Démembrement de propriété : Bercy rassure les particuliers

Publié le 04/02/2019

La loi de finances pour l’année 2019 a modifié la définition de l’abus de droit. Une notion qui a semé le trouble fin décembre parmi les fiscalistes, mais également chez les particuliers qui souhaitent préparer leur succession. De son côté, le ministère des Finances se veut rassurant, cette nouvelle définition ne devrait pas remettre en question les donations en nue-propriété.

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Démembrement de propriété : Bercy rassure les particuliers

Abus de droit : un amendement sème le trouble

En fin d’année 2018, le rapporteur général de la commission des finances de l’Assemblée nationale, Joël Giraud, et Bénédicte Peyrol, tous deux LREM, ont déposé un amendement visant à modifier la définition de la notion d’abus de droit. Ce terme juridique, qui portait jusqu’alors sur des montages dont les objectifs étaient exclusivement fiscaux, s’appliquera désormais aux opérations à visées principalement fiscales. Une nuance qui inquiète les fiscalistes tout comme les investisseurs particuliers.

Dalloz, définition de l’abus de droit : « L’abus de droit est le fait, pour une personne, de commettre une faute par le dépassement des limites d’exercice d’un droit qui lui est conféré soit en le détournant de sa finalité, soit dans le but de nuire à autrui (Cass. Civ1. 3 août 1915 n° 00-02.378). L’abus de droit est caractérisé dès que la personne qui en est titulaire en outrepasse l’exercice et causant préjudice à autrui (Civ. 2e, 26 nov. 1953). »

Les donations en nue-propriété pas impactées ?

Dans le viseur, les montages patrimoniaux tels que les donations de biens immobiliers dans le cadre d’un démembrement de propriété. En effet, de nombreux propriétaires souhaitant préparer leur succession de leur vivant optent pour la transmission anticipée de leur patrimoine. Pour ce faire, ils transmettent à leurs enfants des biens immobiliers grâce à la nue-propriété et en conservent l’usufruit. Ils peuvent dès lors continuer à faire usage de leurs biens, y vivre, mais également les proposer à la location et en tirer des revenus. Quant aux héritiers, ils ne deviennent pleinement propriétaires des biens qu’au décès de leurs parents et n’ont alors plus à s’affranchir des frais de succession.

Face aux inquiétudes, Bercy a de son côté publié un communiqué de presse samedi 19 janvier dernier, dans le but de rassurer les fiscalistes et les particuliers. Dans ce document, le ministère insiste sur le fait que cette modification n’aura pas d’incidence sur les donations en nue-propriété et que « la loi fiscale elle-même encourage les transmissions anticipées de patrimoine entre générations parce qu’elles permettent de bien préparer les successions ». Rappelons par ailleurs que cette requalification dont le seul objectif est de mieux lutter contre la fraude fiscale, ne sera appliquée qu’« aux actes passés à compter du 1er janvier 2020 ».


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière