat des logements neufs ou réhabilités pour atteindre les performances techniques du neuf ». ( www.economie.gouv.fr )

Dispositif Pinel, du nouveau en 2020

zonage-pinel-zone-b2

Pour s’adapter à la conjoncture et protéger l’épargnant, le dispositif Pinel évolue régulièrement. Ainsi en juillet 2019, les communes d’Angers et de Poitiers jusqu’alors exclues du dispositif pour leur classement en zone B2, ont été recatégorisées en B1 ce qui en fait désormais des villes éligibles. D’autres villes comme Narbonne, Béziers et Pau pourraient suivre.

Autre nouveauté, une expérimentation lancée en Bretagne par la loi de finances pour 2020. Cette phase de test permet de donner plus de pouvoir à la région qui arbitre les communes éligibles ainsi que les plafonds de loyers et de ressources qui doivent être respectés. Les villes de Brest, Lorient, Vannes, Quimper et Saint-Brieuc espèrent ainsi être bientôt accessibles au dispositif Pinel.

Enfin, les intermédiaires qui commercialisent les programmes Pinel auprès des particuliers, pour le compte des promoteurs, ont désormais l’obligation de faire connaître le montant de leur commission qui ne peut excéder 10 %.

À Paris ou en province, les critères qui font varier la rentabilité d’un bien en Pinel

Pour les particuliers qui souhaitent se lancer dans un investissement locatif avec la loi Pinel, il est ainsi possible de réaliser une opération intéressante. Attention toutefois, la rentabilité de l’investissement dépend pour beaucoup de la localisation du bien et de la facilité à trouver un locataire. Qui plus est, le pouvoir d’achat immobilier varie selon les villes.

Avec 250 000 euros, il est par exemple possible d’acheter en Pinel un T1 près de Paris, un T2 à Toulouse ou un T3 à Limoges. Quant à l’effort d’épargne mensuel, il va respectivement de 1000 à 700 euros par mois en moyenne. Les loyers du marché étant plus élevés à Paris qu’à Limoges pour un prix d’achat là aussi supérieur, la rentabilité brute est sans surprise plus élevée en province.

Note importante, dès le 1er janvier prochain, le Pinel sera recentré sur « les logements situés dans un bâtiment d’habitation collectif », autrement dit les appartements en copropriété.


Dernières Actualités

Fiscalité : les taxes complémentaires qui pèsent sur les propriétaires

Publié le 30/10/2020

Les taxes locales sont identifiées par les contribuables : taxe foncière sur le bâti, sur le non bâti, taxe d’habitation et cotisation foncière des entreprises. Mais d’autres prélèvements viennent plomber la fiscalité des propriétaires. Sans compter la taxe foncière qui a grimpé en moyenne de plus de 30 % ces dix dernières années. Faisons le point.

Rénovation énergétique : les copropriétés ont désormais droit au dispositif MaPrimeRénov’

Publié le 28/10/2020

Depuis le 1er octobre 2020, tous les propriétaires peuvent bénéficier du dispositif en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il peut toujours s’agir des propriétaires occupants, mais les propriétaires bailleurs ainsi que les copropriétaires sont également éligibles. L’aide allouée peut atteindre 25 % du montant total des travaux réalisés dans les parties communes.

Douches à l’italienne obligatoires dans les logements neufs : le BTP réclame 4 ans d’expérimentation

Publié le 26/10/2020

Un arrêté, publié mi-septembre, qui complète les dispositions de la loi ELAN de 2018, revient sur la notion de salles de bain évolutives pour les logements neufs. Dès l’an prochain, il sera obligatoire de construire une douche de plain-pied dans les nouveaux logements, ou de rendre son installation possible et rapide dans le cas d’une baignoire. Une obligation dénoncée par les professionnels du BTP, qui souhaitent que soit mise en place une phase de test avant la généralisation.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière