De la mérule dans votre logement, que faire ?

Publié le 17/06/2019

La mérule, ce champignon qui se nourrit de la cellulose du bois, est un véritable fléau pour qui y est confronté. Il peut engendrer des dégâts dans les bâtiments à une vitesse fulgurante. Les locataires et les propriétaires d’un logement qui constatent sa présence ont, depuis quelques années, pour obligation de le déclarer en mairie. Explications.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. De la mérule dans votre logement, que faire ?

Qu’est-ce que la mérule ?

La ou le mérule est un champignon qui aime le bois, l’humidité et la chaleur. Si la mérule la plus connue est probablement la serpula lacrymans ou « mérule pleureuse » pour les larmes qu’elle dessine sur le bois, il existe en réalité plusieurs centaines d’espèces de ce champignon.

Ce champignon s’installe dans les logements souvent mal entretenus, mal aérés et trop humides. Puisqu’il infeste les doublages, les charpentes et boiseries dans la plupart des cas invisibles dans les pièces à vivre, sa détection arrive généralement tardivement, au moment de travaux de rénovation par exemple.

En France, c’est la région Bretagne qui est la plus touchée même si tout le territoire y est confronté. Six communes du Finistère ont ainsi fait l’objet d’un arrêté préfectoral depuis le 1er janvier 2018. Mais plus récemment, c’est Sainte-Savine, une commune de l’Aube, en région Grand Est, qui a été touchée par la mérule pleureuse.

Une déclaration obligatoire pour protéger les bâtiments

Les villes et villages français concernés par un arrêté préfectoral relatif à la présence de ce champignon donnent du fil à retordre aux propriétaires qui souhaitent vendre leur logement. Comme le prévoit la loi Alur, ils sont désormais obligés de fournir un « diagnostic mérule » aux futurs acheteurs. Ce document vient alors compléter un DDT (dossier de diagnostics techniques) déjà bien complet avec notamment le DPE (diagnostic de performances énergétiques) ou encore le diagnostic électricité.

Quant aux propriétaires et locataires qui constatent eux-mêmes la présence de ce champignon destructeur chez eux, ils doivent effectuer une déclaration en mairie. Suite à une décision de la Cour de cassation du 19 novembre 2008, les vendeurs qui connaissaient la préexistence du mérule dans le bien vendu sont systématiquement condamnés à indemniser l’acheteur pour tous les désordres imputables à ce champignon. Si le champignon est observé dans les parties communes d’une copropriété, c’est en revanche le syndicat de copropriétaires qui en a la charge. Dans tous les cas, cette obligation doit permettre à la préfecture de maintenir à jour le zonage de la présence du champignon dans les régions françaises.

Code de la construction et de l’habitation – Article L133-8 : « Lorsque, dans une ou plusieurs communes, des foyers de mérule sont identifiés, un arrêté préfectoral, consultable en préfecture, pris sur proposition ou après consultation des conseils municipaux intéressés, délimite les zones de présence d’un risque de mérule ».

Des travaux obligatoires

Lorsque la mérule a été détectée, les occupants ne doivent pas intervenir, même pour déplacer des objets situés dans la zone contaminée. Toute tentative de destruction avec des produits de traitement vendus dans le commerce ou de l’eau de javel est vouée à l’échec. Le processus d’éradication est compliqué et peut s’étaler sur plusieurs mois, c’est pourquoi il faut faire appel à un professionnel. Les résidents qui refusent de respecter leurs obligations peuvent y être contraints par le préfet. À ce titre, ils peuvent également être obligés d’effectuer des travaux. Faute de quoi les contrevenants s’exposent à des sanctions judiciaires. Les travaux peuvent, dans ce cas, être menés sans leur accord et à leurs frais. Si votre logement est victime des dégâts occasionnés par la mérule, vous devez prévenir votre compagnie d’assurances afin d’obtenir une indemnisation. Dans le cas d’une location, le propriétaire doit faire preuve de diligence quant à la réalisation des travaux. En effet, le propriétaire est tenu d’effectuer les travaux dans les plus brefs délais s’il ne veut pas se heurter à une exclusion de garantie de son assurance.

Avant de vendre ou d’acheter un logement, il est recommandé de consulter les zones géographiques exposées au risque de mérule disponible en préfecture.


Dernières Actualités

Eco-PTZ : comment en bénéficier en copropriété ?

Publié le 19/07/2019

Pour faire des travaux de rénovation énergétique, il est possible de bénéficier d’un éco-PTZ. Celui-ci peut être individuel pour financer une partie des aménagements, réparations et autres travaux dans une maison ou dans les parties privatives d’un immeuble. Mais il peut également être collectif lorsqu’il est demandé par le syndicat des copropriétaires d’un bien en copropriété.

Viager : comment est fixé son prix ?

Publié le 17/07/2019

Beaucoup connaissent le principe de la vente immobilière en viager, mais peu savent précisément ce qui se cache derrière ce montage souvent complexe. Entre l’estimation de la valeur vénale du bien, le calcul du bouquet et de la rente et l’importance des tables de mortalité, voici quelques conseils pour mieux appréhender le viager et calculer son coût.

Placement immobilier : faut-il préférer les résidences seniors ou étudiantes ?

Publié le 15/07/2019

Dans le domaine de l’immobilier locatif, les résidences de services offrent de nombreux avantages, en particulier d’un point de vue fiscal. Notamment grâce aux dispositifs de défiscalisation tels que le Censi-Bouvard et le statut de LMNP. Mais encore faut-il faire le bon choix parmi les résidences de tourisme, les résidences étudiantes, les établissements pour seniors et les Ehpad.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière