Loi logement : quel avenir pour le secteur HLM ?

Publié le 08/10/2018


Le projet de loi ELAN (Évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) qui vient enfin de trouver sa version définitive grâce à un compromis entre sénateurs et députés va contribuer à la mutation du marché du logement en France. Adoptée par les parlementaires à l’Assemblée ce mercredi 3 octobre, la loi sera votée par les sénateurs le 17 octobre prochain. En attendant, quelles sont les mesures qui attendent le secteur du logement social en France ?

Une réforme du logement jugée insuffisante

 
L’objectif du Gouvernement est clair : plus de logements et à des prix plus attractifs. Pour ce faire, l’exécutif mise sur la simplification des procédures et la réforme du logement social. Il faut dire que le secteur a souffert en un an d’une augmentation globale des prix de l’ordre de 2,8 % alors que le nombre de permis de construire accordés a quant à lui chuté de 4,5 %. Au programme de la loi logement donc, plus de bureaux transformés en logements, des normes moins nombreuses et davantage de permis de construire.

Du côté des professionnels et notamment des promoteurs, les mesures qui vont être adoptées ne sont pas à la hauteur des attentes et ne sont que de pales copies de tentatives précédentes sans réelle efficacité. Dans leur viseur, les taxes qui représentent jusqu’à 30 % du prix d’un appartement et qui n’ont pas été baissées, les terrains constructibles donc le prix de vente n’est pas plafonné et l’encadrement des loyers maintenu pour les villes qui le souhaitent.

Loi ELAN : vers des ventes de HLM multipliées par 5 ?

Alors qu’il avait été sévèrement restreint par la loi des finances 2018, le logement social pourrait bien être au cœur de la loi ELAN. Le Gouvernement estimait en effet que la réduction de l’APL (Aide personnalisée au logement) à laquelle s’est ajoutée une baisse des loyers de 800 millions en 2018 à 1,5 milliards en 2020 pourraient être supportées par les bailleurs sociaux si ceux-ci faisaient montre d’une meilleure gestion. La loi ELAN prévoit plusieurs dispositifs pour leur permettre de s’organiser.

40 000
c’est le nombre de logements sociaux que le Gouvernement espère vendre grâce à la promulgation de la loi ELAN, contre 8 000 aujourd’hui

 

Ainsi tous les bailleurs gérants moins de 12 000 logements sociaux devront fusionner. L’objectif étant de réaliser des économies d’échelle et d’optimiser les ressources humaines. Par ailleurs, la vente de logements sociaux aux locataires qui résident dans les lieux sera encouragée. Là encore, il s’agit de générer des revenus. Quant aux collectivités, elles ne sont pas oubliées puisque même si les maires ne seront pas nécessairement consultés en cas de vente d’un logement social dans leur commune, les collectivités pourront espérer percevoir jusqu’à 50 % du produit de la vente.

Les professionnels redoutent tout de même des mesures longues à mettre en place qui pourraient ne pas coïncider avec les besoins du secteur. Les chiffres devraient donc être encore à la baisse en 2018.


Dernières Actualités

Immobilier ancien : hausse du nombre d’investisseurs locatifs

Publié le 18/01/2019

En 2018, le nombre d’investisseurs tournés vers l’immobilier locatif a grimpé en flèche. En cause, les fortes incertitudes liées aux marchés financiers. Mais pour 2019 ? Rien n’est moins sûr à l’heure où les taux d‘emprunt sont déjà annoncés à la hausse, et où plane un retour de l’encadrement des loyers à Paris.

Plus-values immobilières : une taxation alourdie en 2019 ?

Publié le 16/01/2019

Cette année, encore, les vendeurs immobiliers pourraient souffrir d’une lourde fiscalité. La taxe sur le produit des ventes devrait rester stable après une hausse de 6 % entre 2017 et 2018. Pour les vendeurs, plusieurs solutions leurs permettent toutefois d’alléger la plus-value taxable afin d’optimiser leurs opérations. Entre taxation, exonération et abattement, faisons le point.

Immobilier : à la montagne aussi, les prix flambent !

Publié le 14/01/2019

Environ 1 Français sur 3 choisit chaque année de passer ses vacances d’été à la montagne. Un chiffre qui grimpe davantage chez la jeune génération. En hiver bien sûr, la montagne arrive en premier choix lorsqu’il s’agit de s’évader quelques jours. Une situation qui influence grandement le prix de l’immobilier montagnard. Voici notre palmarès des destinations les plus prisées et de celles qui permettent un investissement au pied des pistes à petit prix.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière