Immobilier : le coliving, un nouveau concept pour vivre ensemble

Publié le 28/12/2018

Nouveau concept marketing, solution pour lutter contre l’isolement ou pour faire de nouvelles rencontres, méthode efficace pour faire face à la pénurie de logements, le coliving arrive en France pour le plus grand bonheur des locataires à la recherche de nouvelles expériences. Pour les agences immobilières, les promoteurs et les investisseurs, les services proposés sont nombreux et peuvent être déterminants pour trouver des locataires.


Les locataires restent souvent moins d’un an dans une résidence en coliving

Le coliving ou co-living en anglais, se définit comme une nouvelle version de la cohabitation. Pour les locataires qui en bénéficient, l’idée est de profiter d’un logement, mais également de services mutualisés, à moindres coûts. Parmi ces prestations, des chaînes de télévision, un jardin, une terrasse ou encore de l’entretien ménager.

Venu tout droit des Etats-Unis, le coliving s’adapte à des locataires de tous les âges, pour la plupart en recherche d’un lien social. Qu’il s’agisse de particuliers fraîchement divorcés, de ménages à la recherche d’un logement temporaire le temps de travaux de rénovation dans leur résidence principale, d’expatriés, d’étudiants ou de salariés en mobilité, les locataires qui choisissent le coliving restent en moyenne 10 mois dans ces résidences nouvelle génération.

Certains opérateurs surfant sur la tendance proposent également des services par affinité. Cours de cuisine, méditation ou activités sportives sont alors au rendez-vous et permettent de développer la cohésion entre résidents.

Il existe actuellement une trentaine d’acteurs du coliving en France. Des opérateurs qui ne sont pas toujours des professionnels de l’immobilier. Pour tous, les enjeux sont, en tout cas, très nombreux, et les obligent à repenser leur métier. Coliving, colocation, coworking les mots-clés de l’immobilier de demain.

Le coliving et le statut de LMNP

Le co-living n’est pas toujours aussi marginal qu’on pourrait le croire. En effet, de nombreux propriétaires-bailleurs investissent dans des immeubles qui sont ensuite divisés en lots et proposés à la location meublée. Des espaces communs sont mis à la disposition des habitants avec des services divers. Pour les loueurs, les avantages sont multiples. La location sous le statut de LMNP (Loueur en meublé non-professionnel) offre d’ailleurs une fiscalité avantageuse et les risques sont équitablement répartis entre les différents résidents.

Attention toutefois à ne pas s’improviser loueur en meublé non-professionnel, qui plus est avec le coliving. Cette opération peut nécessiter un investissement de départ important avant de pouvoir espérer percevoir les premiers revenus. Du côté des locataires, un studio meublé coûte en moyenne 850 à 900 € à Paris et 700 € environ ailleurs en France. Les services proposés par le bailleur ou l’exploitant doivent être inclus dans le loyer, et être clairement stipulés dans le contrat de location ou le contrat de résident.


Dernières Actualités

Suppression de la taxe d’habitation : nouveau rebondissement pour les ménages les plus aisés

Publié le 24/05/2019

La suppression de la taxe d’habitation, mesure phare du quinquennat Macron, est aussi attendue que décriée. Si pour les 80% des ménages français les plus modestes, la réforme est en route, pour les 20% des plus riches en revanche, c’est la valse-hésitation. Comme l’a récemment rappelé le premier Ministre, tous les Français seront à termes exonérés de taxe d’habitation mais les plus riches devront patienter.

Immobilier locatif : pourquoi faire appel à une agence ?

Publié le 22/05/2019

Les propriétaires qui décident de se lancer dans l’immobilier locatif peuvent espérer bénéficier de revenus complémentaires tirés des loyers, voire même de quelques avantages fiscaux. Mais, pour cela, il est également nécessaire de pouvoir assumer une bonne dose de tâches administratives. Dans le cas de la mise en location de son bien, l’agent immobilier peut apporter ses conseils avisés.

Première déclaration d’impôts : demandez au fisc votre taux personnalisé

Publié le 20/05/2019

Avec l’entrée en vigueur de prélèvement à la source, les contribuables qui effectuent leur première déclaration se voient automatiquement affecter un taux d’imposition par défaut. Ce taux est adapté au plus grand nombre et non aux situations particulières. Dans certains cas, il peut être utile de demander, dès maintenant, à l’administration fiscale, son taux personnalisé. Dans le cas contraire, il faudra attendre un an.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière