Amendement sur le crédit d’impôt Corse

Publié le 26/10/2018

  1. Accueil
  2. Les actualités
  3. Amendement sur le crédit d’impôt Corse

En visite sur l’île de beauté lundi 22 octobre, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire a présenté un état des lieux de la politique fiscale de l’île, appuyé par un rapport de l’Inspection générale des finances (IGF). Si le ministre souhaite une plus grande autonomie fiscale pour la Corse, les élus locaux quant à eux, se débattent avec un amendement sur le crédit d’impôt pour les meublés de tourisme, entre « spéculation immobilière » et autres effets indésirables.

Qu’est-ce que le crédit d’impôt pour investissement en Corse ?

Plus connu sous le nom de CIIC, le crédit d’impôt pour investissement en Corse est un avantage fiscal accordé aux professionnels qui choisissent d’acheter des biens immobiliers sur l’île. La réduction est de l’ordre de 20 à 30 % du prix des investissements réalisés.

« Le crédit d’impôt concerne les petites et moyennes entreprises relevant d’un régime réel d’imposition qui réalisent certains investissements productifs en Corse pour les besoins d’une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale ».

Sont éligibles, les biens meublés de tourisme ou en parahôtellerie, acquis entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2020. Plus précisément, il s’agit des investissements mobiliers ou immobiliers de rénovation menés dans les locaux commerciaux ouverts à la clientèle ou dans les hôtels.

Avantages et inconvénients du crédit d’impôt Corse

Depuis 2002 et l’entrée en vigueur du crédit d’impôt, les gestionnaires de patrimoine n’ont de cesse de venter les mérites d’une telle mesure considérée à juste titre comme une niche fiscale, une aubaine pour l’investissement et le dynamisme de l’île.

Mais pour nombre d’élus locaux et de résidents de l’île de beauté, cet avantage a engendré une spéculation immobilière sans précédent. Pour les insulaires, il en résulte une flambée des prix et des difficultés à se loger et à accéder à la propriété.

Dans ce contexte, des élus nationalistes représentés par Jean-Félix Acquaviva, député de Haute-Corse, ont déposé un amendement au projet de loi de finances pour 2019. Ils souhaitent ainsi que les meublés de tourisme soient dorénavant exclus des biens éligibles. Jeudi 18 octobre, l’amendement a bénéficié d’un avis favorable à l’Assemblée nationale.

Meublés de tourisme : quelles conséquences pour les locaux ?

Oui mais… si la plupart des élus Corses s’opposent à la spéculation et approuvent donc cet amendement, certains s’inquiètent de ses conséquences pour les Corses et pour l’économie locale.

C’est le cas du député Corse du Val d’Oise, François Pupponi qui préconise une réécriture du texte avant son adoption définitive. Il souhaite ainsi protéger les insulaires qui veulent investir dans leur île pour se constituer un patrimoine et qui sortiraient grands perdants d’une telle mesure, tout comme les entreprises locales du bâtiment. François Pupponi a d’ailleurs déposé un amendement complémentaire pour notamment exclure de la réforme les permis de construire déposés avant le 31 décembre 2018.


Dernières Actualités

Copropriété : le vote à distance accessible à tous

Publié le 27/05/2020

La loi ELAN promulguée en novembre 2018 prévoit le vote à distance pour les assemblées générales (AG) de copropriétés. Pourtant, elles sont encore peu nombreuses à le mettre en pratique. Durant le confinement, seules celles qui avaient préalablement voté la mesure ont pu y avoir recours. Mais une ordonnance présentée mercredi 20 mai en Conseil des ministres va bientôt permettre à toutes les copropriétés de tenir une AG de manière dématérialisée.

BTP : le Gouvernement souhaite une reprise des chantiers à 100% avant la fin du mois

Publié le 22/05/2020

Après deux mois d’arrêt total, les gros chantiers du bâtiment, mais également les rénovations des particuliers, peinent à reprendre. À l’issue du confinement, on estime d’ailleurs qu’à peine plus de la moitié d’entre eux a repris son activité. En cause, les risques sanitaires et les mesures imposées, mais également les litiges financiers liés aux surcoûts et aux nombreux retards. Pour l’exécutif, l’activité doit reprendre en totalité avant la fin du mois.

Location meublée : le régime fiscal a évolué

Publié le 20/05/2020

Une nouveauté adoptée dans le cadre de la loi de finances pour 2020 permet de passer automatiquement du statut de loueur en meublé non-professionnel (LMNP) à celui de loueur en meublé professionnel (LMP) lorsque les plafonds sont atteints. Si l’absence de déclaration est a priori une bonne nouvelle, elle n’est pas sans conséquences pour les investisseurs concernés, notamment en cas de revente.

Guide défiscalisation gratuit Guide défiscalisation gratuit

Votre guide gratuit
sur la défiscalisation

Nous vous offrons votre guide complet de la défiscalisation immobilière