Investissement Pinel : est-il toujours possible de louer à un proche ?

Publié le 30/11/2018


Parmi les dispositifs de défiscalisation, le Pinel est sans conteste l’un des préférés des Français. Alors qu’un amendement au projet de loi de finances 2019 va étendre le dispositif aux logements anciens dégradés, c’est un autre amendement qui a récemment fait trembler les promoteurs. L’idée avancée consistait à supprimer l’avantage fiscal lorsqu’un propriétaire décidait de louer un bien à un proche. Une mesure finalement rejetée par le Gouvernement.

Louer un bien à ses parents ou à ses enfants tout en bénéficiant de l’avantage Pinel

Joël Giraud, député LREM de la 2e circonscription des Hautes-Alpes ne s’attendait peut-être pas à provoquer un tel tollé. Mercredi 7 novembre dernier, à l’Assemblée nationale, le rapporteur général de la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire a défendu un amendement au projet de loi de finances 2019. Cet amendement devait interdire à un propriétaire foncier de louer un bien acquis en Pinel à ses parents ou à ses enfants. Une mesure qui consistait tout simplement à rétablir l’interdiction présente dans le cadre du Pinel ancienne version, le dispositif Duflot de 2013 et 2014.

Un vote en commission qui a déclenché la colère des professionnels de l’immobilier, arguant que l’un des principaux motifs d’investissement immobilier pour les investisseurs particuliers est justement de pouvoir loger un parent isolé ou vieillissant, ou un enfant scolarisé loin du domicile familial.

Cet amendement, adopté par la commission, prévoit que le dispositif « Pinel » ne s’applique pas pour des locations à des ascendants ou des descendants. Celles-ci constituent, à mon sens, un détournement. J’ai d’ailleurs lu dans la presse que ce dispositif n’est solvable qu’en raison de ce système de location, ce qui en dit long sur son fonctionnement réel. Néanmoins, en raison des polémiques qu’il a provoquées, je retire cet amendement. (Joël Giraud, 16 novembre 2018)

Dispositif Pinel : que prévoit la loi des finances pour 2019 ?

Jugé défavorable par le Gouvernement, l’amendement ne verra finalement pas le jour, en tous cas pas en 2019. Il est donc toujours possible pour un propriétaire bailleur d’investir dans l’immobilier locatif pour loger un proche, ce tout en bénéficiant de la réduction d’impôt du dispositif Pinel. Mais pour ce faire, il faut impérativement que le bailleur et le locataire ne fassent pas partie du même foyer fiscal.

Rappelons que le dispositif Pinel a été prorogé jusqu’au 31 décembre 2021 dans les zones où l’immobilier est le plus en tension. Les zones A, A bis et B1 où sont par exemple situées les villes de Paris, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, La Rochelle, Bayonne, Annecy, ou encore Saint-Malo sont donc éligibles. En revanche pour les zones C et B2, seuls les permis de construire déposés avant le 31 décembre 2017 pour un logement acquis avant le 31 décembre 2018 sont concernés.


Dernières Actualités

Jusqu’à 90% des annonces éligibles au Denormandie dans les villes moyennes

Publié le 15/02/2019

Le nouveau dispositif Denormandie, inspiré du Pinel dans l’ancien devrait permettre à de nombreux investisseurs de défiscaliser grâce à la pierre, et à plus de 220 communes françaises de retrouver un peu de dynamisme. Aujourd’hui, près de 90 % des annonces publiées dans les villes moyennes sont éligibles à la nouvelle loi de défiscalisation.

Plus-values et moins-values immobilières : la réforme voulue par Macron

Publié le 13/02/2019

Produire davantage de logements, réduire le poids du logement dans le budget des Français ou encore supprimer la taxe d’habitation. Telles sont les problématiques qui ressortent largement du Grand Débat organisé actuellement par le Gouvernement. Dans ce contexte, Emmanuel Macron a toutefois ouvert la porte à une réforme de la fiscalité, plus-values et moins-values immobilières en première ligne.

SCI : quelle taxe en cas de cession de parts ?

Publié le 11/02/2019

Les associés d’une société civile immobilière sont libres de revendre leurs parts à un tiers ou à un autre associé de la structure. Cette revente, comme lors de la cession d’un bien immobilier classique, permet de dégager une plus-value dont la taxation dépend du régime d’imposition choisi lors de la création de la société.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière